Borderlands : The Pre-Sequel

20 août 2014
Rédigé par
Prévu sur

Ça s'annonce explosif

L'univers de Borderlands vous manque ? Eh bien, Borderlands : The Pre-Sequel arrive très bientôt sur vos machines. Pour le moment, il s'est laissé approcher pour une mission sur une lune de Pandore... Impressions.

La nouvelle bande.

Ce n'est pas la suite

Gearbox Software est de retour avec un nouveau volet de leur série Borderlands. Cette fois-ci, ce n'est pas la suite du deux et vous n'incarnez pas un chasseur de l'Arche, mais l'un des hommes de main du Beau Jack, le génial méchant du deuxième opus. L'histoire de Borderlands : The Pre-Sequel se déroule entre les évènements de Borderlands et de Borderlands 2. Il raconte l'ascension du Beau Jack dans la société Hyperion. Évidemment, si vous connaissez le personnage, vous savez que cela ne va pas se faire sans violence gratuite. Il y a donc quatre "nouveaux" personnages jouables. Les guillemets sont de rigueur car les fans retrouveront Wilhelm, mi-homme, mi-robot dans Borderlands 2, pour l'instant encore humain. Il y a aussi l'insupportable petit robot Claptrap qui sera jouable. L'équipe est aussi composée d'Athena, un personnage rencontré dans un DLC de Borderlands. Elle a un bouclier qu'elle peut balancer sur ses ennemis à la manière d'un Captain America. Enfin il y a Nisha, présentée dans Borderlands 2 comme Sheriff de Lynchwood. Encore une fois, Gearbox a l'air de proposer une belle panoplie de personnages, chacun ayant un gameplay bien particulier.



Logo

Les ennemis aussi profitent de la gravité réduite.

La gravité qui vous colle au siège

Lors de cette session de découverte du jeu, Wilhelm et Athena étaient jouables. Cette dernière est vraiment intéressante à jouer. Il ne faut pas hésiter à lancer son bouclier sur les ennemis, celui-ci se rechargeant assez rapidement. Mais Borderlands : The Pre-Sequel n'offre pas seulement des nouveaux personnages, il offre surtout un nouvel univers. Tout se passe sur une lune de Pandore. Qui dit lune, dit absence d'atmosphère et donc pas d'air pur, ni de gravité. Il faut donc jouer avec ces deux facteurs. La faible gravité vous permet donc de faire des bonds gigantesques et permet aussi aux développeurs de proposer des environnements radicalement différents de ceux visités dans les volets précédents. Dans le niveau parcouru durant la session de jeu, nous avons voir le travail réalisé par les développeurs pour améliorer et diversifier le level-design. C'est vraiment une très bonne chose, on a vraiment pas l'impression de parcourir les mêmes types de niveaux qu'avant. En revanche, l'humour si particulier de la série est toujours présent via les communications que vous recevez de la part du Beau Jack.



Logo

Une faune qui promet.

Gearbox, le contrat de confiance

Les graphismes quant à eux ne donnent pas vraiment l'impression d'une grosse amélioration par rapport à ceux de leurs prédécesseurs, si ce n'est qu'il est plus net. De plus, l'environnement de la lune de la planète Pandore fait craindre une trop petite surface de jeu à parcourir. Mais Gearbox a prouvé par le passé qu'ils maitrisaient leur sujet, inutile donc de se faire du mouron. A elle seule, l'idée de faire incarner aux joueurs les porte-flingues du Beau Jack redonne un souffle à l'univers de Borderlands. Ajoutez à ça Claptrap jouable et Borderlands : The Pre-Sequel devient l'un des jeux les plus attendus de l'année pour tout fan de la série. Gearbox étant aussi très actif du côté des DLC, on peut s'attendre à voir arriver une tripoté de contenus additionnels excellents après la sortie de ce nouveau titre.