Monster Hunter 4 Ultimate

25 mars 2015
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 13 février 2015
  • Genre Rôle

La différence entre le bon et le mauvais chasseur

Monster Hunter 4 Ultimate est le digne successeur de la série. Il est très difficile à prendre en main et souvent punitif. Malgré ça, une fois les dix premières heures de calvaires passées et l'inertie lourdingue de votre personnage maîtrisée, vous voilà face à un jeu terriblement addictif. De plus, avec l'ajout du multijoueur et des niveaux sur plusieurs étages, Capcom a amélioré sa recette qui fonctionnait déjà très bien. Avec son contenu gargantuesque, son bestiaire conséquent ainsi que sa direction artistique impeccable, Monster Hunter 4 Ultimate se pose comme l'un des meilleurs épisodes de la saga.

Le mauvais chasseur, il voit un truc qui bouge, il tape, et souvent il meurt ! Le bon chasseur lui, il voit un truc qui bouge, il tape, mais c’est un bon chasseur. Les Inconnus ne pouvaient pas mieux décrire la licence Monster Hunter. OK, c'est vrai, le bon chasseur aussi risque d'y laisser des plumes ! Telle est la dure loi de Monster Hunter 4 Ultimate.

L'histoire

C’est près d’un an et demi après sa sortie japonaise que Monster Hunter 4 débarque dans nos contrées en version Ultimate. En effet, le titre de Capcom est sorti le 14 septembre 2013, après des mois et des mois de reports. Véritable phénomène de société au pays du soleil levant, Monster Hunter agite de plus en plus les foules sur le vieux continent. Une occasion pour nous, pauvres pêcheurs (chasseurs ?) de pouvoir enfin tâter de la bête !

Monster Hunter 4 Ultimate vous place dans la peau d’un chasseur, dont le seul et unique but est de traquer des monstres, plus ou moins gros, de plus en plus puissants et par palette de douze. Vous débutez l’aventure dans le feu de l’action, à bord d'un navire naviguant sur une mer de sable. Même pas le temps de faire causette avec le capitaine qu’il faut déjà sortir les armes. Un monstre immense, le Jhen Mohran, variante d’une ancienne créature présente dans les précédents volets, le Dah’ren Mohran, vous attaque. Vous allez donc apprendre les bases des déplacements tout en combattant ce colosse. C’est assez épique, la musique vous met illico dans le bain et vous annonce la couleur.

Quelques fois, les textures piquent réellement les yeux.

Le principe

Sur le papier, le principe de Monster Hunter est très simple. Il faut récupérer des quêtes en ville afin de pouvoir les accomplir en tuant/capturant/maltraitant (rayez les mentions inutiles) la faune et la flore locales, tout en fabriquant votre équipement grâce aux matériaux récupéré durant vos voyages. Facile n’est ce pas ? En fait, pas du tout. La série des Monster Hunter n’a jamais fait de cadeau au joueur, qui se retrouve bien souvent livré à lui même dans les différentes traques. De son vivant, Albert Einstein avait déjà évoqué cette équation : MH4U = (RECOLTE + CRAFT) x BRACONNAGE ². Bien entendu, il serait assez malvenu de réduire Monster Hunter 4 Ultimate à cette formule tant la difficulté du titre est élevée.

Abordons désormais les nouveautés du titre. Capcom avait énormément communiqué sur une nouvelle faculté de notre bon chasseur : il peut enfin escalader des falaises à la force de ses bras et se jeter corps et âmes sur les pauvres victimes pour les chevaucher et les massacrer à coup d’épée dans le dos. Dans la pratique, ce n'est pas très évident vu la lourdeur de votre personnage qui, notons-le au passage, a gagné un peu en maniabilité par rapport au précédent épisode. Les zones sont désormais sur plusieurs étages, et quelques monstres, comme les araignées, les utiliseront à leurs avantages. Des nouvelles armes font aussi leurs apparitions comme l’amusant insectoglaive, sorte de hallebarde permettant de propulser votre traqueur dans les airs afin de simplifier les attaques aériennes. Cette arme permet aussi d’invoquer un 'kinsecte', une bestiole qui va vous assister au combat en vous rapportant divers bonus. Notons aussi la présence des felynes, ces chats bipèdes qui combattent à vos cotés. Vous pourrez en recruter des centaines grâce à la fonction streetpass de la console. Cela-dit, seulement deux pourront vous accompagner dans votre braconnage.

Le chaotic Gore Magala peut vous transmettre un virus.

Le multi

Grosse nouveauté du titre : il est désormais jouable en ligne ou en local à quatre. Cette version vous propose, pour la première fois dans l’histoire de la série, un vrai multijoueur sur une console portable. De plus, elle s’active très simplement via l'écran du bas. La chasse devient bien plus facile en coopération et vous êtes quasiment forcé de jouer à plusieurs pour vous défaire de certains monstres coriaces. Par ailleurs, il existe deux types de quêtes : les quêtes classiques, largement faisables par un seul joueur, et les quêtes dites "de guilde", qui nécessitent de jouer à plusieurs pour être menées à bien.

Concernant les aspects négatifs, nous avons remarqué des faiblesses techniques et des soucis de lisibilité à quatre, lorsque chaque chasseur possèdent deux felynnes. Aussi, la communauté est assez inégale, nous sommes tombés bien souvent sur des joueurs pas du tout coopératifs ce qui nuit énormément au déroulement d'une partie. Un comble pour ce genre de multijoueur.

Le comportement des créatures est très immersif.

Pour qui ?

Soyons honnêtes, Monster Hunter 4 Ultimate est un jeu de niche. Il est punitif et très difficile à prendre en main. Il risque de décourager les joueurs les plus néophytes ou en manque de temps libre. En revanche si vous avez du temps à investir et que vous aimez souffrir n'hésitez pas une seule seconde, car Monster Hunter 4 Ultimate sait être gratifiant. Chaque créature terrassée laisse un souvenir de gamer impérissable et les récompenses sont bien souvent à la hauteur de l'effort.

La question ne se pose pas pour les chasseurs de la première heure, qui peuvent acheter Monster Hunter 4 Ultimate les yeux fermées tant le challenge et le contenu sont conséquents. Ces joueurs retrouveront des créatures issues des précédents volets ainsi que de nombreux clins d’œil à la série dans les dialogues ou les descriptions de quêtes.

Dîtes bonjour au Tetsucabra.

L'anecdote

Capcom a commencé la distribution gratuite de DLC rajoutant des quêtes et des apparences pour vos chasseurs et vos felynes. Vous allez pouvoir arborer fièrement les couleurs des moult autres licences de Nintendo comme Mario ou Zelda. La bonne nouvelle est qu’ils comptent en proposer très régulièrement et toujours sans avoir à débourser un seul kopeck. C’est beaucoup trop rare pour être passé sous silence.
Les Plus
  • Du contenu à revendre
  • Le bestiaire immense et diversifié
  • La direction artistique irréprochable
  • Enfin un vrai multi sur portable
  • Les attaques aériennes
Les Moins
  • Quelques faiblesses techniques
  • Les musiques, trop rares
  • L'histoire trop anecdotique