Crysis 3 : Prophet donne à l'arc

19 mars 2013
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Electronic Arts
  • Développeur Crytek
  • Sortie initiale 21 février 2013
  • Genre First Person Shooter

Crysis 3 souffre surtout des effets d'annonces du dirigeant de Crytek. A force de promettre des merveilles, on s'attend à les trouver. La réalité est moins belle et un peu comme Fable II et les annonces de M.Molyneux, vous voici face à un très bon jeu mais pas à la hauteur de ses promesses. Crysis 3 vous offre tout de même des bonnes choses. Un gameplay nerveux et une expérience de jeu vraiment agréable, surtout avec les possibilités offertes dans l'approche des missions. Sans parler du multi qui retiendra beaucoup de joueurs, notamment grâce au mode Chasseur. Et surtout des graphismes sur console comme sur PC qui ont de quoi défaire la concurrence du moment.

Habituellement, lorsqu'un créateur de jeu vidéo crie à tout va que son jeu est le plus beau, on s'attend à la sortie d'un nouveau Fable. Crytek copie sur Peter Molyneux et annonce Crysis 3 comme le plus beau jeux des cinq années à venir et l'un des meilleurs. L'un des FPS les plus populaires sur PC débarque directement sur plusieurs supports pour conquérir un nouveau public. Mais est-ce une merveille pour autant ? Pas forcément.

Un message apparaît en cas de blessure grave

Le retour du Prophet

Etre Prophet n'est pas chose facile quand la guerre se termine. Emprisonné par le CELL dans une cellule portative, vous retrouvez votre soldat à combinaison ultra moulante dans une bien mauvaise posture. Crysis 3 prend place 23 ans après les aventures de Crysis 2. Le CELL a pris le pouvoir et domine le monde en maîtrisant notamment l'énergie. Pire, ils ont transformé New York en enfermant la pomme sous un dôme ultra protégé. L'armée de rebelles tente de renverser le CELL et compte bien vous utiliser à des fins biens moins nobles que la guerre contre les CEPH. C'est dans ces conditions particulières que votre route va croiser de nouveau Psycho, ancien membre de votre équipe, qui a été dépecé de sa nano combinaison. Avec cette trame assez banale, vous allez avancer dans les méandres du cerveau de Prophet qui subit toujours l'influence de vision d'apocalypse ainsi que dans les affres de la rébellion. Le scénario n'est pas d'une très grande originalité et les chutes sont presque prévisibles. Il faudra tout de même compter entre 5 à 6 heures pour faire le tour du bébé, et pas loin de 9 si vous voulez tout faire et récolter tous les objets bonus. Les difficultés vétéran et super-soldat ajoutent du challenge et refaire le jeu peut vous permettre de jouer de façon différente. En effet, la nano combinaison vous permet de vous la jouer gros bourrin avec l'armure ou éclaireur furtif avec l'invisibilité.

Il est possible de mémoriser 3 combinaisons d'améliorations différentes

Une combinaison qui ferait oublier le danger

La particularité de ce FPS musclé vient bel et bien de la nano combinaison portée par le dénommé Prophet. De base, celle-ci améliore la vitesse de déplacement du porteur ainsi que la distance de saut, mais vous permet surtout de passer en mode armure et en mode furtivité. Si le mode armure permet de détourner les dégâts ennemis, c'est surtout le mode furtivité qui retient toute l'attention. Celui-ci vous permet de devenir invisible pendant un court laps de temps, défini également par vos déplacements. Courir, tirer ou sauter réduit grandement la durée de ce mode, ce qui le rend un peu moins surhumain. Cependant, le temps de rechargement est ultra rapide et les escales entre deux activations sont assez brèves. En cela, la combinaison donne une sensation d'impunité face aux ennemis. Il vous faudra à peine 5 secondes pour redevenir invisible et vous courrez plus vite que vos ennemis. Durant la campagne, vous avez aussi la possibilité d'acquérir divers éléments pour améliorer votre combinaison et ainsi augmenter l'aisance dans vos déplacements que ce soit en défense, en furtivité ou en attaque. Vous avez la possibilité de sélectionner 4 améliorations débloquées parmi 16, ainsi que de créer des groupe d'amélioration en fonction d'une situation donnée. Jouer à Crysis 3 en mode infiltration permet aussi le piratage des tourelles ennemis ou des mines. Si le piratage est fait au bon moment, vous avez la possibilité d'éliminer vos ennemis sans décocher une seule flèche.

Le menu de personnalisation d'arme est rapide à utiliser

L'arc, l'arme à la mode!

Les armes ne sont pas non plus mises de côté. Le jeu dispose de toute une collection d'armes humaines. Vous y retrouvez les fusils d'assauts, pistolets, fusil sniper ou fusil à pompe comme dans tout bon FPS. Vous y retrouvez aussi toute une série d'armes Alien, un peu comme dans un halo. A arracher sur votre parcours, elles ont souvent l'avantage d'occasionner de gros dégâts. Là ou Crysis 3 se démarque un peu de la concurrence c'est dans la gestion des accessoires et équipements de vos armes. Vous pouvez à tout moment, à partir d'un menu accessible via la touche select, modifier votre arme, que ce soit en lui rajoutant une lunette de visée ou un enlevant un silencieux. Toutes ces modifications influeront directement sur votre partie car elles changeront le poids de votre arme et donc le temps de visée. Enfin, les armes de Crysis 3, c'est avant tout et surtout son arc. Il est l'acteur de votre furtivité et l'arme ultime de Prophet. En plus de l'augmentation des dégâts selon la tension de la corde, les flèches peuvent être équipées d'embouts différents comme des flèches explosives ou électriques. Les premières exploseront après s'être enfoncées dans la cible, les secondes lâcheront une charge électrique, bien pratique pour vous débarrasser des ennemis les pieds dans l'eau.

Les piratages se passent sous forme de QTE de rapidité

Une IA pas si mal mais inégale

Le mode campagne est aussi l'occasion d'un constat mitigé. Les ennemis sont globalement intelligents mais dans le détail pas vraiment égaux. Les pauvres agents du CELL passent pour des larbins sans cervelles tant leur IA est mauvaise par moment (surtout en mode recrue et normal). Plusieurs exemples appuient ce constat. Il ne vous est pas rare de voir les soldats lancer une grenade sur vous alors que vous êtes au corps à corps avec d'autres soldats. Un bon en arrière et hop, vous assistez à un suicide collectif. Ou un petit lancé dans un mur avec rebond et l'affaire est dans le sac. Vers la fin du jeu, il ne vous sera pas rare de passer dans le dos des CELL sans vous faire repérer et cela sans camouflage, tandis que les CEPH viendront vous traquer même dans les bâtiments. Les CEPH sont eux un peu moins concernés par ce phénomène idiot. Leurs attaques, en plus d'être redoutables, sont souvent coordonnées. Reste que leur vigilance n'est pas aussi bonne et que de voir une flèche se planter dans leur petit camarade ne les inquiètent pas forcément. L'intelligence artificielle procure donc une difficulté en dent de scie. Heureusement, à tout moment de la partie, vous pouvez changer le mode de difficulté, pour rehausser un peu le niveau. Le mode vétéran semble l'un des meilleurs compromis tant sur la difficulté que sur le nombre d'ennemis. A noter qu'en mode vétéran et sur-humain, les défauts d'IA sont moins flagrants.

Le mode site de crash est l'un des grands classiques du multi joueur

Des graphismes correctes mais pas merveilleux

Le domaine où Crysis 3 est le plus attendu est évidement celui des graphismes. Dans ce domaine aussi, les avances étaient un peu prématurées. Si sur PC, et à condition d'avoir le matériel adéquat, vous disposez sans doute d'un des plus beaux FPS, sur console, c'est moins flagrant. Rassurez-vous, Crysis 3 est largement plus beau que les derniers Call of ou Medal of Honor : Warfighter. Les premiers niveaux sont d'ailleurs les meilleurs exemples. La qualité est indéniable quand vous vous émoustillez devant ce New York repassé à la nature. Les cartes sont de tailles très correctes. Sur le niveau de la gare routière notamment, vous ne pouvez que vous extasier devant les mouvements de la végétation sur votre passage, sur le niveau de finition des arbres ou les points d'eau. Le barrage est aussi une sublime réussite. Le plus gros bémol vient en réalité, un peu plus tard, de certains niveaux moins travaillés : des arbres sans feuilles et des bâtiments en ruines sans réels détails, prolongés par une pénombre omniprésente qui sert à cacher ces manquements. De plus, les cartes se rétrécissent et perdent en innovation. Il devient alors difficile de différencier un niveau de l'autre. Le tout est donc bon mais sans plus. Reste la balade en véhicule motorisé qui propose un terrain de jeu immense, l'un des plus grands jamais vu sur console.

Les Cephs à l'état sauvage sont redoutables

Un chasseur sachant chasser sans son arc.

Crysis 3 est l'un des rares FPS de nos jours à laisser un avantage certain aux membres dont le niveau est élevé. Les armes qui se débloquent au fur et à mesure sont presque trop parfaites pour permettre aux armes de base de rivaliser. Dès vos premiers instants en ligne, vous comprenez bien vite l'utilité du mode entrainement, mode classique avec une limite de niveau. Disponibles dans quasiment tous les modes de jeux, ils servent à engranger vos premiers points d'expérience et commencer à faire évoluer vos armes avant d'être jeté dans le grand bain. Et quel grand bain ! Si comme dans tous les FPS du moment vous retrouvez les traditionnels Match à mort individuels ou en équipe, capture de zone et autre QG, le mode Chasseur vaut surtout le détour. Sur une équipe de 12 joueurs, deux vont se retrouver dans la peau de chasseurs, équipés de leur seul arc et de leur combinaison. En tant que chasseur, vous allez devoir traquer les 10 CELL. Une fois un CELL vaincu, il devient à son tour chasseur. Les CELL quant à eux disposent d'un équipement plus important mais résiste très mal aux flèches. En tant que CELL, vous pouvez vous cacher ou alors vous regrouper avec d'autres pour abattre les chasseurs. Les parties sont souvent pleines de suspens, et l'angoisse monte facilement quand vous êtes un petit soldat qui ne voit pas les méchants venir. Comme sur l'ensemble du jeu, les cartes possèdent une taille correcte. Les dimensions sont assez bien exploitées pour vous permettre de grimper, de passer sous terre ou de cavaler à la surface. Crysis 3 vous offre un très bon multi, nerveux, standard et à la fois différent, qui vous fera oublier celui de Call of Duty : Black Ops II.
Les Plus
  • Lles déplacements avec la nanocombinaison
  • Les graphismes
  • L'arc, l'arme de tout bon chasseur
  • La liberté dans le choix de l'approche des missions
  • Les premiers niveaux en extérieur juste fantastiques
  • Le mode Chasseur, un vrai bonheur
  • La taille des cartes pendant la campagne
Les Moins
  • Une IA globalement correcte mais qui peut se suicider bêtement (ou tuer ses partenaires)
  • Le manque de détail dans certains paysages sur la fin du jeu
  • Le scénario téléphoné