Shank 2, un défouloir bien ficelé

22 févr. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4

Shank 2 s'avère donc être un beat'em all en 2D bien ficelé et efficace. Si le scénario tient sur un post-it, il n'empêche pas pour autant de vous proposer une bonne dizaine d'heures de tronçonnage à tout va. Ainsi, le titre s’octroie une bonne durée de vie qui se retrouve par ailleurs augmentée par la présence d'un mode co-op et survival, histoire de prendre son pied en compagnie d'un ami en local ou non. Enfin, le jeu propose un réel challenge, si tant est que vous optiez pour le mode de difficulté le plus élevé. Au final, Shank 2 est un bon défouloir qui en séduira plus d'un, à n'en pas douter.

Vous êtes friand de beat'em all en 2D aussi bourrin que jouissif, le tout accompagné d'une réalisation technique quasiment irréprochable, d'un gameplay efficace et d'un scénario digne d'un film de série B ? Alors n'hésitez plus, Shank 2 et son héros violent et assoiffé de sang sont fait pour vous.

Les cut-scenes sont déjantées, sanglantes et nous donnent l'impression d'être plongé dans un comic-book.

Shank contrefaçon, je suis un bourrin

Shank, il ne faut surtout pas lui chercher des noises. Notamment lorsqu’il est en vacances et qu’il sillonne tranquillement l’Amérique du Sud dans un autobus rempli de touristes avec pour seuls bagages une bonne vieille bouteille de rhum et sa paire de lames. Seulement voilà, les membres de la milice locale ne connaissent pas Shank et ignorent à qui ils se frottent en assaillant le bus. Dérangé dans ses paisibles vacances, Shank va alors devoir enquêter sur ces hostiles personnages à la solde du Président Magnus. Si celui-ci prétend simplement lutter contre les cartels de drogue, il commet en vérité d’effroyables actions telles que le kidnapping au sein de la population sans défenses, le meurtre, et bien d’autres crimes qui ne plaisent pas à notre cher Shank. Préférant agir plutôt que parler, notre héros taciturne et brutal va donc devoir se frayer un chemin vers l’horrible vérité à coups de tronçonneuse, de grenades, de couteaux, de fusil à pompe et j’en passe. Bien malheureux sera celui qui se dressera sur la route de Shank et qui lui dira que la plume est plus forte que l’épée. Ainsi, si le scénario ne vole pas bien haut, vous adhérez cependant très vite à l’homme violent mais déterminé à aider son prochain qu’est Shank, et ce dès le début de cette aventure intense et efficace que nous proposent les petits gars de Kiel Entertainment.

Outre la campagne, le mode survival vous demandera à vous et à votre partenaire tout votre savoir faire en terme de combat.

Abattre, puis questionner

Si Shank 2 met en scène une histoire relativement simpliste, il est toutefois doté d’un gameplay aux petits oignons. En effet, vous disposez de plusieurs armes vous permettant d’affronter vos ennemis. Votre arsenal est constitué d’une arme légère, lourde et explosive. A titre d’exemples, parmi elles se trouvent un jeu de couteau de lancer, une paire de pistolet, un marteau, une tronçonneuse, des grenades, des mines de proximité, etc. En plus de ces nombreuses possibilités de faire trépasser vos ennemis s’ajoute l’utilisation du décor. En effet, au cours de votre périple vous traverserez de nombreux environnements tels qu’un village, une jungle, des ruines anciennes, un cargo ou encore une base militaire supposée être secrète. Ainsi, en fonction du lieu où vous vous trouvez, différents éléments du décor (la plupart du temps actionnables grâce à des interrupteurs) seront mis à votre disposition. En passant du conteneur prêt à écraser vos victimes aux feux de crématorium, les façons d’ôter la vie à vos adversaires sont légion et souvent originales. Il vous incombe donc de planifier diverses stratégies pour venir à bout de vos assaillants, étant donné que certains, coriaces et vifs, vous obligent de moduler vos approches. Après tout, qui a dit qu’on ne pouvait pas être réfléchi et bourrin à la fois ?

Les graphismes de Shank 2 sont vraiment saisissants.

Une réalisation technique shank lacunes

D’un point de vue artistique, le moins que l’on puisse dire est que Shank 2 en jette pas mal. Les graphismes à la façon |i]comic-book[/i] sont très bien réussis et nous donnent l’impression d’être dans une véritable œuvre en papier interactive. Ajoutez à cela des animations lors des combats contre les boss et des cut-scenes dans la même veine et l’immersion est à son comble. Enfin, saupoudrez le tout d’une bonne couche d’hémoglobine et vous obtenez un résultat criant de vérité et visuellement irréprochable. La bande-son quant à elle est à l’image des graphismes, à savoir de grande qualité. Que ce soit la voix rauque de Shank, les cris de douleur ou de rage poussés par vos ennemis, ou encore les musiques vous accompagnant au fil de votre aventure, l’aspect sonore de Shank 2 a presque tout pour plaire. Presque car le jeu est intégralement en anglais, sans aucuns sous-titres français disponibles. Si ce point ne gênera nullement les adeptes de la langue de Shakespeare, notamment aux vues de la simplicité des dialogues, ceux ayant un peu plus de mal pourront parfois être déstabilisés et louper quelques éléments de l'histoire. Un oubli impardonnable en 2012, reconnaissons-le, qui vient malheureusement noircir quelque peu le tableau.
Les Plus
  • Le scénario, sympathique...
  • La réalisation technique, impeccable...
  • Shank : brutal, sans merci, mais attachant
  • Le mode survival
  • La possibilité d'utiliser le décor pour vaincre ses ennemis
  • Une difficulté bien présente, même en normal
  • Un bon défouloir comme on les aime
  • La durée de vie
Les Moins
  • ...mais expédié
  • ...hormis l'absence de sous-titres et/ou d'une VF