Grimpez dans votre soucoupe multi-fonctions avec Insanely Twisted Shadow Planet !

23 août 2011
Testé par sur
Disponible sur
3

Fort d’une réalisation graphique en béton et d’un gameplay parfois avantageux, Insanely Twisted Shadow Planet cumule cependant les défauts tels que la difficulté vertigineuse et une maniabilité à mettre au placard. Les boss étant toujours extrêmement ardus, ajoutez-y une jouabilité branlante et vous obtenez un moment des plus difficiles, pénible et exaspérant. Fort heureusement, les graphismes rehaussent le niveau, accompagnés de quelques casse-têtes franchement bons et d’un multi-joueur sympathique, mais sans plus. Doté d’une durée de vie raisonnable, le jeu n’est pas en soi mauvais, même si toutes ses petites imperfections laissent un léger arrière goût dans la bouche. Cependant, malgré toutes ces choses, vous avez envie d’y jouer, d’aller jusqu’au bout pour vaincre avec votre minuscule soucoupe cette mystérieuse créature tentaculaire gigantesque. Un titre assez bon, bien que largement perfectible, qui vous procurera assurément de bons moments.

Le Xbox Live Arcade se voit doter d’un shoot’em up répondant au nom d'Insanely Twisted Shadow Planet, où vous incarnez un petit extra-terrestre aux commandes de sa soucoupe volante. Votre but est d'explorer, d'étudier et de combattre une étrange créature aux tentacules multiples qui, au gré du hasard, a pris possession d’une petite planète située non loin de la vôtre. Parcourez des environnements hostiles avec votre panoplie de gadgets et d’instruments utiles pour survivre au milieu de cette faune et de cette flore uniques et dangereuses. Vraiment, vous aurez du mal à ne pas succomber au charme de ce petit jeu aux graphismes particulièrement chatoyants et léchés. Amateurs de défis, grimpez dans votre soucoupe et décollez vers une aventure sympathique, hélas parsemée de nombreux défauts.

Une bien petite soucoupe pour des environnements et des ennemis aussi massifs et somptueux, non ?

Une soucoupe qui en jette

Les graphismes sont vraiment réussis. C’est nuancé, recherché, avivé, et bariolé. Tout bonnement bluffant ! Difficile de ne pas s’incliner devant les prouesses techniques qui ont été mises en œuvres pour aboutir à un tel résultat. En plus de ça, les environnements sont très différents les uns des autres et possèdent chacun leur gamme de couleurs fétiche, les rendant si uniques et si varié. Vous avez ainsi droit tantôt à une eau magnifique, pure et cristalline, tantôt à des neiges pures, ou encore à des métaux bien huilés et rutilants. Bien entendu, le soin apporté aux lieux a été le même pour la faune et la flore que vous pouvez rencontrer au fil de votre exploration. Là aussi, c’est un plaisir pour les yeux. Les animaux et les plantes sont de toute beauté, à tel point que l’on ne peut s’empêcher d’aller les voir de plus près, au risque de se faire blesser. Car oui, en naviguant dans les différentes zones de la planète, vous tombez sur des espèces animales et végétales belliqueuses qui vous cherchent noise et font tout pour vous causer des dégâts. Dangereux et réalisé d’une main de maître, ce monde aux multiples facettes vous chatoiera les yeux sans cesse !

Trouver tous les engrenages de ce mécanisme vous procurera du bon temps, loin des obstacles rébarbatifs et énervants.

Une soucoupe malhabile

Insanely Twisted Shadow Planet compte parmi ses défauts son gameplay. Si ce dernier brille de temps en temps par son ingéniosité, il est bien vite entaché par un manque flagrant de maniabilité. En effet, il arrive souvent que vous vous retrouviez bloqué face à un obstacle qu’il vous faut déjouer à l’aide d’un de vos outils. A première vue, cela parait simple comme bonjour, mais détrompez-vous car actionner un interrupteur avec une roquette téléguidée en la faisant traverser un labyrinthe relève du parcours du combattant ! Diriger cette maudite fusée est extrêmement dur, et au moindre choc contre la paroi, vos chances diminuent car au bout de 5-6 impacts, le missile explose. Nombreuses sont les fois où vos cheveux se hérissent, nombreuses sont les énièmes tentatives désespérées et bien sûr, nombreuses sont les fois où vous lâchez un cri de joie, démontrant votre succès au bout de moult essais. Mais là où le jeu failli, il triomphe également avec brio. Effectivement, au milieu de pléthore d’obstacles vicieux, il y a heureusement des casse-têtes intelligents et fichtrement bien fait ! Brillants d’ingéniosité, ces derniers vous font réfléchir et usent de vos capacités à résoudre les problèmes. Souvent longs mais agréables, ils sont tels une oasis au beau milieu du désert le plus aride : rafraîchissants et bienvenues. On ne peut qu’apprécier ces moments bénis, où toute maladresse de la part du gameplay est écartée, nous offrant alors une expérience de jeu ultime et incroyablement menée d’un bout à l’autre. Du moins, jusqu’au prochain obstacle...

Le générateur d'électrique permet d'actionner des interrupteurs, mais également d'exploser les ennemis.

Une soucoupe armée jusqu'au boulons !

Nombreux sont les objets à acquérir avant d’aller taper à la porte du boss suprême. Ils sont neuf et ils sont tous indispensables à un moment ou un autre de l’aventure. Vous trouvez donc un scanner bien utile pour connaître la faiblesse des ennemis, une tourelle basique, un missile que vous pouvez guider, une scie circulaire efficace pour déblayer les gravats, un bouclier énergétique, un bras articulé permettant de saisir des objets ou des éléments du décors, un outil magnétique, un générateur électrique et enfin, un laser se reflétant sur certaines parois. Si certains sont essentiels à chaque moment de l’aventure comme le scanner, d’autres sont relégués au second plan et prennent la poussière dans le menu circulaire permettant de les sélectionner en tant réel, à l’instar du bouclier énergétique qui au final, se révèle être assez quelconque. Dernier point : les petits gars de Fuel Cell ont parfois fait preuve de véritables éclairs de génie comme le montrent ces mécanismes donnant la possibilité de faire basculer le décor afin que le soucoupe puisse se faufiler dans des interstices auparavant inaccessibles. A l’inverse, force est de constater que plonger le joueur dans le noir de manière relativement prolongée n’est indubitablement pas la meilleure idée qui soit. De plus, que des créatures aux allures de poulpes géants tentent de vous avaler dans ces abysses obscurs est pesant à la longue.
Les Plus
  • Les graphismes à tomber
  • La variété des différents niveaux
  • Les casses-têtes, agréables et bien menés
  • La course de lanternes, sympathique
  • Les nombreux outils
  • La faune et la flore, belles, dangereuses et variés !
  • Une durée de vie honnête
  • Un système de régénération original, bien que pas assez présent
Les Moins
  • Une maniabilité souvent exécrable
  • De nombreux obstacles tellement difficiles que ça en devient limite vicieux
  • Après 3 chocs, la soucoupe se désintègre
  • Les bruitages de bonne facture
  • Une difficulté vraiment, mais vraiment mal dosée