Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent brassent de l’air

22 août 2007
Testé par sur
Disponible sur
1

Si vous aimez les coquilles vides, ce jeu est fait pour vous. Combats répétitifs et inintéressants, niveaux alignant imperturbablement les mêmes obstacles et les mêmes moyens de les résoudre, graphismes fades sur consoles de nouvelle génération, cinématiques 3D médiocres, scénario confus... Sans sa licence, Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argentaurait sombré dans les oubliettes. Seulement voilà : les personnages sont connus. Le film est un blockbuster. Avec une campagne marketing énorme. Après, c'est peut-être suffisant pour faire un bon jeu ou en tout cas de bonnes ventes.

Certains jeux sont ambitieux. Ils cherchent à faire évoluer un genre. A créer la surprise. A combler les attentes. D’autres sont justes paresseux. Voire opportunistes. Ils tablent sur une licence connue, sur un film bourré d’effets spéciaux, sur une sortie simultanée, pour faire parler d’eux. Et se vendre comme des petits pains. C’est le cas des 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent, un jeu d’action qui remplit difficilement son cahier des charges. Sans rien proposer de neuf. Et surtout rien d’excitant.

Le jeu prend beaucoup de libertés par rapport au film mais conserve quelques passages clefs.

Le blues du super héros

Si vous avez vu le film, vous savez que la normalité est au cœur des débats entre les 4 Fantastiques. Est-il possible de se marier quand on a un corps élastique ou invisible ? Avec une planète ou une ville à sauver tous les quarts d’heure ? Et quand on la tête d’une falaise bretonne, comment fait-on pour dénicher une femme taillée sur mesure ? Même la Torche a des problèmes de couple, à force d’enchaîner les conquêtes sans lendemain (le pauvre). Si vous avez vu le film, vous avez peut-être écrasé une larme devant ces super héros aux préoccupations si humaines. Et vous pouvez vous préparer à en écraser une seconde en voyant l’adaptation vidéo ludique.

Vous allez vite vous rendre compte que certains héros ne servent quasiment jamais.

Toujours la même chose

Même en étant particulièrement indulgent, il est difficile d’apprécier un jeu aussi répétitif. Le but de chaque mission, quel que soit l’environnement, est de démolir une porte, de désactiver une barrière électrique, d’accéder à un ascenseur, d’activer un pont... Le tout avec des hordes d’ennemis décérébrés qu’il faut bastonner toujours de la même façon. Les salles où la porte se ferme derrière vous et où un troupeau de monstres se précipite sur vos héros, la progression est est trop systématique. Pour ne rien arranger, les niveaux sont trop longs et pas suffisamment variés. Bref, passées les premières minutes de découverte, Les 4 Fantastiques et le Surfeur d'Argent devient d’une monotonie assommante.

Vous pouvez déclencher des combos à deux mais on est très loin de ce que montre le film.

Zéro pointé

L’idée de changer de personnage à la volée est plutôt bien mais dans les faits, elle est très mal exploitée. La Chose peut soulever quelques gros objets comme des voitures ou casser certains murs, mais c’est vraiment trop ponctuel. La Torche vole à peine, sauf dans quelques passages dédiés, et se contente de jeter des boules de feu. La femme invisible ne sert à rien, sauf pour passer certains obstacles. Et M. Fantastique se contente de frapper plusieurs ennemis à la fois avec ses bras élastiques… Pire, la difficulté est très mal dosée. Quand un des 4 Fantastiques meurt, il suffit d’attendre quelques dizaines de secondes pour qu’il revienne combattre. Du coup, tant que toute l’équipe ne meurt pas en même temps, aucun boss ne résiste bien longtemps. Au pire, il suffit de slalomer entre les ennemis et les projectiles pendant quelques secondes. Passionnant. La réalisation fait en plus clairement penser à de la PlayStation 2 ; à part le sol brillant comme s’il avait été nettoyé au M. Propre, la version Xbox 360 est laide. Autant éviter cette adaptation opportuniste.
Les Plus
  • C'est les 4 Fantastiques !
Les Moins
  • Ultra répétitif
  • Trop facile
  • Pouvoirs et complémentarité des héros très mal exploités
  • Moche et mal animé