For Honor

13 mars 2017
Testé par sur
Disponible sur
3

Défoulez-vous sur le champ

For Honor est une très bonne surprise dans le catalogue d'Ubisoft. Bourrin à souhait et pourtant technique, le jeu des studios français a de quoi séduire un large public par ses qualités. Le changement de personnage implique de recommencer depuis le début, en apprenant une liste de coups rappelant presque un jeu de combat. Le titre sait même se montrer stratégique dans ses différents modes de jeu, que ce soit en duel, en rixe (2 contre 2) ou en match à mort par équipe. Le mode Dominion complète parfaitement la liste des modes disponibles, en sachant que tous ces modes sont disponibles contre l'IA. Reste que pour le moment, For Honor souffre de problème de stabilité et de connexion et que les quatre modes disponibles vous font vite tourner en rond.

Si les joueurs reprochent souvent à Ubisoft d'user jusqu'à la moelle ses licences phares avec des suites très régulières, le géant français reste pourtant à la pointe de l'innovation et n'hésite pas à produire des jeux atypiques. For Honor fait partie de cette tendance et vous propose un jeu médiéval fantastique, bien loin d'Assassin's Creed ou des agents de The Division.

L'histoire

Si For Honor dispose bien d'un mode Histoire, il s'agit ici surtout d'une très bonne façon de vous faire la main sur ce jeu au gameplay savoureux. Dans un univers de science-fiction Ashfield, Vikings, Chevalier et Samouraïs s'affrontent et tentent d'exister pour conserver les maigres ressources encore disponibles. Alors que le monde semblait se stabiliser, la mystérieuse Appolyon des troupes Chevaliers veut faire revivre ses heures de gloires aux siens. Avec son bras droit et les meilleurs éléments du royaume, elle décide de repousser les pilleurs et s'introduit en terre Vikings. Mais ses desseins sont bien plus sombres et vous ne tarderez pas à vous en rendre compte. Découper en trois parties, vous alternez les différentes factions et les différents types de héros. Ce qui vous permettra de faire votre choix quand vous commencerez le multijoueur. Bien qu'anecdotique sur le plan scénaristique, ce tutoriel est tout de même bien pensé, vous offrant quelques combats accrochés et des phases de jeux supplémentaires.

Trois contre un ? Aucun soucis.

Le principe

Pour bien comprendre le principe de For Honor, il faut s'imaginer un mélange du Muso et de jeu de baston. La liste des boutons est assez habituelle : un coup fort, un coup faible, une chope, une esquive et une garde (le tout multiplier par trois vu que vous devez choisir une direction). Et là, Ubisoft réussi parfaitement la fusion des deux genres. Si vous vous trouvez face à un champion, la simple pression de la gâchette LT vous fait passer en mode duel. Tandis que face à un groupe de simple soldat, vous pourrez bourriner comme bon vous semble. Chacun des douze personnages possède une liste de coup qui lui est propre avec une attitude distincte et des combos différents. Quand vous avez choisi un personnage parmi les douze, vous devez donc commencer par apprendre sa liste de coups et vous préparez à faire face à ceux des ennemis. Ainsi, dans les phases de duel, si vous vous trouvez face à un chevalier vous devrez plutôt parer en premier, tandis que face à un spadassin, vous tenterez d'abord une esquive. Cela a un réel impact sur le combat et changer de personnage n'est pas chose aisée.

Bien entendu, comme dans tout bon jeu de combat, une sorte de balai se met en place. Observer son adversaire pour parer ou esquiver les coups les plus puissants. Attendre le meilleur moment pour placer des combos dévastateurs ou prendre le risque de l'initiative. Et c'est là qu'intervient votre archétype, aux nombres de quatre pour le moment. Les gardiens sont les héros les plus faciles à incarner. Ni trop lents, ni trop faibles, ils vous permettent de commencer l'aventure sereinement. Les assassins sont des personnages rapides favorisant les contre attaques et le harcèlement. Les défenseurs sont des personnages lents mais qui infligent de sévères dégâts en cas de touche. Enfin, vous avez la catégorie des hybrides, les héros les plus difficiles à diriger. Du Berserker à l'Orochi en passant par le spadassin, chaque héros vous offre une nouvelle expérience de combat, en prenant en compte que chacun d'eux dispose d'une portée différente sur le champ de bataille.

Il ne faut pas hésiter à utiliser les éléments du décor pour attirer la gloire plus facilement.

Le multi

Il s'agit du cœur du bastion de For Honor. Le mode Histoire et les modes contre l'IA ne sont que des pré-quels à ce qui vous attend vraiment : affronter d'autres héros. Chaque mode de jeu possède sa propre stratégie et cela se vérifie à chaque matchmaking. Vous avez tout d'abord les duels, ceux qui vous font affronter un seul ennemi. Il s'agit du mode le plus réfléchi, car finalement seul le vivant gagne, alors rien ne sert de se précipiter. Le mode Rixe introduit la notion d'entraide mais aussi de timing comme pour le match à mort par équipe. Pour gagner une manche vous devez rester le dernier debout. Mais une fois qu'un de vos coéquipiers a terminé son combat, il va se dépêcher d'aller vous aider. Le quatre un contre un s'équilibre alors, donnant lieu à des deux contre un ou trois contre un. Mais rien n'est perdu, notamment grâce aux projections et au mode Vengeance. Enfin, le mode Dominion vous propose de vous affronter en quatre contre quatre avec réapparition et capture de zone. Il s'agit du mode le plus fun, pouvant donner lieu à une petite vingtaine d'exécutions si vous êtes efficace. Tous les points acquis alimentent la guerre des clans sur une carte indiquant les fronts, et cela c'est assez anecdotique.

Certains décors sont franchement somptueux.

Pour qui ?

Sous ses airs bon enfant, presque aguicheurs, For Honor s'avère pourtant être un titre rigoureux et technique. Si n'importe qui pourra se laisser séduire par la simplicité d'incarner un Kensei ou un champion, les autres personnages nécessitent d'être bien plus tenace pour en apprécier les aptitudes aux combats. Et pourtant, se limiter aux trois gardiens de bases seraient presque du gâchis vu les possibilités qui vous sont offertes. En plus, le jeu vous propose tout une série d’exécutions sympathiques : décapitations, éventrations et autres joyeusetés. Un jeu qui n'est pas à mettre entre toutes les mains et qui fera fuir les plus tremblantes.

Après avoir tué un ennemi, rien de tel qu'une petite frime pour l'énerver un peu plus.

L'anecdote

Affronter des ennemis en duels dans For Honor, c'est aussi s'exposer à se faire massacrer par un personnage plus fort ou un joueur qui se débrouille mieux que vous. Une des stratégies les plus simples quand vous débutez dans le jeu consiste à attirer un ennemi dans un coin de la carte avec un trou (pont, muraille, bord d'une falaise) et de le pousser vers ce précipice avec la parade lorsque celui garde. Cela ne fonctionne pas toujours, mais ça peut vous faire des victoires faciles, empêcher en plus la réanimation de l'ennemi par un camarade. Cependant, cette stratégie a un point faible et je l'ai découvert bien vite. Face à un personnage de type hybride notamment, cette stratégie facilite le travail de l'adversaire puisque celui-ci n'a même pas besoin que vous vous mettiez en garde pour vous jeter. Des mauvais souvenirs pour moi qui plus est lorsque je suis tombé sur toute une équipe de personnages rapides et agiles.
Les Plus
  • Les exécutions ou fatalités, de grands moments de bonheur
  • Une modélisation des combattants et des mouvements crédibles
  • L'ambiance sur le champ de bataille sans fioriture
  • Des personnages variés en style et en combo
  • Des modes de jeu qui impliquent souvent des stratégies différentes
  • Les différentes exécutions et frimes
  • Une difficulté progressive en fonction du héros avec lequel vous jouez
Les Moins
  • Un problème de stabilité durant les parties en ligne qui vous font parfois sortir de votre partie
  • Toujours être obligé de retourner au menu de départ si la moitié des joueurs quittent la partie plutôt que de retourner en matchmaking directement
  • Seulement quatre modes de jeu pour le moment