Abraca

11 mai 2015
Rédigé par
Prévu sur

Un party-game parti pour briller

Abraca est un party-game dans l'univers des contes de fées. Oubliez la poésie de Prince et Princesse, ici ça cours et ça bastonne dans une ambiance bon enfant. Sans conteste, le petit dernier du studio Ankama Canada nous a bien accroché.

Aimant à soirée entre potes

Abraca, le genre de jeu qui vous attire irrémédiablement vers le canapé. C'est bien simple, lors du tour du line-up d'Ankama, les manettes sont passées de main en main pendant toute l'après-midi.


Logo


Qui dit Party-game dit minimum deux joueurs. Ici, quatre personnes peuvent s'affronter en local. Chacun des joueurs prend le contrôle d'un couple prince/princesse. Dans une première phase, vous incarnez le prince, dans une course effrénée semée d’embûches. Les pièges sont actionnés par les autres princes qui attendent leur tour pour incarner leur prince. Le prince a 40 secondes pour progresser le plus loin possible. Une fois que le tour de chaque joueur est passé, les princesses prennent le relai pour se crêper le chignon. Vous voilà embarqué dans des combats survoltés aux règles changeantes : récupérer plus de pièces que vos adversaires, porter une couronne le plus longtemps possible ou bien tout simplement battre les autres protagonistes. La partie se termine quand un des princes a réussi à vaincre le boss de fin de parcours, lui aussi contrôlé par les joueurs.
 

Trois gameplay en un terriblement efficaces

La démo que nous avons pu tester ne contenait qu'un seul parcours et trois mini-jeux de combats. Les salles se succèdent, la difficulté s'intensifie au fur et à mesure de la progression du prince. Mais détendez-vous, rien d'insurmontable, vous êtes là pour vous amuser. Pour ce faire, le prince peut, pour braver les pièges et continuer son chemin, frapper au corps à corps ses adversaires avec son épée ou à distance avec des lances. Les autres joueurs actionnent les pièges et incarnent des chevaliers, des fusillés ou des plateformes se dérobant sous les pieds du prince. Les princesses donne deux types de coups un direct et un crochet, genre de shoryuken pour les adeptes de Street Fighter.


Logo


Quand vous jouez à Abraca, les références fusent. Super Smash Bros, Super Ghouls'n'Ghost ou encore Rayman, les trois gameplay ou plutôt le gameplay asymétrique rappelle les heures glorieuses du jeu vidéo. C'est clairement un gage de qualité. D'autant plus que la démo ne présentait qu'un seul défaut : des phases de transitions un peu longues, sans pièges à poser pour les adversaires du prince.
 

Un univers transmédia

Le jeu est bien sûr tous public, pour l'ensemble de la famille. Mais le cœur de cible d'Ankama, ce sont les enfants. L'univers du titre, imprégné des contes de fées, est chatoyant et encore une fois passé à la sauce humoristique de l'éditeur. Car, à l'instar de WAKFU, Abraca est un univers transmédia. À coté du jeu, l'éditeur français va produire une série d'animation dans ce monde de princes, princesses et de dragons tous autant déjantés les uns que les autres. Si cette information relève d'une annonce, Abraca, le jeu vidéo, est attendu de pied ferme pour la fin de l'été sur PC, Mac, et consoles.