Destiny 2

02 août 2017
Rédigé par
Prévu sur
  • Éditeur Activision
  • Développeur Bungie
  • Sortie initiale 6 septembre 2017
  • Genre First Person Shooter

Sous le joug d'Activision, la Tour brûle-t-elle ?

Après l'énorme succès de Destiny, Bungie et Activision continuent de dérouler leur programme de partenariat autour de la licence Destiny. En attendant de pouvoir jouer à Destiny 2 en septembre, l'éditeur vient de proposer une bêta sur cinq jours. Premiers éléments sur l'avenir de la série ou simple fan service, difficile d'y voir clair pour le moment.

L'histoire d'un mal inconnu

La bêta commence par le choix de votre classe de personnages (parmi les trois disponibles : Chasseur, Arcaniste ou Titan) et c'est reparti pour... la Tour ! Mais votre approche ne se passe pas comme prévu : pas de réponses des contrôleurs et un sombre orage plane sur votre ancien espace social. La suite vous la connaissez si vous avez vu les bandes-annonces. Les forces Cabals (des gros cochons dindes en armures) de la légion rouge débarquent avec son commandant Ghaul et pulvérisent en quelques instants ce qui était le dernier bastion de l'humanité. Malgré la résistance d'Ikora, de Cayde-6 et Zavala, les trois chefs de section, la cité tombe rapidement et le guide, celui qui partage la parole du Voyageur, disparaît. En tant que gardien, il vous incombe alors d'aider les survivants et d'arrêter ces grosses brutes.

Cette première mission est surtout un prétexte pour repartir de zéro tout en gardant des éléments réconfortants pour les joueurs de Destiny. Vous apercevez cependant les gros efforts mis en place par Bungie pour donner du corps à l'histoire de leur bébé, mais aussi aux visuels. En effet, le rendu est plus que probant quand on repense au premier volet. La pluie, les explosions et même l'apparence des ennemis ont un meilleur impact sur votre immersion du joueur dans l'univers. Et si la mission ne montre pas grand-chose, elle est une mise en bouche succulente et explosive.

Les références aux grands noms de la SF sont nombreuses.

L'assaut qui claque mais pas trop

Une fois que vous vous êtes fait la main sur la mission, vous voilà prêt à lancer l'assaut disponible durant cette bêta (un assaut correspond à une mission de 15 à 20 minutes avec trois joueurs). La formule ne change pas par rapport à Destiny et propose toujours des affrontements variés sur des lieux entièrement visitables en dehors de l'assaut, puis des combats contre des sous boss avec objectifs, et enfin un gros boss bien balaise. Là où cet assaut "de la flèche inversée" propose une vraie progression, c'est dans la taille de la carte, nettement plus grande. En plus, le boss évolue avec trois stades différents qui impliquent une variation de stratégies et de positionnements. Mention spéciale pour le passage de la foreuse qui n'aura de cesse de renvoyer les joueurs trop téméraires à leur statut de mortel. Le bilan de cet assaut est plutôt bon, en espérant que tous les autres lui soient du même acabit.

Moins de joueur, plus de munitions pour armes lourdes et un résultat plus accrocheur.

Le PvP ou comment lorgner sur l'e-sport

Deux modes étaient disponibles durant cette bêta, montrant ainsi l'évolution souhaitée par Bungie pour son PvP. Tout d'abord parlons du mode domination qui fait office de liaison à l'ancienne génération de joueurs. En quatre contre quatre, vous devez capturer trois zones réparties sur la carte. Afin de rendre la partie plus dynamique, les points de domination A et C sont attribués dès le début aux deux équipes. Vous devez donc capturer les deux zones restantes plutôt que de camper sur la première. Dynamique, avec une carte bien pensée, ce mode de jeu se veut ouvert à tous.

Le second mode "countdown" est quant à lui un peu plus coopératif vu qu'il est clairement orienté compétitif. Toujours en quatre contre quatre, les deux équipes vont devoir chacune leur tour déclencher ou défendre deux bombes. L'aspect stratégique est mis en avant. Créer deux groupes de deux ou défendre/attaquer à quatre fait partie des possibilités à envisager pour atteindre les six points nécessaires à la victoire. Les compétences individuelles ainsi que la capacité à jouer en escouade de quatre (avec votre clan par exemple) sont des éléments d'autant plus importants. Plus difficile que le mode domination, ce mode de jeu présente un challenge non négligeable.

Le PvP opère un virage important. La diminution du nombre de participants a un réel impact sur le résultat de la partie, surtout si vous jouez avec ou contre une équipe complète. Il est sans doute moins abordable pour une nouvelle génération de joueurs mais progresse de façon substantielle. Attention cependant, au cours de cette bêta, nous avons pu croiser les mêmes problèmes que durant la première année de Destiny : des joueurs qui ne prennent pas de dégâts, d'autres qui tirent à travers les murs, etc. À surveiller donc.

Les supers revisités sont vraiment appréciables.

Premières impressions

Maintenant que les présentations sont faites, faisons un petit point sur cette mise en bouche. Le premier sentiment est plutôt bon. Les décors et ennemis sont plus agréables à l’œil et bénéficient d'un niveau de détails plus poussé. Les différents éléments de Nesus montrent un certain travail, même si le sentiment de déjà-vu persiste.

Comparé à son ainé, les éléments les plus marquants sont les améliorations sur les différentes doctrines. En effet, les doctrines passives retrouvent un intérêt offensif, notamment le bouclier du titan qui rappelle largement Captain America. Sur les six présentées, l'intérêt collectif et individuel sont réévalués. Les changements opérés sur le PvP sont aussi appréciables. Ils modifient la donne et relancent le jeu avec sa partie compétitive. Pourtant, il ne s'agit que d'une bêta avec un contenu volontairement maigre, privant les joueurs de Destiny de leur occupation préférée : le farming. Cela dit, il est évident que ce Destiny 2 reste attendu. Et avec beaucoup d'envie !