Lundi, c'est le coup de cœur !

06 mars 2017

Écrit par

Comme chaque lundi, un membre de la rédaction partage avec vous son coup de cœur sur l'annonce d'une nouveauté, sur la diffusion d'un trailer inédit, sur une sortie particulière ou un événement précis lié à l'actualité du jeu vidéo. Ça peut également être l'occasion pour lui de vous faire part d'un passage clé d'un jeu en cours de décorticage pour Gamatomic. Bref, aujourd'hui, voici le coup de cœur...

Voilà la semaine Switch à peine terminée qu'il faut retourner à nos simples vies de gamers. Et si mon portefeuille ne m'a pas permis de franchir le pas Day One pour la nouvelle machine de Nintendo, mes yeux ont continué de se balader sur d'autres produits. Ce qui a le plus attiré mes petites mains (et mes yeux) ces derniers temps est un jeu dont je n’espérais plus grand chose, un peu refroidi par mes dernières désillusions. Aujourd'hui, je vais vous parler de mon coup de cœur du moment : Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands



Pour tout vous dire, je n'attendais pas spécialement ce jeu, il n'était même pas mentionné dans mes Meggas 2017 et j'avais mes raisons. Les derniers jeux de tir d'Ubisoft m'ont calmé, je ne vais pas revenir dessus. Pourtant, au détour d'une beta ouverte, convié par un ami, je dois bien dire que mon avis a changé. Wildlands m'a même emballé et pour un multijoueur, ce n'est pas arrivé depuis Destiny.



Outre les décors magnifiques proposés par Ubisoft Paris, la sensation de liberté donnée par les dimensions de la carte, c'est bien cette sensation de scotcher à quatre devant une mission plus compliquée qui m'a subjugué. Le travail d'équipe a vraiment été au cœur de cette expérience même si la première partie se fait plus facilement. Et une fois votre style adopté, que vous soyez un adepte du sniper, de l'infiltration sans morts ou des éliminations de masse, à vous le plaisir de défier les dangereux cartels locaux. Le plaisir est vraiment saisissant, que vous partiez à quatre Ghost expérimentés ou avec un ami plus prudent. J'ai d'ailleurs pu faire une courte session avec l'Aukinou, le gratifiant d'un "beau travail !" en débarquant dans sa session. J'ai vraiment hâte de m'y coller dès demain, en solo ou en équipe.

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :