Lost Paradise plus près du paradis

01 juil. 2005

Écrit par

A peu près un an après notre visite dans les studios de White Bird Productions, nous souhaitions faire un point sur Lost Paradise, le premier jeu développé par le jeune studio français selon une idée et une direction de Benoît Sokal, auteur de bande-dessinée.

Au travers d'un entretien avec Michel Bams, responsable marketing du studio, nous avons eu la surprise de découvrir une expansion du studio dans plusieurs domaines. De nouveaux projets, des équipes plus nombreuses, des accords avec différentes sociétés... Mais surtout au travers de tout cela, le développement bien avancé de Lost Paradise, qui, surprise, perd son "Lost" et devient simplement Paradise. Et qui, du coup, subit également un léger décalage sur sa sortie.

Entretien réalisé avec Michel Bams, responsable marketing de White Birds Productions.

Que s'est-il passé chez White Birds depuis un an ? Les équipes ont-elles évolué, de nouveaux projets sont-ils nés... En somme, quel développement connaît aujourd'hui le studio ?

    Michel Bams : Le studio a grandi, et même considérablement : nous sommes installés depuis le 1er janvier sur le site de la "Cité du Cinéma" à Joinville. L'effectif est maintenant de 17 personnes en interne ici à Joinville et deux au Canada. Avec les équipes extérieures, cela place l'effectif total de Paradise à 30 personnes environ.

    Nous avons d'autre part finalisé notre accord avec les Editions Casterman, qui sont entrées au capital de la société. White Birds Productions est désormais une SAS dont Casterman détient une grosse part minoritaire. Parmi nos nouveaux travaux, nous adaptons la série d'albums pour enfants "Martine" en multimédia ludo-éducatif avec une première sortie en fin d'année. Enfin, notre deuxième gros projet de jeu, Aquarica, est à l'état de maquette et commence à être présenté aux éditeurs. Beaucoup de changements donc...

Lors de notre visite, Lost Paradise en était encore beaucoup au stade du papier, ou du moins peu encore animé. Qu'en est-il aujourd'hui, peut-on déjà imaginer des beta-testeurs explorer quelques niveaux ? Envisagez-vous une démo ?
    M.B. : Finalement, le jeu s'appelle "Paradise" et a donc perdu son "Lost". Il est avancé à plus de 60% et la version Alpha a été validée par l'éditeur Europe (Micro Application) il y a un mois. Les enregistrements sont en cours. Le monde 1 est entièrement fini/jouable ; le monde 2 en version "développement". Tout le beta test se fera plus tard, lorsque l'ensemble des puzzles seront implémentés, pas avant.

Que pouvez-vous nous dire de plus sur l'intrigue et le gameplay ? La comparaison avec la série des Syberia sera peut-être un peu trop évidente à faire, mais que pouvez-vous donner comme points de différenciation à un joueur qui a déjà apprécié cette série ? Quelles nouveautés un joueur pourra y découvrir ?
    M.B. : Il n'y a que le principe général d'aventure 2D/3D qui est le même que dans les jeux précédents de Benoît, ou d'autres productions du marché d'ailleurs. Tout le reste est différent, de l'histoire aux personnages. Même si le plus important est que le jeu est signé Benoît Sokal et que les joueurs qui ont apprécié ses univers précédents aimeront certainement celui-ci.

En janvier dernier, nous avons appris que l'éditeur de Paradise sera Micro Application. Avec une sortie a priori plannifée en novembre (corrigez-moi si besoin), avez-vous déjà envisagé une stratégie de lancement ? Plus précisément, comment comptez-vous présenter Paradise au grand public, puisque ce jeu s'adresse vraisemblablement à tout joueur PC ?
    M.B. : Finalement, nous avons pris la décision de sortir le jeu au premier trimestre de l'année prochaine. S'il est un "hit" potentiel dans son domaine, il est toutefois difficile de combattre les gros titres action / sport / shoot de fin d'année à armes égales... La première étape du lancement sera un site internet sur le jeu qui sera en ligne à la fin août.


Ci-dessous, découvrez une série de renders, dont certains sont inédits.
Merci à Michel Bams pour son concours.