TrackMania Turbo

25 avr. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Nadeo
  • Sortie initiale 24 mars 2016
  • Genres Arcade, Course

Pas de place sur le podium pour les losers

TrackMania Turbo énerve mais donne en même temps un but à ces courses effrénées. Alors vous insistez, vous vous appliquez. Pour vous détendre, une partie de multi en local vous apportera une bonne tranche de rigolade, avant de vous focaliser à nouveau sur vos objectifs de trajectoire. Ne vous étonnez pas si vous vous retrouvez dans votre baignoire à revivre chaque virage pour être au taquet sur votre prochaine course.

Nadeo revient sur le devant de la scène avec TrackMania Turbo. Toujours aussi coloré, nerveux et orienté time attack, le titre apporte tout de même quelques nouveautés pour faire varier les plaisirs. Alors, prêts à réaliser votre meilleur chrono coûte que coûte ?

L'histoire

Suspendu à plusieurs dizaines de mètres au-dessus de la piste par un câble tendu, vous regardez fébrilement le décompte : 3, 2, 1, feu vert ! Vous êtes lâché en chute libre, le pied sur le champignon, vos roues tournant à toute berzingue juste avant de toucher le sol. Les premières millisecondes sont essentielles pour anticiper le premier virage et adopter tout de suite une bonne trajectoire. Déjà les fantômes de vos concurrents font des écarts et entreprennent de serrer à la corde. Premier virage en dérapage, pas trop mal géré, vous êtes dans le peloton de tête au checkpoint. Arrive à 250 km/h un rétrécissement de voie ; un léger coup de pad sur la gauche pour centrer et... Non ! votre roue frôle la glissière, vous faisant ralentir un quart de seconde. C'est rien mais c'est déjà suffisant pour savoir que vous ne finirez pas la course sur le podium. Vous voyez les fantômes concurrents vous doubler à toute allure, inutile de trainer : un coup sur la touche "Rond" de la manette et vous revoilà instantanément positionné au départ, suspendu au câble. 3, 2, 1...

On va dire que oui

Le principe

TrackMania Turbo reprend les ficelles de ses grands frères. Issu d'une lignée intarissable de titres déjantés, il transporte son patrimoine génétique tout en apportant son lot de petites nouveautés appréciables. Du côté des grands-parents, vous retrouvez donc le principe-clé du jeu de course : le time attack. Tout tronçon, parcours, défi, est soumis au meilleur temps. Inutile d'espérer remporter une quelconque victoire sans garder cela en tête.

TrackMania Turbo est composé de quatre environnements aux styles de tracés et à la maniabilité des véhicules très différents. Le mode campagne vous fait traverser successivement les quatre environnements par shots de 20 courses, vous contraignant à reprendre en main le véhicule à chaque fois. Ainsi, vous aurez davantage le sensation de piloter une savonnette avec le buggy lorsque vous sortez d'une session de dérapages intensif dans les canyons. Les néophytes se sentiront perdus, en ce demandant quel pervers chez Nadeo a ainsi choisi des caractéristiques si foireuses pour ses bolides. Mais on lui pardonne après quelques dizaines de virages pitoyablement ratés, peu à peu maîtrisés.

Les circuits verticaux, un classique de Trackmania

Le multi

Comme dans de nombreux jeux actuels, tout est multijoueur. Même la campagne solo peut être traversée en mettant à l'amende les chronos de vos amis. Mais à moins d'apprécier particulièrement les aventures solitaires, TrackMania Turbo puise tout son fun dans le challenge international qu'il apporte. Le mode multijoueur en ligne classique vous place sur la ligne de départ avec des dizaines d'opposants. Seul leur fantôme apparait, comme d'habitude, donc sans collisions. N'oubliez pas : Trackmania est un ode à la trajectoire parfaite ! Vous avez donc quelques minutes pour réaliser le meilleur chrono en même temps que tout le monde, en recommençant autant que vous le souhaitez. Profitez-en pour observer vos concurrents, certains prennent des trajectoires qui se révèlent assez efficaces.

En local, de nombreux modes assez marrants sont proposés, notamment le Double Driver : deux manettes, une voiture : c'est la moyenne des deux qui génère la trajectoire du bolide. Vous aurez l'impression au début de conduire avec deux mains gauches mais peu à peu, la synergie s'opère. À noter que la plupart des modes et défis sont possibles en solo ou à deux, en ligne ou non.

Ce bordel jouissif

Pour qui ?

Qui n'a jamais posé la main sur le volant nerveux d'un bolide de Trackmania ? Qu'il se dénonce immédiatement. Si tel est le cas - tout arrive -, sachez cher joueur que vous ouvrez la boite de Pandore d'un titre qui a fait ses preuves mais peut désarçonner de prime abord. Si vous n'êtes pas familier du genre, la course au chrono parfait dans un environnement si délirant a de quoi surprendre. Vous auriez envie de plutôt vous castagner avec les concurrents à la manière d'un Mario Kart plus réaliste mais il n'en n'est rien. Les décors mirobolants ne sont là que pour vous déconcentrer de votre but premier, à savoir réaliser la trajectoire parfaite et recommencer encore et encore jusqu'à plus soif. C'est ça, l'esprit Trackmania : de la performance uniquement, avec quelques arrangements avec la physique pour la touche de fun.

Double Driver, ou comment se mettre d'accord sur la gauche et la droite

L'anecdote

TrackMania Turbo ne serait pas totalement abouti sans son Track Builder. Retroussez vos manches, enfilez votre casque de chantier, faites chauffer les pelleteuses : vous voilà nommé chef de chantier pour nous sortir les meilleurs pistes de votre cerveau malade. L'outil est facile à prendre en main dans son mode classique, qui suffit amplement pour s'essayer au level design. Une fois que vous avez bien testé votre création, il ne vous reste plus qu'à la publier en ligne et laisser les joueurs tenter de vous battre. Bon courage à eux. Pendant ce temps, allez relever le défis d'autres joueurs ; c'est ainsi que vous gagnerez du galon, et accessoirement du respect.
Les Plus
  • Beau, coloré, nerveux
  • Les quatre environnements sont très différents
  • Le trackbuilder super simple et complet
  • Double Driver : conduire bourré en restant sobre
  • 100 joueurs en même temps sur une piste
Les Moins
  • Encore et encore du time attack
  • Le buggy ensavonné
  • Malgré tout, un étrange sentiment de solitude lors de nombreuses courses