The Escapists : The Walking Dead

30 oct. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

L'avenir est dans le 8 bits

Si le début de l'aventure est difficile, laissant présager des lourdeurs de gameplay et une certaine répétitivité, la réalité de The Escapists : The Walking Dead est tout autre. Certes, le jeu demande souvent beaucoup de rigueur et de finesse, mais une fois les facteurs clefs de votre survie assimilés, l'aventure offre un réel plaisir que vous soyez fan de 8 bits ou non. Les niveaux sont suffisamment bien conçus pour permettre une exploration sans pour autant vous laisser le loisir de vous balader nonchalamment. Une vraie réussite qui montre aussi que la suite d'une pépite indépendante dans un univers ultra connu peut offrir une autre pépite, à condition de s'en donner le temps.

The Escapists : The Walking Dead est la suite d'un jeu édité par Team 17 et développé par Mouldy Toof Studios. Financé sur KickStarter, The Escapists a rencontré un vrai succès en montrant un vrai potentiel et prouvant surtout que le visuel ne fait pas tout. Et si s'échapper de prison ne vous suffisait pas, vous allez pouvoir survivre à des hordes de morts-vivants dans cet épisode très spécial.

L'histoire

Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire de The Walking Dead, séance de rattrapage. Vous incarnez le shérif adjoint Rick Grimes. Gravement blessé lors d'une fusillade, il sort tout juste d'un long coma. Mais l'hôpital est vide et présente de nombreuses tâches de sang ainsi que des cadavres un peu partout. Après une rencontre peu ragoutante avec les créatures mangeuses de chair, vous retrouvez femme et enfant pour un nouveau départ. Suite à un nouvel accident, mais de chasse cette fois, vous foncez à la ferme des Greene pour entamer la phase la plus complexe du jeu : survivre. Transposez le principe de The Escapists n'était pas chose aisée et pourtant une fois la partie lancée, vous comprenez que les deux univers étaient finalement fait pour se rencontrer. Chaque tableau représente une saison de The Walking Dead pour votre plus grand plaisir (Hôpital puis ferme des Greene, prison, etc.). Car finalement la survie carcérale n'est pas si loin de la survie face aux zombies. Enfin... quand elle est pensée pour vous faire cauchemarder !

Les munitions sont des objets précieux qu'il vous faut économiser au maximum.

Le principe

The Escapists : The Walking Dead est un jeu d'aventure exigeant en 8 bits. Un peu déroutant dans un premier temps, il compense sa technique par un gameplay bien pensé. Ne pensez pas vous aventurer au fin fond d'une carte et bâcler l'aventure en deux heures. Le jeu s'organise autour de journées dont découle un nombre d'activités limitées par vos obligations de leader et votre barre d'action, qui se remplie en dormant et mangeant. Vous avez un certain nombre de besognes à effectuer pour vous assurer que le groupe survive et ainsi pouvoir terminer le tableau. Laver le linge de tout le monde, nettoyer le sol, compter les personnes, être présent aux repas, tous ces éléments rythmeront vos parties, à tel point que vous ne disposez finalement que peu de temps libre pour améliorer vos capacités ou fouiller une nouvelle zone.

Mais ce qui génère le plus de stress est le taux d'infection, indiqué sur votre barre de survie à droite de votre écran. 0% signifie votre relative tranquillité dans votre zone de confort mais dès que ce taux change (par la non réalisation d'objectif ou la mort d'un de vos coéquipier), les choses compliquées commencent. En plus de vos tâches quotidiennes et de la gestion de l'armement de vos camarades, vous devez du coup aussi sécuriser votre zone de confort (et celle de vos coéquipiers). Il est alors régulier de subir des attaques et de devoir défendre vos partenaires. Mais vos munitions étant très limitées, cette phase ne peut durer qu'un temps. Si ce pourcentage grimpe trop, la mort vous guette et vous vous réveillez le jour d'après avec la sensation d'échec et l'obligation de recommencer la journée perdue. Car The Escapists : The Walking Dead est un Die and Retry assumé qui fera d'ailleurs souvent appel à cette facette de l'aventure pour vous permettre de progresser.

La nécessité d'avancer passe aussi par l'utilité de la fabrication de nouveaux objets à partir de plans existants. Autre bon point du jeu, la liste impressionnante d'objets à collecter pour avancer dans l'aventure. Fouiller chaque recoin pour dénicher l'objet qu'il vous manque occupe l'intégralité de votre temps libre. Et assembler les plans en retournant chercher les objets trouvés mais que vous n'avez pas pu ramener est un risque important à prendre pour progresser dans les meilleurs conditions. Car vous armer est une chose, mais armer l'ensemble de vos camarades d'infortunes avec leurs armes de prédilections est bien plus difficile, d'autant que votre inventaire est fortement limité. Ce système de fabrication est aussi utile pour l'accomplissement des quêtes des PNJ, ce qui le rend indispensable et indissociable du jeu.

Les activités impératives donnent lieux à des discussions entre les personnages.

Pour qui ?

Comme pour son aînée, il faut avouer que The Escapists : The Walking Dead n'est pas un jeu à mettre entre toutes les mains. Même si son nom accrocheur pourrait attirer une vague de badaud, sa difficulté, ses morts à répétitions et une forme de répétitivité peut rebuter un grand nombre de joueurs. Cependant, passée la première heure de jeu, The Escapists : The Walking Dead a de quoi offrir une vrai bouffée d'air frais, et pas seulement à ceux qui avait succombé à The Escapists. Si vous aimez vous creusez les méninges, ce jeu offre un vrai bonheur à partager.

La nuit, le seul moment vraiment tranquille pour sauvegarder votre progression.

L'anecdote

Ma première session de jeu a été très frustrante, je dois l'avouer. Je suis un joueur plutôt bourrin habitué à maintenir la touche course enfoncée pour parvenir au terme d'un niveau le plus rapidement possible. Arrivé à la ferme des Greene, j'ai compris mon erreur. En voulant courir trop vite vers la grange des morts, mes multiples tentatives ont fini en réveil douloureux, après avoir mené mon groupe à une mort affreuse. C'est en prenant la peine de fouiller chaque recoin que j'ai vu l'ampleur de la tache qui m'attendait et l'intérêt de la salle de sport, unique moyen d'augmenter les caractéristiques du héros. Avec un bon tapis de course, vous augmentez votre vitesse pour échapper aux hordes et avec l'entrainement sur le sac de frappe, vous accroissez votre endurance. Ces épreuves physiques, proche de la séquence Véronique et Davina, sont longues mais nécessaires pour progresser dans l'aventure.
Les Plus
  • La retranscription de l'univers de The Walking Dead
  • Un gameplay bien ficelé
  • L'ambiance soignée, qu'elle soit visuelle ou sonore
  • Les interractions avec les PNJ personnalisables ainsi que les dialogues
Les Moins
  • La difficulté à s'immerger dans le concept de base et sa répétitivité

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :