Destiny : Le Roi des Corrompus

12 oct. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Activision
  • Développeur Bungie
  • Sortie initiale 15 septembre 2015
  • Genre First Person Shooter

Se bonifier en vieillissant

Le Roi des Corrompus en édition légendaire offre l'intégralité du contenu de Destiny et une très bonne occasion de profiter de ce jeu sans payer plein pot ses extensions. Les nouveaux systèmes d'expériences, de loot ainsi que les quêtes rendent le jeu plus intéressant sur le temps et plus égalitaire. Les modes Faille et Pagaille viennent parfaitement compléter le système d’événements d'Osiris et de La bannière de Fer en multijoueur. Dans cette édition, Destiny semble alors être comme il aurait toujours dû : complet !

Voilà un an déjà que Destiny s'est offert une place de choix sur nos consoles. À la fois atypique sur ces supports et en même temps décevant par ses promesses non tenues, Destiny : Le Roi des Corrompus entend bien corriger tous les défauts de la version originale en vous offrant en plus de ce nouveau contenu, les deux extensions précédentes. Alors, simple manne financière pour Bungie ou vrai bon plan ? À vous d'écrire votre légende.

L'histoire

Destiny vous plonge dans un univers de science fiction à la croisée des mondes entre Star Wars, Stargate ou bien Halo. Le Voyageur a débarqué sur terre il y a plus de 700 ans pour apporter la lumière aux humains. Après avoir colonisé l'Espace avec eux, il s'est éteint et a créé les spectres pour former les gardiens. Et c'est à vous, gardiens, de chasser les ténèbres qui ont suivies le voyageur. Entre les rebus, les vex et les cabals, vous allez devoir traverser le système solaire pour renvoyer l'ennemi chez lui. Tout se fini par l'attaque du dieu machine Athéon sur Vénus, et l'insertion du principe fondamental du jeu, la collaboration à six.

Destiny pose les bases d'un premier MMO FPS sur console tout en trouvant ses premières limites, à savoir le nombre de joueur maximum par escouade. Pourtant Bungie n'abandonne pas son rejeton et propose de véritables extensions en lieu et place des traditionnels DLC.

L'équipement est enrichie du spectre et d'une relique.

Le principe

Le descriptif initiale de Destiny était un MMOFPSRPG. En lorgnant du côté des PC, Bungie a aussi trouvé les limites actuelles de nos machines de salons. Il s'agit donc d'un FPS vu que votre action principale sera de tuer à l'arme à feu des foules de créatures variées. Là ou le jeu trouve sa saveur, c'est dans le choix de votre classe de personnage que le gameplay va évoluer. L'arcaniste est un sorcier puissant capable de faire de très gros dégâts et de régénérer sa vie extrêmement rapidement, au besoin même de se ressusciter. Le titan est le défenseur bourrin par défaut. Doté de la plus grosse résistance, il peut aussi générer un bouclier le protégeant lui et son escouade. Enfin, vous pouvez choisir le chasseur, le plus faible mais aussi le plus agile, capable de se rendre invisible aux yeux de tous. Avec deux supers chacun, ses classes vont conditionner l'évolution de votre personnage jusqu'au niveau 40, niveau maximum à ce jour. C'est ensuite en fonction de vos armes et armure que votre niveau de lumière va monter, celui-ci conditionnant ainsi votre force. Bungie propose hebdomadairement des événements pour gagner des objets supplémentaires.

Sans vraiment réussir à proposer un MMO, Destiny vous offre un vrai jeu collaboratif que ce soit en escouade de trois pour les missions et assauts ou à six pour les raids, des assauts spécialement difficiles qui nécessitent de jouer à plusieurs et de collaborer par micros interposés. Finalement, seul le côté massivement n'est pas atteint pour un jeu qui a su faire des adeptes.

Le gjallarhorn est indispensable pour abattre Cropta.

Les Ténèbres Souterraines : Pas si ténébreuses

Plus qu’un simple DLC, Destiny : Les Ténèbres Souterraines propose aux habitués du FPS un vrai contenu. Après vos actes dans Destiny, qui ont fait de vous une légende, le ménage intersidéral doit continuer. Omnig’ul (une prêtresse améliorée) est en charge du réveil de Cropta, le fils d’Oryx, dans son temple sur la lune. Vous allez donc partir à la pourchasse de cette dernière sur terre puis sur la lune, lieu où son maître a établi son temple. Histoire assez sommaire qui se bâcle (ou boucle) en trois heures si vous jouez seul, cet ajout est plaisant mais finalement assez décevant par l’absence de vraies cinématiques marquantes. Heureusement, l’assaut sur Omnig’ul puis le raid sur Cropta remonte un peu la donne. Si faire et refaire le raid en niveau 30 est chose facile grâce à votre niveau 32, le niveau 33 s’apparente plus à un vrai challenge, surtout sans réanimation.

C’est alors que l’importance des classes se fait sentir, ainsi que celle de vos gains d'objets exotiques (objets rares et souvent surpuissants). Car passer la première étape par exemple avec un chasseur équipé correctement, donc invisible la plupart du temps, est plus facile que de le faire en groupe de six. Le vrai point positif est lié au gain du raid, à savoir en plus des sets d’armures complets, une série d’armes assez convaincantes qui commencera à vous faire oublier vos exotiques préférées. Le PVP quant à lui est moins bien loti puisque il hérite seulement de trois nouvelles cartes toutes accessibles en six contre six. Ne vous méprenez pas, elles sont réussies mais seulement trois cartes pour un jeu qui a des faiblesses sur le multijoueur, c’est vraiment léger. Cette extension à 20€ est généreuse pour un FPS mais pourtant pas parfaite.

Un nouveau lieu social fait son apparition sur l'extension 2

La Maison des Loups : La prison des vétérans, la renaissance du PVP et l'ennui assuré

Alors que Cropta restait en travers de la gorge des joueurs les plus ardus ,Bungie propose sa seconde extension : Destiny : La Maison des Loups. En plus d'une histoire brève et de niveau à rejouer à l'envers, l'extension propose un nouveau mode nommé "La Prison des Vétérans". Pour résumer la situation, vous êtes envoyé avec votre équipe de trois joueurs dans une arène pour nettoyer la zone des ennemis présents. Découpé en cinq rounds, cet affrontement alterne alors les types d'ennemis mais aussi les bonus et malus offensifs ou défensifs. Si le niveau 28 est ouvert au matchmaking, dès le niveau 32 vous devrez avoir votre escouade avec vous pour pouvoir finir ses étapes. Au niveau 32, vous avez la possibilité de looter une pièce d'armure par semaine avec des effets sur chaque type de monstre, en 34 une arme par semaine et en 35, les deux.

Si la prison en elle-même n'est pas sans intérêt, la répétitivité des événements et le peu d'attrait des gains d'armes en font une expérience sans grand plaisir, y compris Skolas (le gros boss) qui est incroyablement difficile avec un niveau inférieur au sien (35), à cause de la maladie, des monstres et des objectifs secondaires obligatoires en temps limité. Heureusement, Bungie a cette fois-ci un peu pensé aux adeptes du PVP et propose le programme Osiris du frère Vence. Le but est de s'affronter par groupes de trois pour obtenir neuf victoires qui mèneront au Phare, et au gain associé. Si sur le papier ce mode de jeu peut avoir un certain charme, les joueurs les plus tricheurs ont pu se faire plaisir en minimisant leurs connexions internet ce qui les rend intouchables ou presque (cela sera corrigé lors du prochain événement Osiris mi-octobre puisque les groupes seront aussi assemblés par leurs connexions).
 

Le Roi des Corrompus : Une extension bien pensée

Après avoir fait couiner Cropta des centaines de fois, pas étonnant que le papounet Oryx se montre fort mécontent. Il décide donc de venir venger son fils, embarquant avec lui sa flotte et son armée en direction du système solaire. Arrêté par les éveillés non loin de Saturne, il utilise son étoile noire personnel pour faire le ménage dans la flotte ennemie, créant ainsi un trou béant dans les anneaux de la belle planète. C'est là que vous devez vous rendre pour nettoyer le cuirassier de ses occupants. Cette histoire va vous emmener découvrir vos nouveaux ennemis, les corrompus, ou comment réutiliser les monstres existants pour en faire de nouveaux. Mais ne vous y trompez pas, une fois corrompus, il n'y a pas que leurs apparences qui changent puisqu'ils se retrouvent tous dotés de nouveaux pouvoirs. Les monstres basiques peuvent se multiplier, les minotaures devenir invisibles ou les capitaines lancer des jets enflammés. Autant de nouveaux pouvoirs qui changeront considérablement votre manière de procéder au nettoyage des zones.

Ce qui est frappant aussi, c'est la multitude de quêtes qui vous sont proposées pour éviter que vous stagniez dans votre coin. Plus question d'uniquement former le raid ou l'assaut épique puisque Eris, les différentes factions, l'armurier ou Shaax vous donneront des missions à réaliser pour augmenter votre équipement ou en gagner de nouveau. Collecter des objets sur les planètes, détruire des ennemis corrompus particuliers, nettoyer les planètes des loups qui les ont envahis ou finir la cours d'Oryx, ses mission rythmeront beaucoup plus votre progression que lors de l'an 1. Et c'est là une des principales améliorations de cette seconde année car cela donne du liant qui manquait grandement.

Et encore, là il n'a tiré qu'une seule fois le cuirassé d'Oryx.

Le multi

Coté PVE, si Cropta manquait de saveur en équipe par rapport à Athéon, la chose a été revue à la hausse pour ce nouveau Raid. Pas question de vous embarquer seul dans un combat normalement impossible, tout a été pensé ici pour que vous le fassiez à plusieurs. Et cela est visible dès la première étape où il vous faut placer deux par deux des reliques simultanément sur des statues. Les deux porteurs ne pouvant pas attaquer et des murs à détruire étant placés judicieusement, il faudra alors vous organiser en équipe pour nettoyer les zones le plus rapidement et enfin ramener les objets sur leurs socles. En cas d'échec de pose simultanée, vous reculez d'un tour sur votre série de progression. Et ce n'est que le début. Vient ensuite une phase de sauts, plus ou moins périlleuse, qui mettra vos talents à l'épreuve. Et bien plus que ça pour espérer enfin approcher le roi.

Le PVP n'est pas abandonné pour autant avec deux nouveaux modes qui font leur apparition dans le menu multijoueur. Tout d'abord, le mode faille vous propose de vous affronter par groupe de six avec pour objectif de ramasser un objet nommé relique puis de le placer dans la faille de l'ennemi. Ce mode de jeu nécessite un soupçon d'organisation et reste très agréable. Le second mode s'appelle "Pagaille" et il porte bien son nom. Vos supers, grenades et coup au corps à corps remontent très, très vite. Chacun pour votre peau à six sur une carte, ce mode de jeu est spécialement défoulant. Ces deux modes enrichissent réellement les événements spéciaux Osiris et la bannière de fer pour un multijoueur plus complet.

Une nouvelle arme lourde fait son apparition : l'épée

Pour qui ?

En changeant le système d'expérience et de niveau, ainsi que les ratios de loot qui frisaient le cauchemardesque pour certains objets, Bungie ré-ouvre les portes de sont FPS multijoueur à bon nombre de ses adeptes qui avaient abandonnés. L'édition légendaire offre en plus la possibilité d'approcher l'intégralité du contenu sans se ruiner, ce qui parait être un très bon point pour ceux qui n'avaient pas céder. Si vous aviez succombé aux charmes du gameplay et de l'univers mais pas à celui du loot, cette édition semble aussi une excellente raison pour vous remettre à créer votre légende.
Les Plus
  • Les nouvelles doctrines, vraiment plus fun
  • Le rapport qualité/contenu/prix de l'édition légendaire
  • Beaucoup plus de cinématiques pour le scénario du Roi des Corrompus et les bribes d'histoires racontées par le spectre
  • Les 40 nouveaux équipements exotiques
  • Meilleur équilibre dans le taux de loot
  • Le raid du Roi des Corrompus, à faire à six obligatoirement
  • Le nombre de quête qui permet de faire durer l'intérêt dans le temps
Les Moins
  • Le Raid de cropta, finalement trop simple et ne nécessitant pas de groupe
  • Une nouvelle extension un peu cher à 40€, même si son contenu est bon

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :