LittleBigPlanet Karting en pôle position

27 déc. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3

LittleBigPlanet Karting représente un bon pas d'une franchise sympathique investissant un genre dont il n'a pas encore entièrement la maîtrise. Bourré de qualités au niveau créatif, mais également entaché par de vilaines erreurs d'équilibrage et de conception globale. Le titre pourrait faire passer de bons moments sans prise de tête pour un groupe d'amis ne cherchant pas trop à creuser le fond du gameplay, et qui seraient content juste de voir des Sackboy rouler et se tirer dessus joyeusement. Mais le prix global, au vu de la prestation, risque de voir LittleBigPlanet Karting relégué au second plan, éclipsé par des titres mieux finit et moins onéreux. Pourtant loin d'être mauvais - LittleBigPlanet Karting est même carrément sympa - nous vous conseillons malgré tout de ne vous le procurer que si vous êtes fan de jeu de karting, ou alors d'attendre simplement qu'il soit rabaissé à un tarif moins prohibitif.

Ces derniers mois ont été prolifiques en jeux de course et de karting, entre Sonic & All Stars Racing Transformed Wii U, F1 Race Stars et LittleBigPlanet Karting. Fatalement, un même créneau entraîne une compétition qui sied bien au style de ce type de jeu. LittleBigPlanet Karting part avec de gros avantages de son côté : un univers riche et fascinant, des possibilités énormes de personnalisation, et un capital sympathie pouvant toucher un large éventail de joueurs. Mais ce petit bolide peut-il tenir la distance face à ses concurrents ?

L'univers coloré et fantaisiste de LBP est bien illustré.

Course en Sackboy

Le monde farfelu et coloré de LittleBigPlanet s'invite dans une course de karting avec un fond scénaristique n'étant qu'un prétexte pour placer ses billes dans le monde très select des racers sur console. Des vilains-pas-beaux motorisés volent les éléments créatifs de l'univers ; il faudra les battre sur leur propre terrain pour récupérer ces-dit éléments. Concis mais suffisant. Un tutoriel bien fichu, avec la voix de Stephen Fry qui donne tout de suite une dimension magique au tout, vous met le pied à l'étrier, ou plutôt sur la pédale. Un Sackboy basique et un kart fait de bric et de broc, et vous voila lancé sur une première planète pour affronter les vilains et récupérer des éléments pour commencer à personnaliser votre véhicule ou votre personnage. En soit, la présentation générale est envoûtante, intrigante, sympathique, et vous donne envie de vous plonger dans le jeu. La campagne elle-même est assez longue, vous propose de visiter plusieurs planètes faites d'épreuves majeures et mineures variées, et plus ou moins intéressantes. Mais c'est surtout qu'il faudra ramasser de nombreuses bulles sur les circuits pour débloquer de nouveaux éléments de personnalisation qui rend le tout très addictif pour les collectionneurs-nés.

Le gant de boxe est une option très puissante... trop ?

L'imagination au volant

Parmi les modes de jeu, vous retrouvez tous les classiques du genre, de la simple course en passant par un mode battle en arène, les défis internet contre d'autres joueurs (défis souvent optionnels pour des raisons expliquées plus loin), ramassage d'items ou juste record de vitesse, tout y est, organisé soit en événement majeur - trois ou quatre par planète pour pouvoir accéder à la suivante - soit en défis mineurs, qui sont là comme challenge additionnels pour compléter telle ou telle planète. Sympathique dans l'esprit, l'accès aux modes de jeux est néanmoins rendu un peu pénible par l'absence d'une organisation structurée. A la place, ils vous faut naviguer entre les planètes pour chercher le type d'épreuve que vous voulez accomplir. Cela revient à virer la sélection par mode contre quelque chose d'assez fouillis et pas toujours "user friendly". La côté "joyeux bordel" correspond certes à l'univers du jeu, mais ici c'est un peu contre-productif.

Collectionnez les bulles presentes sur le circuits.

Sur les chapeaux de noix de coco

En plus du nombre de modes disponibles, un énorme travail a été fait au niveau de la personnalisation, dont les éléments se débloquent en attrapant des capsules présentes sur les circuits des différentes épreuves du mode solo. Que ce soit votre Sackboy, de sa coupe de cheveux à sa couleur, en passant par ses vêtements ; ou encore votre kart, des pneus en noix de coco aux volants en boutons de chemise, les éléments de personnalisation sont pléthores, souvent tordant, parfaitement intégrés, et constituent un des gros point d'attrait du titre. Idem pour la création de circuit, qui, même si elle n'est pas toujours parfaitement ergonomique, permet aux plus motivés de passer des heures à choisir l'ambiance, et intégrer des éléments de décors pour se faire des circuits selon ses envies. En cela, LittleBigPlanet Karting respecte à 100% l'esprit "Do it Yourself" de la franchise, on peut même dire qu'il lui fait honneur. A coup sûr, les DLC à venir viendront enrichir une bibliothèque d'éléments déjà conséquente.

La course type "micro-machine" est un défi disponible dans le jeu.

En voiture Simone !

Au niveau du gameplay, LittleBigPlanet Karting propose un système désormais classique, mais toujours efficace. Un touche d'accélération, un dash qui peut faire office de frein et de marche arrière, et des bonus/malus à se balancer à la figure pour prendre l'avantage. Lors d'un virage, le dérapage permet de ne pas perdre de vitesse, et surtout se charge sur deux niveaux de boosts permettant un petit turbo en relâchant la pression sur R1. De manière générale, les véhicules sont plutôt maniables, et jusqu'à huit types de conduites sont accessibles selon la nature du véhicule : normal, caisse rabaissée, dragster, 4x4, hovercraft, etc. Tout ceci rajoute potentiellement du fond aux possibilités diverses déjà disponibles pour l'apparence des personnages et véhicules. La plupart des options sont également classiques : un turbo sous forme "d'avance rapide", des roquettes pour dégommer des ennemis, une fusée ou poing qui fait office d'invincibilité et de pilote automatique... Les grands classiques sont là, et la plupart des options de types projectiles ont une fonction offensive ou défensive.

Des karts de toutes les formes et toutes les couleurs.

De la poussière sous le tapis

Mais derrière l'ensemble de ces caractéristiques et particularités alléchantes, LittleBigPlanet Karting souffrent de faiblesses qui minent un peu le plaisir final. Ainsi, concrètement le jeu est relativement lent. Certes, c'est un jeu de karting plus qu'un jeu de course, et finalement le manque d'impression de vitesse n'empêche pas que de nombreuses actions soient à cumuler sur peu de temps pour s'en sortir. Mais concrètement, la conduite à proprement parler n'est pas au cœur du jeu comme nous pourrions l'attendre. Il s'agira plutôt de ramasser les éléments sur le circuit et gérer les agressions des autres joueurs. La maniabilité simple et facile doublée du manque de vitesse vous oblige à vous concentrer sur le vrai challenge, âpre, de la guerre des options. Et à ce niveau là, LittleBigPlanet Karting reprend un deuxième coup dans l'aile avec un déséquilibre flagrant entre ces dernières : le turbo ou le gant peuvent vous faire passer de la dernière place à la première comme de rien, pendant que les roquettes toucheront laborieusement vos adversaires pour un effet ruinant tout effort fait au niveau de la course pour s'échapper du peloton. Concrètement, le déséquilibre des options ruine toute approche stratégique de la course pour en faire un jeu très aléatoire, potentiellement drôle, autant que peut l'être un jeu de hasard entre amis. Ceci est dommage, car la course en elle-même devient un peu anecdotique, un comble pour un genre qui souffre trop souvent de ce genre de problème d'équilibrage.

Trop de courses se jouent sur une mauvaise roquette.

En pôle position, pour combien de temps ?

Fatalement, on ne peut éviter la comparaison avec la concurrence, que ce soit Mario Kart Wii, père et référence du genre, ou encore Sonic & All Stars Racing Transformed et F1 Race Stars sortis au même moment. Et là, pas de concession possible pour LittleBigPlanet Karting : pour 59.99 euros, vous avez un jeu sympathique mais perfectible, auquel il faudra ajouter la honteuse surtaxe de 10 euros pour le passe internet, sans quoi le jeu se limitera au mode locaux. Contraire à l'esprit de communauté et de partage, d'échange de création de circuit et autre particularité si chère à la série, LittleBigPlanet Karting justifie mal son coût total quand à côté, Sonic & All Stars Racing Transformed vous propose un jeu plus équilibré, bien finit, mieux dosé et au capital sympathie presque plus attrayant pour les vieux joueurs, le tout pour 30 euros de moins, aucune surtaxe à la clé. Non pas que LittleBigPlanet Karting soit mauvais, il est même un début encourageant pour la franchise dans le monde du karting. Mais la concurrence est dure, et le titre affiche des problèmes qui de 1, ont déjà été réglés chez les autres franchises, de 2, qui ne justifient pas le prix demandé par Sony qui aurait pu être un plus plus modeste.
Les Plus
  • L'univers de LittleBigPlanet qui rend l'ensemble vraiment attrayant
  • Des musiques originales et bienvenues
  • Une personnalisation riche et variée
  • Techniquement réussi
  • Une grosse durée de vie
Les Moins
  • Certaines options déséquilibrent les matchs
  • L'interface utilisateur un peu confuse et pas très concise
  • Le passe internet + le prix du jeu? la concurrence offre mieux pour moins cher ...