Le Frosbyte 2 ne fait pas tout pour Medal of Honor : Warfighter

24 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3

Alors qu'il apparait clairement que le scénario de Medal of Honor : Warfighter manque de certaines finitions, tout n'est pas si noir dans ce FPS. Si le moteur Frosbyte 2 fait toujours autant plaisir à voir pour un rendu très agréable, c'est surtout par son mode multijoueur en équipe que Warfighter fait une différence. Entre Call of Duty et BattleField, il vous permet de vous retrouvez assez facilement quelque soit votre préférence. Bref, même si la partie scénarisée ne restera pas dans les mémoires, le jeu mérite un détour notamment pour le multijoueur.

Un an après la bataille entre EA et Activision, qui avait vu le vent tourner en faveur de Battlefield 3 et du fameux Frosbyte 2, un nouveau duel se profile entre les deux géants du FPS. Medal of Honor : Warfighter sort de sa torpeur et se paye le luxe de l’excellent moteur graphique. Baroude d'honneur d'une série un peu perdue ou nouveau duel fratricide ? A vous de choisir votre camp.

Les séquences de conduites sont vraiment bien fichues.

La médaille du mode solo le plus court

Medal of Honor : Warfighter contient seulement deux modes de jeux, dont un scénario. Celui-ci est inséré sur le disque 2, assez étrange pour un mode qui est censé être au cœur du jeu. Si vous passez ce détail, il vous plonge dans la suite de l'épisode de 2010. Votre personnage, Preacher, fraîchement rentré de mission, lutte pour tenter de sauver son couple et ne pas finir seul dans son appartement miteux. Des flashbacks vous rappellent les missions qui vous ont emmené un peu partout dans le monde que ce soit la somalie, le Pakistan et d'autres pays du tiers monde, à la pourchasse de vilains terroristes équipés d'un nouvel explosif - le PETN -, menaçant de tout faire péter. Le scénario vous permet d'alterner différentes phases : sniper, conduite de véhicule et autres railshot à bord d'un hélicoptère. Les passages au volant de la jeep sont d'ailleurs assez réussis pour un FPS. Le tout apparaît tout de même confus entre l'histoire présente qui vous plonge dans le larmoyant et le patriotique, les flashbacks et autres bonds temporels sans beaucoup de liens. A noter que le tutoriel se situe après la première mission, ce qui est un peu gênant, même si celle-ci est d'un niveau médiocre. Enfin, divers bugs viennent casser votre progression ou du moins la ralentir. Dommage pour un scénario plutôt court, même en comptant les parties recommencées à cause des bugs qui empêchent l'action suivante de se mettre en route.

Le rendu de certaines cinématiques est à couper le souffle.

Le Frosbyte 2, c'est merveilleux

Vous l'attendiez tous, le retour du moteur graphique Frosbyte 2, qui avait fait tant parler de lui l'année passée. Première surprise, pour être de qualité optimale, le jeu vous demande de télécharger un module de 1.7GO. Surprenant, dans un premier temps, surtout quand on voit le résultat sans le téléchargement. Des graphismes très propres, les animations des personnages sont plus que réalistes et les environnements sont très beaux. Les explosions vous paraissent filmées ainsi que certaines des cinématiques de la vie de votre héros. Tout est tellement magnifique dans un monde qui tombe en lambeau que l'on se demande à quoi sert le module. Une fois celui-ci téléchargé, pas grand chose de différent. Le jeu est un peu plus fluide lors des animations. Vous appréciez les effets de vos déplacements sur l'eau avec un certain plaisir ainsi que les divers jeux de lumières et d'ombres. Le rendu de la végétation est assez convainquant à part sur certains passages du multi. L'emballage est donc vraiment très agréable, avec des cinématiques d'une qualité rarement vue pour un FPS sur la partie scénarisé. Mais des défauts sont tout de même présents. Si vous pestez contre les ralentissements divers et variés, les nombreux bugs d'affichages, comme des jambes qui traversent les murs ou des sacs à dos qui disparaissent, ne vous laisseront pas indifférents. Si vous rajoutez à cela des ennemis qui passent à travers certains murs et les cadavres qui en font de même, ainsi que des obstacles minuscules plus ou moins franchissables, notamment en Somalie, vous pouvez vous dire que le jeu n'a pas été parfaitement fignolé par Danger Close.

L'ouverture des portes donne place à un choix sans importance via une roue de sélection.

Une IA qui a du mal

Un dernier point attire votre attention de joueur acharné. Si l'IA semble correcte la plus part du temps lors du scénario, notamment grâce à une gestion de la mise à couvert plutôt bonne, elle souffre quelques fois d'absence. Reparlons justement de la mise à l'abri. L'IA se déplace bien et vous gêne assez facilement dans votre progression. Les tirs se font par rafale, et vous empêchent de prendre trop de temps pour viser, contrairement à un Call of Duty : Modern Warfare 3. Jusque là tout va bien. Par contre, vos compagnons d'armes ne sont pas très dégourdis et il vous faudra souvent faire tout le travail seul. Chez les ennemis, un défaut reste tout de même a évoquer. Si lorsque vous lancez une grenade et que l'abri tombe, l'ennemi fuit, il n'en sera pas de même si par rafale de tirs, vous faîtes tomber une partie de mur. Ainsi, l'IA se trouve à couvert derrière un trou béant, et il ne vous reste plus qu'à finir bêtement la salle besogne. Sachez aussi que vous serez quasiment systématiquement pris pour cible par vos ennemis et qu'il vous faudra parfois revenir sur vos pas si un de vos alliés est resté coincé par un ennemi qu'il n'aura pas réussi à achever, pour débloquer l'action suivante. L'IA bancale renforce votre impression de scénario mal fagoté. Le tout est donc plutôt mitigé.

En multi, votre binôme est toujours visible, même à travers les murs grâce à une aura verte.

Un choix qui a des conséquences

Parce que c'est le cœur de la cuisine d'un jeu de tir à la première personne, attardons-nous sur le mode multijoueur. Dans un premier temps, celui ci vous propose de choisir parmi une dizaine de classes dans une liste prédéfinie. Vous retrouvez des soldats Américains, Canadiens, Polonais ou Coréens. Cette classe va définir l'arme que vous allez utiliser pendant les premières heures du multi. Petit point négatif, si vous vous êtes trompé de classe, vous n'avez pas moyen de revenir en arrière. Il faudra donc attendre vos premiers niveaux dans le jeu pour débloquer les autres classes. Vous arrivez ensuite dans le salon Battlelog, un menu pas très clair, qui vous permet de vous lancer dans une partie, soit avec vos amis, soit pour un match libre. Les parties rapides sont l’occasion de rencontrer des joueurs de toutes les nations et de faire vos premières armes sur le multi. Avec seulement huit maps, de taille moyenne, il faut bien dire que les parties sont assez répétitives. Les joueurs de Call of Duty se repèrent assez facilement puisque contrairement aux apparences, Medal Of Honor est un "BattlofDuty". Eh oui, avec des cartes de taille plutôt moyenne, le jeu s'apparente un peu aux deux. Il faut donc réfléchir avant d'agir, contrairement à un Call Of Duty qui demande de l'action. Les modes de jeux sont quand à eux assez classiques, tournant autour des matchs à mort, captures de drapeaux et destructions d'objectifs, mais ils ont fait leurs preuves depuis longtemps. Mais le jeu prend surtout sa spécificité ailleurs.

L'équipe ayant réalisé le meilleur score est mise en avant à la fin de chaque partie en ligne.

Faire une virée à deux, tous les deux sur le chemins

Si les modes de jeux proposés sont assez classiques, la vraie spécificité du multijoueur, c'est l'évolution par équipe de deux. Si vos kills ne comptent que pour vous, un partenaire vous est attribué pour évoluer à huit contre huit découper en quatre équipe de deux. L'intérêt d'avoir un partenaire est ici double. En plus de couvrir vos arrières ou d'alterner un défenseur et un assaillant ou tout autre stratégie d'équipe, vous allez pouvoir vous servir de votre coéquipier. Vous pouvez venir vous ravitailler à ses côtés si les munitions commencent à manquer. Mais il vous permet aussi et surtout de vous soigner, ou de réapparaitre près de lui lors de votre décès, si celui ci est à l'abri et vis et versa. L'avantage ici est d'adopter une stratégie d'équipe permettant de survivre plus longtemps, de progresser plus rapidement et de réaliser un meilleur score. Si ceci est très commode lorsque vous jouez avec au moins un ami, la malchance peut aussi vous pousser dans les bras d'un partenaire muet, voire suicidaire. Si cela n'a pas d'incidence sur votre score directement, vous allez vite être dépassé par les équipes adverses et votre ratio va vite dégringoler. Le multi est donc conseillé avec un minimum de stratégie et d'échange avec votre partenaire pour être le plus agréable possible.
Les Plus
  • Des graphismes plutôt propres et le rendu des cinématiques agréable
  • Les dégâts visibles sur les environnements
  • La bande son de qualité, notamment les titres de Linkin park
  • La séquence de conduites avec la Jeep
  • Les équipes de deux pour le multijoueur, une très bonne idée
Les Moins
  • Un scénario assez confus et quelques bugs de fin de missions
  • L'IA qui a quelques difficultés parfois
  • Seulement huit maps de multijoueur
  • Les environnements du multijoueur moins jolis