Un voyage captivant sur les terres de Fable

10 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Microsoft
  • Développeur Lionhead
  • Sortie initiale 13 octobre 2012
  • Genres Action, Aventure

En cette période où les jeux Kinect ne se montrent pas toujours à la hauteur, Fable : The Journey est plutôt un bonne surprise. Même s'il s'agit surtout d'un hommage à l'univers crée par Lionhead, le scénario apparaît très travaillé et vous replongez facilement dans cet Albion que vous aimez, rempli de légendes et de personnages plus loufoques les uns que les autres. Dommage que la reconnaissance de certains mouvements, surtout de la main droite, gâche un peu le plaisir.

Après un Fable III plutôt décevant, nous pouvions craindre le pire pour la série de lionhead. Alors que Fable s'était cantonné à l'utilisation d'une manette, Fable : The Journey s’essaie à la caméra Kinect de Microsoft. Simple utilisation gadget ou nouvelle direction pour la franchise ? A vous de prendre les commandes du chariot de votre destin.

Thérésa n'a pas changé, toujours prophétesse, toujours aussi directive.

Retour sur les terres d'Albion

Si le dernier voyage sur les terres d'Albion vous avait laissé un souvenir un peu moyen, vous aborderez ce Fable avec quelques appréhensions. Sachez qu'il ne faut pas partir sur une idée de suite, ce Fable est à part, comme l'était également Fable Heroes. Le destin vous met au commande de Gabriel, un jeune et frêle gitan, un peu rêveur et pas vraiment sérieux, encore en retard au départ de sa caravane. Si dans un premier temps, le scénario essaie de créer un attachement au personnage principal, la rencontre avec Thérésa va changer la donne. Poursuivi par une étrange et dangereuse créature, vous allez venir en aide à la prophétesse blessée. S'ensuit une série de péripéties qui vous mène droit à votre destin, celui d'un héros malgré lui. Si les autres aventuriers des autres Fable étaient des héros nés, il n'en est pas de même pour le chétif Gabriel. Des gantelets magiques, créés par les disciples des trois héros, vont vous permettre de manipuler différents pouvoirs dont nous reparlerons plus tard. Lors de votre voyage pour changer le destin, vous allez croiser différents personnages haut en couleurs et plutôt sympathiques. Fable : The Journey a le mérite de présenter un vrai scénario qui a en plus l'avantage de vous dévoiler des éléments sur le passé de Thérésa notamment. Les personnalités des protagonistes sont plutôt bien travaillées pour un rendu avec le doublage agréable.

Les phases de conduite de chariot sont distrayantes, mais longuettes.

Voyage au pays de la magie

Fable : The Journey vous propose en réalité un jeu sur rails, puisque vous n'êtes pas libre de l'ensemble de vos mouvements. Il existe cependant plus ou moins deux phases de jeux différentes. La première se passe en carriole avec la douce Seren, votre jument et complice de longue date. Pendant ces phases de jeux, vous devez principalement vous occuper de la conduite de votre chariot. Éviter les pierres ou ralentir dans les zones dangereuses, les phases de conduites sont assez longues et quelques peu répétitives. Heureusement, elles sont entrecoupées par des petites phases pour ouvrir des portes, obtenir des trésors optionnels que vous débloquerez pour la section Bonus ou vous débarrasser des Hobbes qui vous ennuient. Vous avez aussi l’occasion de vous occuper de votre cheval en le soignant ou en lui apportant de l’eau, dans des airs de repos. L’autre phase de jeu est plus offensive. Vous allez parcourir des couloirs, des grottes ou des villages, dans le but de détruire vos ennemis ou résoudre des énigmes assez simples. Vos gantelets prennent leurs utilités puisque vous pouvez lancer des boules d’électricité avec la main droite - moyennant du mana - et lancer un sort d’attractivité avec la gauche. Ce sort vous permet d’arracher les boucliers des hommes creux par exemple, ou de projeter certains ennemis en l’air ou dans les ravins.

Vous découvrirez quelques endroits nouveaux de l'Albion.

Un RPG pour de vrai ou presque

La palette des actions est assez simple si l'on rajoute la possibilité de contrer. Mais heureusement Fable : The Journey est agrémenté d’un arbre de compétences, assez classique, pour vous permettre de faire évoluer certaines de vos caractéristiques. Vous pouvez ainsi améliorer la santé de Seren, afin qu’elle puisse sprinter plus longtemps, mieux résister aux dégâts infligés par un sol rocheux ou bien encore augmenter son nombre de cœurs de vie. Gabriel peut également évoluer, en augmentant sa santé ou sa barre de mana. Vous avez enfin la possibilité d’améliorer les sorts de base de votre héros. L'éclair par exemple, peut devenir un éclair en chaine afin de toucher deux puis trois ennemis. Le sort d’attractivité vous donne la possibilité d'attraper deux ennemis en même temps, ce qui vous offre un avantage certain lors de batailles contre les hommes creux. Il faut aussi noter que l’aventure vous permet d’acquérir de nouveaux sorts grâce aux temples des champions, et que ces sorts peuvent eux aussi évoluer grâce à votre arbre d’améliorations.

Les trésors cachent des secrets sur l'univers de Fable.

La maladie des jeux Kinect

Parce qu'il y a toujours un mais et que Fable : The Journey est finalement comme les autres, vous rencontrez tout de même une difficulté. Lors du prologue, vous paramétrez la caméra Kinect pour que vos gestes soient reconnus précisément et optimiser votre visée. Si dans un premier temps ce réglage initial fonctionne relativement bien, il supporte assez mal de vous voir bouger ne serait-ce qu'un cheveu. Si vous avez le malheur de bouger ensuite, vos boules d'électricité iront n'importe où sauf sur les ennemis. Même si vous reconnaissez sans peine que la visée assistée du sort d'attractivité est la bienvenue, le décalage qui se créé est vraiment pénible à supporter et il n'y a plus qu'une solution, faire une pause pour recalibrer le tout. Alors oui, beaucoup de jeux Kinect souffrent de cet inconvénient mais c'est dommage que pour un bon jeu, ce défaut veille. Sans compter que Lionhead a oublié de mettre une pause automatique quand vous n'êtes plus devant votre écran. C'est dommage car une petite pause pipi vous fera perdre le fil de l'histoire.
Les Plus
  • Le scénario vraiment sympathique
  • Le fait d'utiliser les pouvoirs à la main
  • L'ensemble des actions disponibles
  • Les révélations sur le monde d'Albion
  • Des graphismes plutôt soigné pour un jeu Kinect
Les Moins
  • Les défauts de reconnaissance de mouvement
  • La dizaine d'heures un peu courte pour un jeu d'aventure