Le paradis ou presque pour Naughty Bear

25 oct. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3

Avec le concept d'un bon ours est un ours mort, Naughty Bear : Panic in Paradise aurait pu être une très bonne surprise. Une idée de base très sympathique, des finish moved vraiment gores qui donnent du plaisir rien qu'a les imaginer et des armes multiples. Dommage que quelques défauts d'affichages viennent enrayer ce doux sourire qui s'affichera à coup sûr sur votre visage. Le tout reste cependant très honnête pour un jeu disponible en téléchargement proposant une bonne dizaine d'heures de défoulement.

Les ours vous font peur depuis votre plus tendre enfance parce qu'ils sont méchants et plein de rancœur au fond d'eux ? Panic in Paradise et 505 Games vous donnent raison avec ce second volet de leur titre où vous incarnez le pauvre et complètement barré Naughty Bear. Les oursons sont ils vraiment si mauvais ?

Vous utiliserez tout ce qui vous tombera sous la main pour massacrer vos ennemis.

Je suis un méchant ours, et je l'assume !

Le pauvre Naughty Bear a encore été mis de côté par ses petits camarades alors qu’ils choisissent de partir tous ensemble faire la fête sur un île de rêve. Il n’en faut pas plus à notre ours psychopathe préféré pour vouloir massacrer tous ces petits camarades. Vous allez donc évoluer dans un contexte paradisiaque, le couteau à la main, prêt à tout massacrer. Sachant que vos camarades ne vous aiment pas, le premier réflexe pour Naughty est de rester à couvert, ou de se dissimuler grâce à un bon vieux déguisement. Le principe de Naughty Bear : Panic in Paradise est de vous venger de ces affreux oursons. Le jeu est divisé en 36 missions correspondant aux 36 ours que vous avez pris pour cible. Le mécanisme principale du jeu est d'ailleurs plutôt bien vu puisqu'il vous demande de vous infiltrer, comme dans un Metal Gear Solid par exemple, et d'assassiner vos cibles selon un mode précis, défini en fonction de l'ennemi. Si vous accomplissez cette action comme il vous est demandé, le portrait du malheureux ours est barré d'un "Dépeluché" et vous pouvez passer à la cible suivante.

Les tenues peuvent rappeler celles des tueurs en série connus.

Œil mauvais, Ok ! Oreille pliée, OK! Masque de Hockey et couteau, OK !

Les commandes sont assez faciles à intégrer. Petit coup, grand coup, saisir, tuer, poser des pièges, des actions simples qui s'effectuent facilement pour vous permettre de réaliser des pièges et des mises à morts spectaculaires. Naughty est un peu lourdeau mais avec une barre de course qui se vide et se recharge en fonction de votre équipement, le tout passe assez facilement. Reste alors le principal : les armes et les équipements. Dans un niveau, vous pouvez ramasser tout un tas d'objet, de la branche, en passant par la bouteille ou une hache, pour vous permettre d'affronter vos adversaires. Vous pouvez aussi emmener vos ennemis dans un buisson pour leur piquer leurs vêtements et ainsi vous dissimuler parmi eux plus facilement. Une fois utilisés dans un niveau, tous ces équipements se retrouvent débloqués dans le magasin. A vous de les acheter avec l'argent gagner dans les niveaux en réalisant les objectifs principaux et secondaires, ou de bien d'autres façons que nous verrons un peu plus tard. Les équipements achetés peuvent être maitrisés afin d'en augmenter l'efficacité. Le style d'équipement participe grandement d'ailleurs à l'ambiance du titre, que ce soit le masque de Hockey, la veste en cuir ou le string qui va bien.

Même le string est de la partie !

Un bon ours est un ours mort

Les niveaux de Naughty Bear : Panic in Paradise sont tous différents d'apparences mais vous retrouvez aussi et surtout des points communs. Tous les niveaux proposent par exemple un moyen de fuir pour l'ours cible, au début représenté par un bateau à moteur. Tous les niveaux disposent de leurs lots de taillis pour se dissimuler et rester à couvert. Les cartes sont en réalité de grandes arènes avec un point de sortie, et un multitude d’endroits pour vous dissimuler. Si la construction des niveaux n’est pas bien variée, les décors sont un peu mieux lotis. En effet, au niveau des décors, même si le thème général reste l’île paradisiaque avec son lot de cocotier, de sable fin et de volcan en éruption, les thèmes liés à chaque ours sont assez variables. Il pourra s’agir de l’hôtel de plage, de la belle demeure d’un ourson qui sait recevoir, ou du garage d’un ourson mafieux. Cette variété de décors permet surtout d’insérer de nouveaux éléments pour tuer vos cibles comme la pompe à essence, les couteaux de cuisine ou la cabine téléphonique de la réception de l’hôtel. Tout est donc fait pour servir le concept du jeu, et vous en redemanderez !

L'utilisation des éléments de décors pour tuer vos ennemis est purement jouissif.

Des missions à répétitions

Si le jeu comporte 36 missions, que vous pouvez recommencer à volonté pour obtenir les différentes coupes allant de bronze à platine, il faut bien avouer qu’en réalité les missions ne sont pas si variées que ça. En effet, bien souvent, elles s’enchainent et se ressemblent, que ce soit dans les objectifs secondaires, comme pousser au suicide un certain nombre d’ours ou récolter un nombre donné de pièces, que l’objectif principal. Bien souvent, il vous est demandé de pourfendre votre ennemi à l’aide d’un objet du décor qui lui est propre, comme par exemple tuer le jardinier avec une plante carnivore, ou bien encore de l'éliminer avant qu’un autre tueur psychopathe ne s’en charge. Bref, les objectifs principaux ne sont pas très variés. Ce qui varie plutôt, c’est votre approche du niveau. Si vous rajoutez à cela le fait que le récit qui vous donne votre objectif pour pelucher vos adversaires n’est pas toujours très clair, il faut avouer que le jeu perd tout de même une partie de son intérêt.

Le jeu est bourré de petites références amusntes à des films ou des séries.

Un caillou dans l'engrenage de la folie meurtrière

Si Naughty Bear : Panic in Paradise a tout pour séduire les joueurs, et plus particulièrement ceux qui aiment massacrer de petits êtres innocents, il faut tout de même signaler un problème qui peut enrayer la machine de guerre que vous êtes. Les graphismes, quoique simples, restent agréables et assez colorés. Mais un certain nombre de défauts d’affichages viennent se faufiler entre vos coups d’arme blanche pour vous dégouter de tuer. Si les ralentissements pour permettre l’affichage de l’ensemble des éléments ne sont pas trop gênants, les différents décalages entre les objets utilisables et les corps vous gêneront nettement plus ainsi que certaines disparitions de parties de décor avec la caméra pivotante. Vous n’en trouverez pas non plus dans tous les niveaux, mais ces défauts sont présents et récurrents. Ajouter à cela un petit décalage au niveau des bruitages par moment et certains d’entre vous passeront leur chemin sur ce titre qui aurait donc pu être encore meilleur.
Les Plus
  • Un univers toujours aussi sympathique
  • Le nombre de possibilités pour exterminer vos victimes
  • Une bande son sympa même s'il y a quelques loupés
  • Le concept du jeu vraiment jouissif
  • Les finish moved trop classes (et gore)
Les Moins
  • Trop de bugs dans les graphismes
  • Des objectifs trop répétitifs