Mass Effect 3 signe la fin d'une grande saga

23 avr. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4

Mass Effect 3 est un excellent jeu. Il est le digne successeur de ses ancêtres. Il bénéficie d’une réalisation excellente. Les graphismes sont d’une qualité rare, en particulier au niveau des visages. L’ambiance du jeu est incroyable. Mass Effect 3 vous fait rêver et voyager. Il y a quelques petits défauts de ci de là mais rien de bien grave. La fin du jeu fait polémique, faîtes-vous votre opinion vous-même, mais sachez que vous passerez plus de 20 heures passionnantes en solo. Un mode multi en coop est aussi de la partie, mais il ne casse pas vraiment des briques. Maintenant, c'est à vous d’être le commandant Shepard et de sauver la galaxie des Moissonneurs !

Et voilà, encore une trilogie qui touche à sa fin. Comme Gears Of War avant lui, Mass Effect tire sa révérence avec son troisième et ultime épisode. Electronic Arts et Bioware nous ont promis beaucoup pour ce dernier opus, annoncé comme un savoureux mélange du premier et du deuxième épisode. Qu’en est-il réellement de ce Mass Effect 3 tant attendu par une communauté de fans qui a explosé après le second volet ? Blockbuster ou flopbuster ?

Voici le mécha que vous pouvez utiliser, pas le meilleur moment du jeu.

Un jeu qui fait encore son effet

Comme pour ses grands frères, Mass Effect 3 bénéficie de graphismes incroyables. Tout d’abord, les personnages sont extrêmement bien faits, en particulier, les visages. Les expressions faciales sont de bien meilleures qualités que dans l’épisode précédent. Elles ne sont pas trop accentuées comme dans un certain L.A. Noire dans lequel elles en devenaient ridicules. Ajoutez à cela les détails magnifiques de la peau pour chacun des personnages et vous obtenez l’un des jeux les plus beaux du moment. Les personnages sont donc criants de vérité ce qui renforce indéniablement l’immersion du joueur dans cet univers incroyable. Le jeu vous offre également des environnements très variés et gigantesque. Vous n’avez pas toujours le temps de vous arrêter pour admirer les décors dans le feu de l’action, mais si vous faites un peu attention, vous risquez d’être bluffer. Toutefois, quelques textures ne sont pas géniales, mais elles restent relativement discrètes. Le jeu est vraiment beau et propose de nouveaux environnements aux joueurs. Vous explorez de nouveaux recoins de la Citadelle, qui est d’ailleurs la seule ville explorable. Cela peut paraitre un peu dommage, mais ça reste complètement en accord avec le scénario de ce Mass Effect 3. Quelques bugs graphiques apparaissent par ci par là, en particulier en ce qui concerne vos équipiers qui ont du mal à passer correctement certains obstacles. Gros blâme pour les écrans de chargement assez moches : des travellings de la Citadelle aliasés et simples. Une image fixe aurait suffit, d’autant plus qu’ils sont plutôt courts. Vous avez tout de même le droit à des cinématiques époustouflantes de batailles galactiques contres les Moissonneurs. Bioware a réellement acquis un savoir faire indéniable au niveau de la réalisation. Le level design est vraiment bon. Vous prenez plaisir à vous battre aussi bien dans les bâtiments de Cerberus que sur la lune de Palaven, planète d’origine des Turiens. On peut regretter toutefois l’intégration d’une phase en mécha pas très bien faite. Il n’y en a d’ailleurs qu’une seule. Tout comme les tourelles, Bioware et EA ont vraiment souhaité élargir le public un maximum.

Attention, ça castagne dur !

Debout là dedans, c'est la guerre !

L’histoire de Mass Effect 3 est la suite logique des deux épisodes précédents. Dans Mass Effect, vous vous débarrassez de Sovereign, dans Mass Effect 2, vous stoppez les Récolteurs contrôlés par l’Augure. Dans ce troisième volet, c’est la guerre. La Terre est la première victime de cette attaque par les Moissonneurs. Shepard est alors appelé à unifier toutes les races de la galaxie pour contrer l’attaque des Moissonneurs qui s’étend rapidement aux autres systèmes et aux autres races extraterrestres. Pour recevoir de l’aide, il vous faut bien sûr tout d’abord aider ces autres races, chacune apportant ensuite leur spécialité pour le combat final. De plus, le plan d’une arme prothéenne a été trouvé, il vous avez besoin du maximum de personnes pour finir ce que l’on appelle le Creuset. Vous allez alors de diplomate en diplomate pour tenter de convaincre les différentes races de se joindre à vous. Lors de certaines missions, vous retrouvez des personnages des anciens épisodes selon ceux qui sont encore en vie ou non. Ainsi, vos choix dans les épisodes précédents et le résultat de la mission suicide ont une influence sur vos forces pour la bataille finale. Par exemple, si vous n’avez pas choisi de libérer Grunt de sa cuve dans Mass Effect 2 (malheur à vous !), il y a peu de chance pour que vous le rencontriez dans Mass Effect 3. Le jeu se termine sur trois choix à faire, comme c’est la mode ces derniers temps. Cette fin est logique, comme les trois choix. Ceux qui s’attendaient à quelque chose de similaire aux autres épisodes n’ont décidément rien compris. Il était difficile de se débarrasser autrement des Moissonneurs. Les quêtes annexes respectent également très bien le scénario et le contexte de l’histoire. C’est la guerre, il n’y a donc aucun moment où vous oubliez ce détail. Il y a d’ailleurs un bon nombre de quêtes annexes qui vous permettent d’augmenter vos forces pour la guerre. Vous n’avez donc pas l’impression de faire une quête pour rien.

Les anciens coéquipiers de Shepard sont de retour.

Mon escouade, ma famille

Mass Effect 3, c’est aussi de l’action à gogo. Il suit la lignée de ses prédécesseurs en vous offrant des phases d’actions dans lesquelles vous êtes à la tête d’une équipe de trois personnes. Il s’agit donc de vous, le commandant Shepard et de deux coéquipiers à choisir selon vos attentes lors des combats. Ce troisième volet comporte énormément de phases d’actions. Celles-ci sont vraiment bien gérées. Tout d’abord, les déplacements de votre personnage sont bien plus fluides qu’avant. Et vous pouvez faire plus de choses. Vous pouvez faire des roulades, vous déplacez de couverture en couverture, etc. Les animations sont très bonnes, tant pour vous que pour celles de vos coéquipiers. Malheureusement, vous avez souvent l’impression de vous battre seul. Vous ne savez pas vraiment ou sont vos équipiers et ce qu’ils font pendant les combats. Sont-ils vraiment efficaces ? Sont-ils derrière vous ? Impossible de répondre à cette question, mais vous pouvez vous en sortir complètement, car quoiqu’il arrive, ils sont bien là et vous aident. Cela peut néanmoins vous désorienter un peu. Un point qui reste jouissif, il s’agit de l’utilisation des pouvoirs. Il y a des nouveautés du côté des pouvoirs biotiques, ce qui est assez intéressant. Par exemple, le pouvoir de projection peut dégommer deux ennemis ou deux fois un même ennemi. Les autres classes de personnages ne sont pas en reste non plus. Les membres de votre escouade utilisent aussi leurs capacités à bon escient. Mais vous pouvez toujours leur dire quoi faire pour adapter votre stratégie. La version Xbox 360 bénéficie d’ailleurs du Kinect qui vous permet de donner des ordres oralement aussi bien à vos coéquipiers qu’à votre personnage. Ça marche vraiment bien, même si parfois, certains ordres passent à cause du son de la télé. Un petit plus sympa qui renforce l’immersion. Cet outil est aussi utilisable dans les dialogues, mais le choix des lignes de dialogue est très limité même si vous choisissez l’option "implication totale". Ce choix de Bioware est un peu déplorable car c’était ça aussi qui faisait la force de la série.

Les pouvoirs biotiques : que du bonheur !

Massif jusque dans les détails

Mass Effect 3 bénéficie d’une finition au poil. Tout d’abord, vous pouvez constater que le thème musical de la série est toujours là. L’ambiance si particulière rendue par cet habillage sonore vous ravira. Les musiques qui ponctuent les combats sont vraiment excellentes. Et l’ambiance sonore générale du jeu l’est tout autant. Il est d’ailleurs possible de passer les voix du jeu en anglais. Certes, la version française est vraiment bonne car très soignée, mais entendre les voix originales donne une crédibilité supplémentaire aux personnages. Inclus dans les versions PC et PS3, le téléchargement gratuit des voix sur Xbox 360 vaut sacrément le détour. Par contre, les sous-titres ne sont pas toujours très fidèles à ce qui est dit. Cela est surement dû au fait que les sous-titres collent à la version française du jeu et non à la version originale. Le background de la série est toujours aussi énorme. Vous retrouvez le codex qui fourmille d’informations qui étoffent l’univers et vous donne des informations sur les différents personnages, leur race, leur planète d’origine... Certains aspects des jeux précédents ont été enlevés de ce troisième épisode. Ainsi, il n’y a plus de piratage ou d’extraction de ressources. L’exploration des planètes est toujours de mise mais il s’agit maintenant de trouver des ressources pour la guerre, qu’elles soient humaines ou matérielles. D’ailleurs certains objectifs de missions secondaires vous demandent de trouver un artefact sur une planète dans un système en particulier. Pour se faire vous disposer d’un radar pour localiser sur quelle planète pourrait se trouver l’artefact en question. Or, vous pouvez recevoir des missions secondaires alors que le système dans lequel se trouve la mission n’est pas disponible. C’est un peu frustrant car rien ne nous indique quand ce système sera disponible. Le jeu vous propose également de reprendre votre personnage des précédents épisodes. Et d’ailleurs, vous retrouvez votre personnage au niveau auquel vous l’aviez laissé dans l’épisode 2 avec tous ses pouvoirs et toutes ses capacités. Pas de reprise à zéro donc, merci Bioware.
Les Plus
  • La bande son toujours aussi géniale
  • L'ambiance de la dernière mission
  • La modélisation des visages
  • Revoir tous les personnages des épisodes précédents
  • L'univers du jeu toujours très détaillé
  • La reprise de votre personnage au niveau auquel vous l'aviez laissé
Les Moins
  • La mauvaise lisibilité des quêtes annexes
  • Pas de krogan dans l'équipe