Zelda Spirit Tracks souffle fort

01 févr. 2010
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 11 décembre 2009
  • Genres Action, Aventure, Rôle

The Legend of Zelda : Spirit Tracks est un jeu qui tient ses promesses : passionnant et novateur. Il satisfait donc les fans du petit blond en habits verts, mais peut aussi plaire à tous ceux âgés de plus de douze ans.

Le dernier Zelda sur DS a fait partie des jeux les plus attendus de l’année, et a très probablement été celui le plus demandé sur Nintendo DS à Noël 2009. Outre le fait que les jeux de la saga soient toujours globalement des réussites, celui-ci innove en plus par rapport aux autres. Voici donc un jeu pensé pour être manié uniquement au stylet et ... au souffle. Un défi pour le joueur comme pour le courageux petit être blond que vous incarnez.

Zelda rencontre Link, et on découvre l'origine de l'habit vert

Zelda, en avant les histoires

Chronologiquement, Zelda Sipirt Tracks se passe en amont des autres épisodes de la saga. On y découvre ainsi que Link souhaitait être conducteur de train lorsqu’il a rencontré la princesse Zelda. Adieu donc les longues escapades maritimes les cheveux au vent, place à de généreux voyages ferroviaires. Cela donnera une excuse au joueur pour s’amuser à conduire un petit train, voire à bombarder les ennemis aux alentours des rails. Mais Zelda Spirit Tracks n’est ni un dessin animé ni un jeu simpliste : c’est un RPG (Role Playing Game). Avec comme il se doit un univers unique, une quête principale et quelques quêtes secondaires. Mais aussi forcément, avec ce défaut principal aux RPG: impossible de passer outre une étape du jeu, ce qui peut rendre le tout très frustrant quand vous n’arrivez pas à vaincre un boss ou à trouver la solution à l’une des nombreuses énigmes. Mais il a aussi cette qualité si forte des RPG : l’immersion dans l’univers du jeu le rend passionnant.

Le train est un plus au jeu, amusant à diriger pour éviter les ennemis

1- Sauver le royaume 2- Chercher les tampons 3- Et les lapins aussi

Comme tout titre fortement attendu The Legend of Zelda : Spirit Tracks l'a été presque autant que critiqué. Le temps jouable a été jugé trop court, et surtout il lui a été reproché de ne pas apporter assez de nouveautés par rapport aux versions précédentes. D’un autre coté, le jeu implique quand même une quête principale et quatre types de quêtes annexes, soit une bonne vingtaine d’heures de jeu pour les joueurs avertis. Vous pouvez y ajouter la découverte du jeu au stylet, qui est étrangement très facile à manier, mais aussi au souffle lorsque Link doit jouer de l’ocarina. Attention toutefois, et cela est par contre un défaut, cela implique d’avoir une console en parfait état de marche. En effet avec un écran fragilisé ou un micro détérioré, difficile (voire impossible) de progresser; et ce même si le sèche-cheveux reste une bonne alternative au souffle quelques fois manquant.

Zelda peut aussi quelques fois être contrôlée, mais pas sous forme de monstre en armure

Link joue avec ses amis, nous aussi

Rare pour un RPG, un mode multi-joueur de combats est disponible. Ceci constitue un plus appréciable. Toutefois, le grand atout du jeu reste la quête principale, qui est aussi passionnante que savent l’être les autres de la saga. Vous découvrez ainsi au cours de l'aventure une grande diversité de villes à visiter, d'énigmes à résoudre, de monstres et de boss à vaincre. Mais surtout, des mondes différents à explorer avec curiosité et défis. La princesse Zelda est de plus ici et une fois n'est pas coutume très présente en tant que guide/fantôme. Il est possible à certains moments de l'aventure de la diriger par intermittence avec Link. Ce détail est assez sympathique du point de vue du gameplay comme de l'histoire. Les quêtes secondaires sont de plus très bon enfant, comme celle qui consiste à capturer quatre variétés de lapins. L’univers reste ainsi passionnant durant de longues heures de jeu et donc fidèle aux autres volets de la saga.
Les Plus
  • Le jeu au stylet et au souffle
  • La variété des quêtes
  • Les graphismes et l’histoire
Les Moins
  • Un jeu trop difficile à jouer pour les plus jeunes, mais bien pensé pour les fans