Dead Island : Definitive Collection

07 juil. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Deep Silver
  • Développeur Techland
  • Sortie initiale 31 mai 2016
  • Genres Action, First Person Shooter

Complet même si pas parfait

Héritant des principaux défauts des jeux dont il est constitué, Dead Island : Definitive Collection s'avère cependant être une bonne surprise en offrant trois titres sympathiques pour 40€. Si les deux épisodes existants souffrent de redondance et d'effet de lumière pas glorieux, il faut aussi apprécier la simplicité du jeu. Qu'il est plaisant de découper des membres à vif ou de stresser devant un zombi trop agressif, seul ou en coopération. Dead Island : Retro Revenge est un bonus plus que bienvenue, défouloir qui rappellera de sympathiques souvenirs aux joueurs d'arcade du bon vieux temps. Une compilation agréable mais qui n'est pas sans défaut.

En attendant Dead Island 2 précédé d'une bande annonce prometteuse, Techland et kochMedia profite de se laps de temps pour nous bonifier d'une compilation all inclusive : Dead Island : Definitive Collection. Est-ce pour autant une bonne raison pour sauter le pas ? La réponse va se lire dans le sang.

L'histoire

L'histoire n'a pas bougé d'un iota. Dans Dead Island, vous incarnez un survivant (à choisir parmi cinq personnages) qui passe de chouette vacances sur l’île de Banoi. Petit coin de paradis, l'île est malheureusement sujet à l'exposition d'un virus de type mutant-zombi. Hormis quelques heureux élus, toute la populace locale a été transformée en mort vivant. Vous allez devoir aider les quelques survivants à se sortir de là et par la même vous échapper de cette île maudite en vous tapant toutes les requêtes vous même.

Dans Dead Island Riptide, vous retrouvez vos cinq protagonistes sauvés de justesse et amenés sur un navire de l'armée. Malheureusement l'épidémie vous a suivi et l'équipage ne tarde pas à être transformé à son tour. Après une violente tempête, votre bateau échoue, et vous vous retrouvez captif d'une nouvelle île paradisiaque qui sera votre point de départ. Il s'agit ici plus d'une extension (très longue) de Dead Island que d'un second épisode.

Ses deux jeux héritent des caractéristiques des films de séries B, avec un scénario volontairement léger, des personnages caricaturaux à souhait et des zombis bêtes comme des pieds. Et c'est avec ces idées de base que l'ensemble des jeux est construit, vous éloignant beaucoup d'un Resident Evil et de ses munitions limitées ou d'un The Evil Within et de ses passages stressants. Découpons ces cadavres tous en cœur !

L'arbre de compétences donne vie à vos choix et génère des façons de jouer différentes.

Le principe

Survival horror en vue à la première personne, Dead Island : Definitive Collection met l'accent sur le découpage de zombi grotesque. Ne vous attendez pas à utiliser des armes à feu à outrance, ici le concept est d'utiliser les éléments à votre disposition. Pagaie, bâton, planche, clef anglaise, couteau, tout un arsenal s'ouvre à vous. Ces armes ayant une durée de vie limitée, vous pouvez les réparer dans les ateliers mis à votre disposition un peu partout sur l'île. Vous avez aussi la possibilité d'améliorer une arme pour la rendre plus résistante ou d'en créer des nouvelles, à condition bien sûr d'en avoir un plan et les ingrédients. Et trouver des nouveaux plans est souvent sources de gros soucis. À chercher sur l’île au grès de vos divagations entre deux missions, ces plans nécessitent souvent que vous vous égariez dans un lieu impromptu après avoir usé toutes vos armes. Les missions pour tenter de sauver votre groupe s’enchaînent, vous entraînant de plus en plus loin dans cette île infestée, tout en débloquant de plus en plus de quêtes annexes pour les autres PNJ.

Malgré une version remasterisée, avec des graphismes améliorés qui rendent les personnages plus jolis et les décors plus réalistes, le visuel est décevant. Bien en dessous de ce que vous avez l'habitude de voir sur cette génération de machines, tout un ensemble d'éléments piquent la rétine. Les pièces sombres paraissent souvent brumeuses, les horizons sont flous, les morts vivants sont relativement moches (couleur de peau, textures ou détails). C'est loin d'être ce qu'il se fait de mieux mais cela renforce aussi le côté loufoque du jeu. Cependant, ce n'est pas là le seul défaut. Passer une encadrement de porte en regardant de travers pour ne pas se faire surprendre vous mène souvent à être bloqué. Parfois, à cause d'un mur fantôme, vous ne pourrez pas passer à un endroit un peu élevé même si votre timing est parfait dans le sprint et le saut.

Dead Island Riptide ne se différencie pas beaucoup de son aîné. La partie gestion de groupe apparaît mais reste trop légère, avec quelques phases de tower defense sur votre camp de base. La variété de contaminés est plus importante et se met en place plus rapidement. Vous devez donc adapter votre plan d'attaque au type d'ennemi sous peine de devoir payer pour votre résurrection. Les contaminés semblent aussi plus agressifs, n'hésitant pas à vous tuer à la moindre occasion. L'apparition d'un finish moove à grand coup de pied dans la tête rend les combats encore plus sanglants et plus jouissifs. Mais cette agressivité met aussi en exergue les défauts du jeu avec des ennemis qui restent bêtement coincés par un buisson ou des coups qui passent au travers des murs. L'amélioration visuelle donne la même impression que pour le premier épisode : c'est bof ! Vous pouvez même reprendre votre personnage et son arbre de compétences tel que vous l'avez laissé. Du bon et du moins bon donc.

Ce n''était pas la meilleure idée d'aller se cacher dans cette ruelle...

Le multi

Dead Island : Definitive Collection vous offre la possibilité de faire toutes les missions en coopération jusqu'à quatre joueurs. Cela rend les parties plus amusantes en échangeant avec des amis, et les différentes caractéristiques des personnages facilitent la progression. Cependant, cela n'a guère d'influence sur le jeu et les quêtes s’enchaînent rapidement, comblant les lacunes temporelles qui consistaient à attendre bêtement la nouvelle quête en solo. Sans être un incontournable, cela rend l'expérience encore plus plaisante et drôle.

Une faux, des coups bien placés, voilà qui facilite le travail.

Pour qui ?

Dead Island : Definitive Collection s'adresse aux amateurs de zombies qui en ont marre de fouiller le moindre tiroir pour espérer chopper une cartouche de fusil. Il se destine à ceux qui aiment quand le sang gicle dans tous les sens, avec des bras, des jambes et des têtes. Il se destine aussi à ceux qui n'ont pu approcher Dead Island Riptide faute de moyen ou de temps. Pour 40€, vous aurez trois jeux décomplexés qui vous libéreront aisément de votre stress après une journée de boulot. Parce qu'un Head Shot avec une faux ou avec un coup de pied bien placé, ça n'a pas de prix.

Dead Island Retro Revenge est à peine sanglant. À peine !

L'anecdote

En plus des deux Dead Island dans leurs versions remasterisées, Techland a le bon gout de vous offrir le jeu Dead Island : Retro Revenge, un beat'em all en scrolling horizontal. Max a vu son chat se faire enlever devant lui et il a bien l'intention de le sauver, quitte pour ça à traverser la Californie en massacrant tous les zombis et les humains sur sa route. Le jeu est particulièrement sanglant et les morceaux de chairs volent partout sur votre écran. Avec son gameplay à l'ancienne, constitué de quatre touches d'attaques plus deux de spéciales, ce petit jeu est un pur bonheur avec sa difficulté progressive et son hémoglobine abondante à l'écran.
Les Plus
  • Gore bien comme il faut
  • Le système de craft bien pensé
  • Défoulant, ne nécessitant pas de réflexion le plus souvent
  • Les arbres de compétences qui s'intègrent parfaitement
  • Une refonte des menus pour que les deux jeux aient les mêmes
  • Trois jeux pour le prix d'un, avec le nombre d'heures associées
  • Le mode One Punch, du pur plaisir
Les Moins
  • Pas les jeux les plus jolis du monde bien au contraire
  • Des missions et objectifs très redondants, trop même
  • Les problèmes de collision