Tom Clancy's The Division

08 avr. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 8 mars 2016
  • Genres Action, Third Person Shooter

Une addition de bonnes idées

Si Tom Clancy's The Division est un très bon jeu, il vous laisse pourtant sur votre faim. Ubisoft montre ici l'intégralité de son savoir faire en proposant une aventure multijoueur unique, tout en reprenant de nombreuses bonnes idées d'autres titres de son catalogue ou non. Les rues de Manhattan sont un ravissement et la vie qui s'agite devant vos yeux est très crédible. Côté gameplay, Tom Clancy's The Division rempli plus que sa mission en proposant un univers réaliste et attrayant, tout en y ajoutant un peu d'imaginaire, avec en prime une expérience multijoueur sympathique et différente. Trois défauts viennent ternir le tableau : le contenu, bien que très bon pour un jeu console, mériterait d'être étendu (donjons, modes multi) ; le scénario dont le traitement n’apparaît pas assez important ; les soucis d'équilibrages dans le matchmaking.

Fort d'une communication accrocheuse comme Ubisoft sait le faire et de phases de tests limitées,Tom Clancy's The Division a su créer le désir auprès des joueurs. Mais les promesses d'Ubisoft ont souvent été sujettes à déconvenues et l'ombre d'un second Watch_Dogs n'est jamais bien loin. La division fera t'elle mieux que Destiny, son modèle inavoué ?

L'histoire

New-York est en état de crise. Un virus a été lâché sur la grosse pomme un jour de Black Friday, déposé sur un simple billet de banque. Les résultats de cette contamination sont catastrophiques : les morts se comptent par millions. La météo vient se rajouter à la défaveur des populations. La ville est prise de panique, les habitants succombent à la violence et aux crimes et tout semble perdu. Tout ? Pas exactement puisque le gouvernement américain a prévu une situation de secours et plaçant des agents dormants partout dans la cité : les membres de La Division. Vous en faite partie (enfin de la deuxième vague puisque la première a disparu). Voilà le scénario de Tom Clancy's The Division, et il faut bien avouer qu'il est assez classique pour un scénario catastrophe. Malgré le nom Tom Clancy's, l'histoire ne brille pas par son originalité ni même par sa présence. Car les objectifs des missions et quêtes annexes sont vite oubliés, notamment par la présence d'un héros muet donc sans charisme, ou bien à cause de situations répétitives à souhait.

La météo entraine des désagréments non négligeables sur votre partie.

Le principe

Tom Clancy's The Division est un jeu de tir et d'action à la troisième personne. Dans ce domaine, beaucoup de chose ont déjà été faites et citer toutes les ressemblances est vain, vous ne retiendrez sans doute que Gear of Wars pour le système de couverture. Le principe du jeu est assez simple puisqu'il vous faut tuer tous les ennemis qui croisent votre route avec vos trois emplacements d'armes disponibles (principale, secondaire et arme de point). La nécessité de s'abriter vient le plus souvent du fait d'être pris en feu croisé ou qu'un ennemi ne vous tue en un chargeur. Avec le système de couverture, vous vous assurez quelques secondes de répit, le temps de recharger votre arme ou prendre un kit de soin. La progression est dynamisée par un système de grimpette à la Assassin's Creed qui se montre convainquant malgré l'absence d'endurance. La difficulté des ennemis y va crescendo avec un lot de variantes entre sniper, assaut, ennemi avec bouclier mobile ou encore ceux équipés de lance-flamme. Le gameplay est maîtrisé même si les ennemis s'avèrent répétitifs.

La partie RPG ne se fait pas par la progression de votre héros mais par l'évolution de votre base d'opération en réalisant des missions qui aident les agents en poste dans les secteurs de votre base. Et si seulement trois branches sont accessibles pour un total de neuf capacités différentes et trois capacités uniques, vous retrouvez tout de même les grands classiques du genre : le médecin, le tacticien et le tank. Vous pouvez ainsi lancer une trousse de soin qui vous permettra de vous soigner sur une zone définie, poser une tourelle, une mine explosive ou utiliser un bouclier mobile. À vous de booster toutes ses capacités ou de favoriser l'une ou l'autre en fonction de vos envies, en sachant que chacune d'elle est utile jusqu'au niveau 30. L'équipement est lui aussi modifiable par le biais de mods qui impactent directement vos statistiques comme votre DPS primaire, votre santé ou votre précision. Vous vous en doutez, la course au loot est donc au bout du chemin afin de pouvoir rivaliser avec les différents ennemis et la difficulté experte. Ubisoft a aussi pensé à intégrer un atelier pour que vous puissiez fabriquer vous même vos armes à partir de plans récoltés pendant les missions.

Enfin, sachez le, Tom Clancy's The Division est en réalité un jeu qui prend tout son sens en groupe de quatre joueurs. Si certaines missions ne nécessitent pas plus d’un agent, le jeu avançant, il parait alors bien compliqué de vous la jouer solo. Dès que vous créez une équipe, la difficulté et le nombre d’ennemis s’adapte pour vous proposer un challenge. La palette de talents et de mods associés à vos équipements deviennent plus que jamais utiles, voire indispensables. Avec une équipe communicante, aucun obstacle ne parait insurmontable même si le challenge est présent. Pas de quoi crier au MMO de génie mais voilà tout de même un système bien pensé.

L'utilisation des couvertures est indispensable pour terminer les missions

Le multi

Tom Clancy's The Division propose un concept assez innovant, mélange de PVE et PVP. Quand vous entrez dans la Dark Zone, seul ou en équipe, les règles sont légèrement changées. Vous affrontez des ennemis violets et jaunes seulement (donc fort et très fort) dans les rues de Manhattan. La zone étant infectée, vous ne pouvez collecter les objets lootés qu'après décontamination, et ce dans une limite de sept objets infectés sur vous. Pour extraire les objets, vous devez vous rendre dans l'une des huit zones prévues à cet effet et appeler un hélicoptère qui arrive au bout d'une minute trente. Pendant ce délai, vous devez sécuriser la zone des ennemis qui viennent vous taquiner. Une fois le délai écoulé, un hélico arrive et vous pouvez y accrocher votre précieuse cargaison.

Cependant, et c'est là que le concept prend toute sa saveur, la zone est ouverte aux autres joueurs en ligne dans la limite de 24 joueurs. Si vous pouvez choisir l'entraide avec les joueurs présents pour défendre plus facilement la zone d'extraction, vous pouvez aussi vous la jouer plus roublard et devenir un renégat. En tirant sur les autres membres actifs et en les tuants, vous avez ainsi la possibilité de récupérer leurs précieux loots, durement acquis. Mais vous êtes alors identifiés sur la carte comme agent ayant retourné sa veste, et il vous faut vous préparer à voir la cavalerie débarquer. Car tuer un renégat rapporte des points d'expérience et de l'argent. Du coup, le stress est omniprésent lors de l'appel à l'extraction pour une partie qui mélange subtilement les deux univers PVE et PVP.

Avec des joueurs en ligne, le niveau est augmenté pour proposer plus de challenge.

Pour qui ?

Tom Clancy's The Division a repiqué des éléments de beaucoup de jeux récents et anciens ce qui lui permet de viser un public extrêmement large. En prenant le parti pris du (presque) réalisme, le jeu d'Ubisoft s'ouvre grand les portes d'un nouveau et large public. Que vous soyez fan de Destiny, Gears of War : Judgment ou même Mass Effect 3, beaucoup d'éléments vous paraîtront familiers vous permettant ainsi de vous installer tranquillement sur le jeu. Les amateurs de Call of Duty frustrés de l'évolution actuelle de la série pourront aussi s'y retrouver. Ubisoft parvient même à captiver les joueurs aguerris avec les Dark Zone à haut niveau et les futurs DLC. Allez-y, cédez !

Le code couleur des armes et équipements est le même que Destiny.

L'anecdote

J'ai longtemps fait partie de la communauté Destiny et la ressemblance de genre a fait basculer une partie de mon équipe sur The Division. L'une des choses les plus marquantes lors du transfert de communauté est la volonté d'Ubisoft à écouter les joueurs et modifier rapidement les défauts de son jeu. Mais les ressemblances se sont vite faites sentir puisque par exemple, un énorme soucis d'équilibrage du matchmaking en Dark Zone est venu ternir le tableau. En se baladant avec mon équipe actuelle avec des niveaux 15 à 24 de Dark Zone, il ne nous a pas été rare de nous faire martyriser par des hauts niveaux. Se sentir comme une dinde à Thanksgiving n'est pas une sensation des plus agréables pour des débuts prometteurs.
Les Plus
  • Vraiment très beau même si quelques textures viennent baisser le niveau
  • La Dark Zone, mélange de PVE et PVP complet et complexe
  • La partie jeu de rôle complète et intéressante en multi
  • Les parties en coop qui bonifient l'expérience
  • Set d'armure et d'apparence différent qui permet de choisir librement l'apparence de votre personnage
  • La quantité de missions secondaires
Les Moins
  • Les rues de la grosse pomme trop linéaires
  • L'IA qui manque parfois de réactivité
  • Un outil de création de personnage limité
  • L'absence de quelques options sociales (nom d'équipe, clan, compagnon...)
  • L'équilibrage en Dark Zone

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :