Dragon's Dogma : Dark Arisen

22 mai 2013
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 26 avril 2013
  • Genres Action, Rôle

L'ombre d'une île pour joueur aguerri

Si vous aviez déjà acheter la version originale, il est certain que ce Dragon's Dogma : Dark Arisen n'est pas nécessaire à votre collection, à part pour les amateurs qui aiment souffrir. Par contre, pour les autres, Dark Arisen se révèle être une bonne surprise malgré quelques défauts techniques. Les stratégies à mettre en place, la gestion des pions et les combats relevés en font un jeu de rôle de qualité. Alors pour 30€, n'hésitez pas à franchir le pas et partez chasser votre dragon !

Avec Dragon's Dogma : Dark Arisen, Capcom réchauffe son RPG à gros budget de l'année passée en vous en proposant une version complète. Si vous étiez passé à côté de Dragon's Dogma lors de sa sortie, cette mouture plus bifluorée s'offre à vous pour moins de 30€. Est-ce une bonne affaire pour autant ?

L'histoire

Dragon's Dogma : Dark Arisen vous met dans la peau d'un héros à créer, dont l'apparence est sans doute l'une des plus personnalisables sur console. Votre héros vit tranquillement dans un village de pêcheurs. Le village est soudainement attaqué par un dragon, qui emmène en souvenir votre cœur, car vous vous êtes interposé avec courage. Vous décidez donc de partir à la recherche de ce-dernier, et embrassez ainsi votre destinée. Sur la route, vous apprenez que vous êtes l'insurgé, sorte de héros local, qui a le pouvoir de contrôler les myrmidons, mercenaires sans volonté propre, mais vraiment nombreux. La trame scénaristique n'est pas vraiment folichonne mais vous vous y accrochez plutôt facilement avec le temps. Et le temps, il va vous en falloir pour monter les niveaux nécessaires à la partie ajoutée : Le Récif de l'Amertume. C'est ajout, d'une grosse dizaine d'heures supplémentaires est très clairement orienté hardcore gamer avec un niveau 50 minimum conseillé mais nul doute qu'un niveau 60 et plus ne sera pas de trop.

Non, vous ne passerez pas !

Le principe

Dragon's Dogma : Dark Arisen est un action/RPG a l'occidentale. Si ce style de jeu est déjà très largement répandu, grâce à de gros succès récent, Capcom met sa pierre à l'édifice pour un jeu finalement plaisant. En plus d'un système de combat ouvert, avec tout de même un minimum de lock pour ne pas passer à côté de vos combats, le titre vous offre la possibilité de vous accrocher aux ennemis et ainsi pouvoir continuer de les latter, même en vol. Sinon, vous retrouvez un système d'évolution des plus classique avec des niveaux, des compétences et des talents. Alors certes, les défauts de collision et les membres qui passent dans le vide ne sont pas exclus, mais sur la globalité, le jeu est plutôt bien ficelé. Au point que cette version améliorée, une fois le contenu HD téléchargé, donnerait presque envie de revoir son opinion sur Dragon's Dogma. Le système de pion se révèle bien pensé. Il vous permet de créer un groupe de quatre combattants variés dont l'objectif est unique. Le second pion, ou pion principal, est entièrement personnalisable aussi, classe et compétences incluses. De plus, en fonction des situations, vous devez vous adapter en changeant vos deux pions secondaires pour une stratégie au plus proche de vos besoins et du bestiaire. Celui-ci est d'ailleurs assez varié pour vous assurer des heures de souffrance.

Des pions très utiles dans toutes les situations

Le multi

Dragon's Dogma : Dark Arisen ne dispose pas à proprement parler d'un mode multijoueur, mais les pions sont échangeables avec vos amis. Enfin, votre pion principale peut être prêté en ligne en créant un clone de celui-ci. Votre pion apprendra les infos des quêtes qu'il a réalisé ailleurs et vous restituera les informations lors de votre partie. Bref, cet échange permet surtout de récupérer quelques données de quêtes.

Du classique pour équipement

Pour qui ?

Sans atteindre la rigueur et l'exigence d'un Dark Souls, Dragon's Dogma : Dark Arisen est plutôt réservé aux amateurs de jeu de rôle ardu tel que The Witcher 2 ou Divinity II : The Dragon Knight Saga. Sa durée de jeu en fait l'égal de ses concurrents. Le système de pion et d'évolution pourra rebuter les rpgistes du dimanche.

Un bestiaire assez varié

L'anecdote

Dragon's Dogma : Dark Arisen peut se révéler vraiment exigeant au moment du choix des pions, ce qui vous pousse à les changer très souvent. Lors de la mission pour sauver Quina, la fille du chef de village, vous devez aller la sauver puisque la demoiselle s'est perdue dans les bois. Premièrement, c'est loin, et deuxièmement, il n'y a pas de téléportation. Avec les combats en route, mon perso et mon pion prennent des niveaux mais rendus face aux bandits sur la route, mes deux mages, pions secondaires, sont à la traine avec deux à trois niveaux de moins. Au bilan, plusieurs grosses roustes (oui, oui, à plusieurs reprises en modifiant la stratégie) et ma stratégie est à revoir. Donc demi tour, changement de pion (un guerrier et un mage, tous deux niveaux 10). On repart à l'assaut, et là tout se passe à merveille ! En fait, chaque passage doit modifier votre approche, au risque de changer de pions toutes les 10 minutes. Cette partie du jeu peut être lourde par moment mais c'est tellement bon de ne pas passer toujours avec une stratégie de base.
Les Plus
  • Le système de pions, une excellente idée
  • Le récif de l'amertume, du contenu à haut niveau
  • La personnalisation poussées des personnages
  • L'ambiance musicale et sonore
  • Pouvoir s'accrocher aux boss et continuer de les frapper en vol
  • Son prix
Les Moins
  • L'IA des pions pas toujours très efficace
  • Pas de vrai multijoueur
  • Des graphismes pas vraiment à la hauteur

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :