Happy Feet 2 ne danse pas avec les stars

17 janv. 2012
Testé par sur
Disponible sur
1

Au final, Happy Feet 2 peine à convaincre. Beaucoup trop simpliste, le jeu pèche aussi par une redondance déconcertante. A force de vouloir faire beaucoup, il semble bâcler le travail. Un constat d'autant plus regrettable que la diversité des mécaniques de jeu ainsi que certaines idées s'avéraient prometteuses sur le papier. Au final, Happy Feet 2 ne se destine qu'à une niche de joueurs : les plus jeunes ayant apprécié le long métrage. Et encore...

Vous avez vu le premier Happy Feet et vous l'avez apprécié ? Peut-être que oui, et c'est normal étant donné que ce film est bon voire excellent. Et comme tout succès qui se respecte, il a évidemment eu le droit à une suite. Bien que ce deuxième volet soit assez désastreux (surtout en comparaison du premier), une adaptations vidéoludique a évidemment vu le jour. A mauvais film bon jeu ? Sûrement pas !

Le jeu reprend l'histoire et certains passages du film. A noter qu'il dispose d'un mode coopération.

Happy-end et triste technique

Happy Feet 2 reprend logiquement l'histoire du long métrage, et donc le parti pris inverse du premier film. Se sentant à l'écart dans ce monde de glace où chaque manchot voue un culte à la danse, le jeune Erik, fils du désormais célèbre Mumble, décide de s'enfuir vers d'autres horizons. Alors que son père part à sa recherche, la banquise fait des siennes et la tribu de manchots se retrouve encerclée par la glace. Bien qu'en soi l'histoire de Happy Feet 2 soit sympathique, du moins pour le très jeune public, on regrette que celle-ci ne soit pas mise en valeur. Ainsi, la narration se résume au strict minimum, c'est-à-dire quelques cinématiques particulièrement simplistes (merci les images fixes) et loin de faire honneur à la technique du long métrage. D'ailleurs, on ne peut pas dire que le jeu soit particulièrement beau : entre les textures assez grossières, la monotonie des environnements et le manque de variété des personnages, le titre peine à vous plonger dans son univers. Et puis quand bien même, les mécaniques de jeu proposées sont bien trop redondantes pour accrocher un joueur un tant soit peu expérimenté.

Pas mal de défis sont présents.

Medley raté

Car pour ce qui est du gameplay, Happy Feet 2 est on ne peut plus simpliste. En plus de n'être basé que sur quelques touches, le jeu profite d'un level design particulièrement linéaire vous donnant l'impression de longer un couloir. Avouons que pour un jeu mettant en scène des manchots sur la banquise, ce choix a de quoi étonner. Dans les faits, le titre consiste principalement à parcourir des niveaux afin de récolter des notes de musiques et de rallier des manchots à notre cause, cela à grand coup de danse et de claquettes. Ainsi, le titre demande parfois d'appuyer en rythme pour exécuter certaines actions. De même, Happy Feet 2 est ponctué de défis en tous genres et permet même de combattre des ennemis à la manière d'un jeu musical. Néanmoins, si cela s'avère sympathique sur le papier, ça l'est beaucoup moins dans la pratique. Avec son gameplay mal calibré, des collisions douteuses et son côté très répétitif, le titre ne passionne jamais. On serait tenté de justifier cela par la cible du jeu, à savoir les plus jeunes, mais dans un monde ou bien des enfants jouent au jeu vidéo cela paraît discutable. Malgré la cinquantaine de niveaux présents, seulement huit chapitres sont disponibles, ce qui vous donne une bonne idée du manque de variété concernant les environnements. Pareillement, en ramassant les notes de musique disposées sur votre chemin, il vous est possible d'acheter de nouvelles pistes audio pour accompagner vos pas de danse. Si l'idée est excellente, la trop grande similitude entre les différents tempos peine à convaincre. Dommage, car les chansons étaient plutôt entraînantes.
Les Plus
  • Le durée de vie honorable
  • Un mode co-op (même s'il est anecdotique)
Les Moins
  • Ce n'est pas beau
  • C'est vide
  • C'est d'abord ultra répétitif
  • C'est ensuite ultra linéaire
  • C'est enfin ultra simpliste
  • Des idées mal exploitées