The Sky Crawlers : Y a-t-il un joueur dans l'avion ?

04 mai 2010
Testé par sur
Disponible sur
3

Les personnes ayant vu le film ne me contrediront pas : Mamoru Oshii oblige, The Sky Crawlers fait dans contemplatif. Ici vous trouvez de vraies pistes de réflexion plutôt que de l'action pure et dure. Par conséquent, vous pourriez être dubitatif quant-à l'idée d'adapter cette oeuvre en jeu vidéo. Mais justement, cette version vidéoludique s'avère être un complément (presque) idéal à l'oeuvre originale. Ceux qui espéraient voir en ce film un long métrage survolté (comme semblait l'indiquer la bande annonce) peuvent tout à fait y trouver leur compte. Les autres qui, comme votre serviteur, ont véritablement apprécié le support d'origine, prennent un réel plaisir à retomber dans cette univers. Malgré une plastique un peu trop sobre et un contenu pouvant faire défaut, The Sky Crawlers : Innocent Aces procure d'excellentes sensations de vol et nous propose son lot de batailles épiques. Dès lors, les joueurs ayant envie de prendre l'air auront du mal à résister à l'appel, surtout que la concurrence est quasiment inexistante. Mission accomplie.

Avant d'être un jeu vidéo, The Sky Crawlers est un film d'animation sorti en 2008 (au Japon) de Mamoru Oshii, auteur de Patlabor, Ghost in the Shell, Avalon et plus encore. Confiée au studio Project Aces (Ace Combat), l'adaptation vidéoludique suivit rapidement. Il peut donc paraître étonnant de voir celle-ci arriver chez nous en cette année 2010 ? Peut être pas lorsque l'on sait que le long métrage est disponible depuis seulement quelques semaines dans notre pays. Après un tel laps de temps, le jeu en vaut-il encore le coup de Wiimote ?

Le titre nous propose trente minutes de vidéos exclusives, ce qui ravira les amateurs d'animation.

L'aviation vue par Oshii et Namco Bandai

Alors que le monde est en paix, des gouvernements font appel à des sociétés privées dans le but de feindre des batailles aériennes et ainsi divertir des humains dont la vie est des plus monotones. Quoi de mieux que de simuler la guerre pour apprécier la paix ? Pour ce faire des recherches génétiques ont permis la création de kildrens : des pilotes éternellement jeunes et dont le seul moyen de périr est de mourir au combat. L'adaptation vidéoludique nous place dans la peau de Lynx. C'est un humain qui au fil des missions voit son escouade remplacée peu à peu par ces pilotes hors pair. The Sky Crawlers : Innocent Aces exploite donc l'univers du long métrage mais n'en garde pas l'histoire à proprement parler, le héros du film étant un kildren. A noter, pour ceux qui désirent découvrir l'oeuvre cinématographique, qu'il est préférable de la regarder avant de jouer au titre de Namco Bandai. En effet même si les deux trames sont différentes, le jeu peut donner des indices importants quant-au dénouement de la pellicule (et notamment concernant le twist final). Mais revenons à notre adaptation (qui n'en est pas vraiment une). Les objectifs sont définis à travers des séances de briefing ayant lieu entre chaque mission et les adeptes d'animation japonaise ont le plaisir de trouver trente minutes de vidéos exclusives. C'est un bonus sympathique, même si ces scènes n'apportent pas grand chose sur le plan de la narration. Ce qui est pourtant un aspect primordial du long métrage. Les missions sont à la fois simples et variées : protéger des coéquipers, détruire des cargaisons, photographier des positions ennemies, abattre certaines cibles, etc... Le soft ne fait pas vraiment dans l'originalité, mais plutôt dans l'efficacité manette en main, comme en témoigne sa jouabilité.

Les manoeuvres tactiques : une idée réellement ingénieuse.

Vers l'infini et au delà !

Pour sa première incursion sur Wii, Project Aces nous donne ce que nous étions en droit d'attendre en matière de gameplay. Tout à fait plaisant, celui-ci se paye le luxe d'être assez immersif. Les périphérique se tiennent parallèlement au sol, la Wiimote dans une main et le Nunchuck dans l'autre. Si ce dernier nous permet de tourner en le manipulant, la télécommande sert à gérer l'accélération. En la redressant vers le haut (à la manière d'un levier) notre avion prend de la vitesse tandis que l'inverse le fait ralentir. Une idée simple mais qui procure d'excellentes sensations, à tel point qu'on se croirait dans une publicité Nintendo. Bien sûr, un radar est à disposition et les autres boutons s'occupent du reste : changer d'armes, tirer ou exécuter des manoeuvres. Car oui, le jeu comporte deux subtilités bien sympathiques : les manoeuvres dites tactiques et manuelles. Les premières s'exécutent à l'approche d'un appareil ennemi. En restant dans son périmètre une jauge comportant trois niveaux se remplit. Une fois l'un de ces niveaux atteint et en appuyant sur "A", notre avion effectue une manoeuvre nous permettant, par la suite d'avoir notre cible directement en ligne de mire. Les manoeuvres manuelles consistent pour leur part à utiliser le joystick du Nunchuck pour sélectionner une action prédéfinie (looping, vrille, etc...) avant d'appuyer sur "A" et de voir notre avion réaliser le mouvement dans la seconde. Autant vous dire que l'ensemble du gameplay repose, en grande partie, sur notre capacité à utiliser ces fonctions à bon escient et que le tout dynamise terriblement l'action. Une réussite.

Hélas, les décors ne sont pas tous aussi impressionnants que celui-ci.

Aussi beau que Tom Cruise dans Top Gun ?

Graphiquement, le jeu vidéo est à l'image du film : propre mais dépouillé. Si globalement le tout tient la route avec des textures plutôt soignées, vous déplorez la pauvreté de certains environnements. Difficile de pénaliser le jeu pour autant vu les capacités techniques de la Wii et que le manque d'immersion visuelle est, dans le cas présent, compensé par les sensations apportées par le gameplay. Une simplicité que retrouvé dans l'habillage de l'interface, réduit au strict minimum et qui rappelle les titres de la fin des années 1990. A ce sujet, les tutoriaux imposent un retour aux menus et des temps de chargement entre chaque explication. Ce n'est pas très encourageant pour commencer. En ce qui concerne la durée de vie, le jeu propose dix-huit missions, un chiffre pouvant paraître faible mais qu'il faut relativiser étant donné que les game over forcent à recommencer certaines missions de nombreuses fois. Afin d'être complet, sachez aussi que le titre dispose d'une option multi-joueur permettant à un camarade de nous aider en tirant sur l'écran. C'est assez inutile et décevant. Bien sûr le développeur d'Ace Combat laisse sa touche et le soft permet de choisir notre avion ainsi que l'armement qui va avec. Si le contenu peut sembler léger par rapport à ce qui a déjà été vu dans la série phare de Namco Bandai, n'oubliez pas que The Sky Crawlers : Innocent Aces est une adaptation. L'équipe a par conséquent dû travailler avec les moyens du bord. Enfin, soulignons la qualité de la bande son, absolument excellente et qui sait mettre l'accent sur l'action et la tension lors des moments héroïques ou cruciaux.
Les Plus
  • Une utilisation de la Wiimote et du Nunchuk plaisante et immersive
  • Un système de manoeuvres bien pensé et dynamique
  • Des cinématiques exclusives
  • Des musiques géniales
  • Une adaptation réussie d'un film de Mamoru Oshii
  • Aucun concurrent
Les Moins
  • Des environnements un peu trop dépouillés
  • Ça manque tout de même de narration
  • Les tutoriaux ennuyeux
  • Un vrai mode multi-joueur aurait été bienvenue