Devil May Cry V

24 avr. 2019

La preuve par trois

Testé par sur
Aussi disponible sur
4
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 8 mars 2019
  • Genres Beat'em All, Plateformes

Voilà un peu plus d'une décennie que Capcom ne nous a pas gratifié d'un épisode sur la vie de Dante le chasseur de démons. Et la raison est assez simple : une série qui oscille entre le légendaire et le bâclé. Après un épisode hors-série confié à Ninja Theory, Devil May Cry V revient enfin sur le devant de la scène pour nous en mettre plein la vue. Score, style et gore seront-ils au rendez-vous ?

L'histoire

Alors que Nero bricolait tranquillement dans son garage, un étranger encapuchonné débarque pour le priver de son bras droit, celui qui était possédé. Quelques temps plus tard, un jeune homme mystérieux débarque dans le bureau de Dante pour louer ses services. V de son prénom, réclame la mort d'un nouveau démon ainsi que le nettoyage de la ville de Redgrave alors que celle-ci est envahie par un arbre démoniaque : le Qliphoth. Pourtant, malgré le manque de certitude, Dante fonce avec Nero et V au cœur de l'arbre. Mais la première rencontre avec le nouveau méchant tourne court et la fine équipe est séparée.

Il faut bien être honnête, le scénario est convenu, les chutes sont prévisibles et le tout vous sert une bonne dose de fan service pour vous en mettre plein les yeux et les oreilles. Si les personnages féminins ont quasiment vu leur rôle réduit à celui de vulgaire meuble, les trois protagonistes et Nico se balancent des répliques piquantes et drôles dans le pur style Devil May Cry. La VF est d'ailleurs plutôt bien réussie, que ce soit dans les textes ou l'interprétation. Niveau sonore, le jeu vous balance du métal pendant toutes vos joutes. La bande son est réussie mais une des options du jeu « Deluxe » est une alternative tout aussi correcte. Pour ce qui est du visuel, le moteur RE engine fait de l'excellent boulot. Vous regrettez juste que les décors gothiques laissent trop facilement place aux décors dégoulinants du Qliphoth avec un level design tout juste passable. Pourtant, ce sont aussi ces éléments qui font partie du lot et du charme Devil May Cry.

Le moteur RE fait du bon boulot.

Le principe

Devil May Cry V est un Beat them all à l'ancienne qui glorifie le style, les grands coups de hachoir et les combos infinis. Contrairement à d'autres, la formule n'a pas été renouvelée, et ce pour votre plus grand plaisir. Mais n'y voyez pas là un signe de relâchement, bien au contraire. Dans les faits, le jeu vous propose d'alterner entre les trois personnages, ce qui va drastiquement modifier votre approche des combats et le gameplay. Nero est le premier membre du trio que vous incarnez. Armé d'une épée, d'un pistolet et d'un bras mécanique, il vous rappellera le bon vieux temps. Son bras, le Devil Breaker, vous permet d'accrocher les ennemis pour les rapprocher ou vous en rapprocher. Mais il permet en plus d'infliger des dégâts ou en cas de sacrifice, d'infliger des dégâts de zone dans une belle explosion. La richesse de combo vient de la possibilité de changer votre bras pour changer les effets produits. Vous disposez d'un bel échantillon à collecter dans les niveaux ou si vous préférez, à équiper dans la camionnette de Nico.

V est le second membre du boys band, un gars frêle, un peu faiblard, qui ne se bat pas directement mais envoie des créatures invoquées pour faire le sale boulot. Un corbeau noir fait office d'arme à longue distance tandis qu'une panthère gère les ennemis au sol. Avec une barre chargée de Devil Trigger, V peut aussi invoquer temporairement un géant pour faire de lourds dégâts. Les combats sont stylés, donnant la part belle à la gestion de vos créatures, de votre personnage et de vos barres de trigger. D'autant que l'évolution de vos invocations avec les démonites influe réellement sur leurs potentiels offensifs. V peut même sortir un livre pour recharger plus vite sa barre. Que dire de plus si ce n'est la classe. Enfin arrive Dante avec le bonheur du skill et du style. À partir de la moitié du jeu, vous retrouvez votre héros, celui qui était à la base de Devil May Cry et il faut avouer que tout a été fait pour le rendre hyper badass. Dante dispose de quatre styles différents, de quatre emplacements d'armes au corps à corps et quatre emplacements pour les armes à distance. Tous ces éléments sont permutables à n'importe quel moment en combat pour vous faire bénéficier d'encore plus de style. Et il faut avouer qu'avec ses transformations en démons et la folie de ses armes, Dante est le personnage le plus agréable à jouer, reléguant V et Nero au second plan.

Vous ne rêvez pas, Dante peut se battre avec une moto qu'il sépare en deux.

Pour qui ?

Vous aimez le style, tenter de performer pour améliorer votre score et défourailler des démons avec classe et humour ? Ce Devil May Cry V est fait pour vous. Devil May Cry V remet au goût du jour une licence qui semblait sombrer, grâce notamment à l'ajout de son nouveau personnage V, mais aussi par l'apport du moteur graphique qui montre de bien beaux mouvements. Si vous êtes attaché à l'esthétique des décors, quelques lieux vous paraîtront plutôt réussis tandis que le Qliphoth vous fera hurler de lourdeur. Devil May Cry V est un plaisir violent mais qui met en avant les combats, les combos et le SSStyle.

Les combats avec V sont très stratégiques de par sa faiblesse, mais il manque de combos.

L'anecdote

Avec la version deluxe de Devil May Cry V, vous disposez de quelques bonus qui ont le mérite de faire regretter le bon vieux temps. Avec quatre bras exclusifs pour Nero, un jukebox qui permet de changer certaines musiques pour celles des anciens titres et la possibilité de changer les cinématiques par la vidéo en production. Si ces bonus sont plutôt sympas dans leur ensemble, il n'y a pas si longtemps que ça, ce contenu se serait débloqué gratuitement à la fin du jeu pour vous motiver à le refaire. Money is money !
Les Plus
  • Les échanges entre les différents protagonistes
  • C'est globalement beau (animations, décors...)
  • V et son gameplay
  • Dante, avec des armes de plus en plus dingues
  • Un bestiaire aux petits oignons
  • La montée en puissance des personnages et de leurs techniques
  • Le retour des grandes gerbes de sang
Les Moins
  • Les niveaux dans le Qliphoth qui finissent par tous se ressembler
  • Une bande son sympa (mais qui se laisse changer pour apprécier les anciens thèmes)
Résultat

Le retour sur le devant de la scène de Dante était attendu et même si Devil May Cry V n'est pas parfait, il propose une aventure de choix, dans la lignée du premier épisode. Drôle, parfois volontairement ridicule, ce Devil May Cry V fait ce que l'on attend de lui et le fait bien. Outre le plaisir de dézinguer des hordes de démons dans des gerbes de sang, c'est la douce folie des combos toujours plus stylés qui finit par l'emporter. Et si terminer le jeu une première fois vous montre l'absurdité de ce déballage de techniques, le contentement de recommencer dans une difficulté toujours plus élevée prend le pas sur la redite.