Tyler : Model 005

13 oct. 2018

Petit robot, gros problèmes

Testé par sur
Aussi disponible sur
2

Après avoir proposé l'inconnu Disassembled, Reversed Interactive offre là une tentative alléchante d'action-aventure mêlant platformer, RPG, tower defense et direction artistique intrigante avec Tyler : Model 005. Une grande promesse en associant tous ces genres, mais qui en souffre malheureusement beaucoup trop.

L'univers

Tyler est un petit robot, pas plus grand qu'une lanterne, qui se réveille en plein blackout dans la maison de son inventeur, délabrée et sans âme qui vive. Tel est le postulat de base. Au premier coup d'œil l'ambiance est tout aussi plaisante que mystérieuse. Il fait très sombre, tout est fortement contrasté, et des rais de lumière pénètrent les fenêtres pour tapisser le sol de tâches lumineuses. La direction artistique est réussie et transmet au premier regard beaucoup sur son univers, doté de cel-shading et de teintes douces, denses et chaudes. La demeure est déserte depuis un sacré moment, et il va falloir explorer les lieux pour y découvrir ses secrets. La musique est de plus un atout agréable qui sert bien l'immersion (presque) tout au long du jeu.

Au fil de l'aventure, on y fera quelques rencontres de compatriotes robotiques fort peu charismatiques qui permettront à la narration d'avancer par le biais de cinématiques horriblement mises en scène. En cherchant bien, Tyler pourra recouvrer ses maigres souvenirs en tombant sur des orbes lumineuses dissimulées entre les meubles. On ne se le cache pas, la narration est terriblement anecdotique et ne servira qu'à envoyer le joueur de pièces en pièces afin de ramener tel objet demandé. Ainsi, la trame principale laissera un goût de “c'est tout ?” en fin de jeu. Ce n'est en effet pas son point fort. On notera certaines séquences censées être fortes en émotion et qui tournent au ridicule avec une musique qui en fait des tonnes, le tire-larme qui vise à côté.

L'univers peu éclairé est un obstacle dans votre aventure.

Le principe

Tyler : Model 005 propose beaucoup, vraiment beaucoup, même trop. Catapulté dans l'inconnu, le joueur a pour première tâche d'explorer. La maison est logiquement découpée en pièces qui représentent chacune un niveau dans lequel il est possible de retourner à n'importe quel moment du jeu. Les premiers pas révèlent les premières contraintes. Tyler fonctionne à l'énergie “lumineuse”. Les sources de lumière sont donc salvatrices, et les lanternes et lampes de bureau font office de checkpoints à activer vous facilitant le trajet. Grimper, sauter, glisser sur les murs afin d'obtenir les objets recherchés sont les incontournables bases de gameplay du jeu. Une idée classique qui pourrait presque bien fonctionner. Mais voilà, là où l'aspect exploration est plaisant, la proposition de plateformer est presque effroyable. Jonché de bugs en tous genres, passer de meubles en poutres et de poutres en plafonniers est un calvaire sans nom. Fort heureusement, il s'avère qu'il est possible de totalement couper à travers les plateformes prévues par les développeurs en grimpant sur n'importe quel meuble. Une fois le subterfuge découvert, il est bien plus simple d'avancer.

L'action est inévitable, au début lorsque vous croisez des groupes d'araignées, de scarabées ou de rats qui rodent sur le parquet. Tyler possède des armes, une épée et un bouclier, et il n'est pas très compliqué de venir à bout des adversaires. Quelques coups hasardeux vous débarrassent de la vermine, et à vous les points d'expérience ! Cette même expérience qui vous fait monter en niveau pour gagner des points de compétence et débloquer des aptitudes comme plus d'énergie, plus de vitesse, des indicateurs pour trouver plus facilement les collectibles, et d'autres. Ces statistiques ne sont finalement qu'un prétexte pour vous amener à vous battre encore pour... augmenter à nouveau vos statistiques et... devenir plus puissant, rendre le jeu plus facile qu'il ne l'est déjà. Car oui, entre les combats anecdotiques et les plateformes aisément coupables, il ne reste plus grand-chose pour relever la courbe de difficulté. Le seul obstacle est de bien gérer votre énergie en explorant trop loin de la lumière.

Les collisions laissent à désirer...

La technique

S'il y a bien un gros défaut à Tyler : Model 005, c'est sa technique catastrophique. Il est malheureux de voir une proposition agréable à l'œil et avec quelques maigres bonnes idées de gameplay être gâchée par ses moult bugs. Le contrôle de Tyler demande à être agile, propose une multitude d'actions comme sauter, grimper, glisser sur les murs, se battre. Une grande partie de ces déplacements est sujette à des problèmes de collision, à se faire éjecter à l'autre bout de la pièce, à grimper de manière totalement invraisemblable sur des plateformes sur lesquelles on ne voulait même pas sauter. De plus, Tyler n'adhère même pas aux surfaces mobiles, et il faut donc marcher au rythme du mouvement pour ne pas tomber, en espérant éviter le bug de collision qui fait basculer le personnage. Il y a des problèmes de freezes, du clipping qui crie aux yeux en extérieur, des ralentissements et une interface beaucoup trop inutilement fournie. On souhaiterait même presque pardonner les quelques problèmes de localisation des textes tellement c'est devenu le cadet de nos soucis.

Une lanterne ! Elle fait office de checkpoint facilitant votre avancée.

Pour qui ?

Malgré tous ces problèmes et avec de la patience, il est tout de même possible de trouver un intérêt à Tyler : Model 005. Il n'est probablement ni dans les combats, ni dans la narration, mais peut-être bien dans l'exploration et la recherche des collectibles. Parce que s'il y a bien quelque chose qui peut demander un intérêt, c'est de visiter chaque recoin afin de trouver telle pièce de personnalisation, tel objet secret. S'il ne vous reste plus aucun jeu d'action-aventure et que vous avez 8 ou 9 heures à dédier à un petit jeu, alors peut-être que la direction artistique de Tyler : Model 005 vous laissera sous le charme. Entre ces moments d'exploration, vous pourrez également personnaliser votre avatar ou venir à bout du mode tower defense présent dans chacune des pièces de la maison.

L'interface n'est pas des plus intuitives.

L'anecdote

J'ai beaucoup descendu Tyler : Model 005 pour ses propositions qui n'en finissaient plus. Mais je pense que les preuves les plus probantes sont premièrement la barre de vie, différente de la barre d'énergie, que je n'ai remarquée qu'après plus de la moitié du jeu. Cette découverte en dit long sur l'aspect action beaucoup trop simple. Deuxièmement, j'évoquerai une capacité qui nous est offerte après quelques heures, la possibilité de rembobiner dans le temps qui sert... à rien du tout, je ne l'ai jamais utilisée et à aucun moment le jeu ne nous contraint à en user.
Les Plus
  • Une direction artistique agréable
  • La composante exploration pas si mal
  • Les musiques sont réussies...
Les Moins
  • Une technique aux fraises et bourrée de bugs
  • Des composantes de gameplay inutiles
  • … sauf quand elles en font des caisses sans aucune raison
  • Les différents personnages sont anti-charismatiques, voire insupportables
  • La mise en scène médiocre et une narration anecdotique
Résultat

Sous sa sympathique direction artistique, Tyler : Model 005 propose beaucoup trop pour un si petit jeu, et la moitié des possibilités sont anecdotiques. Cependant, la composante exploration pourra être intéressante si vous avez la patience d'en déceler tous les secrets. En attendant, les mauvais choix des développeurs seront peut-être une leçon de game design et de level design pour vous, et les multiples bugs réveilleront peut-être en vous une âme de speedrunner !

À propos de l'auteur

Fana de jeux vidéo. Passionné de cinéma. Grand amateur de musiques.

Ses derniers articles :