Mardi, c'est le coup de gueule !

21 févr. 2017

Écrit par

Comme chaque mardi, un membre de la rédaction pousse un coup de gueule sur l'actualité du jeu vidéo : l’énième report d'un jeu attendu, la fermeture d'un studio, une annonce d'un jeu qui "sent pas bon". Mais ça peut également être l'occasion pour lui de revenir sur une expérience malheureuse sur un jeu en cours de test, ou même un échange tendu sur la tribune autour d'un sujet particulier. Bref, aujourd'hui, voici le coup de gueule...

J'aime bien le mot putassier, sans doute pour son côté un brin vulgaire. Mais aussi parce qu'il est bien plus subtil que le premier sens qu'on peut lui accorder. En parlant de vulgarité, et plus du tout de subtilité, allons donc faire un tour du côté de TF1 qui ne sait décidément plus comment endiguer ses pertes d'audience face à des C8 et autres NRJ12 en roue libre. Chez TF1 donc, quelqu'un a dû se réveiller un matin de janvier avec "l'idée du siècle", à savoir mixer ce qui fonctionne le mieux sur la TNT avec le média d'entertainement générant un chiffre d'affaires à faire pâlir les plus gros blockbusters américains : la télé-réalité et le jeu vidéo.




Le concept a pour nom de code "Gaming Inside Experience" et n'est autre qu'une énième télé-réalité d’enfermement. Sauf que là, au lieu de suivre des gens inoccupés, les caméras vont filmer une bande de gamers pendant deux mois. Le but : constituer une équipe capable de se sélectionner pour le Championnat du Monde du jeu League of Legends.




Ne riez pas, c'est très sérieux. La Gaming House où se déroulera cette "aventure" se veut un modèle du genre : pas de piscine pour batifoler mais plutôt une salle d'entrainement au gaming, un lieu pour s'adonner au fitness et sûrement tout un tas de conseils en nutrition parce que oui, le e-sport est un sport de haut niveau. Bon, perso, je vous avoue que j'ai un peu de mal avec cette drôle de digression de la notion de sport, mais il faut croire que je ne suis plus assez in pour comprendre tout ça. Faisons confiance à TF1 pour faire passer ces deux mois de glandes dans une villa de rêve, avec accès à des configurations PC de malade, pour un truc très pédagogique qui pourrait même susciter des vocations chez les jeunes téléspectateurs en échec scolaire. Qui sait ?




Ce qui motive la chaîne à se lancer dans une telle production, ce sont bien sûr les retombées médiatiques évidentes. D'une part parce qu'il s'agit d'un concept inédit chez nous, l'e-sport étant pour l'instant cantonné à des rares chaines du câble. Tout le monde va en parler. Reste à mesurer les échos que ça aura notamment dans la presse spécialisée JV, qui devrait jouer un rôle important sur la visibilité de l'émission. Pour TF1, le but est bien sûr d'inciter les jeunes - cible numéro du programme - à retrouver au moins quelques minutes par jour les chemins de la télévision, média abandonné depuis longtemps au profit d'Internet.




Si ça vous intéresse toujours, notez que la diffusion de l'émission est prévue à partir d'avril prochain probablement sur TMC, chaîne du groupe. Ah, dernier point important : les gamers seront au nombre de dix. Une parité absolue avec cinq hommes et cinq femmes pour palier aux éventuelles coupures de courant... Et faire en sorte que si le programme ne trouve pas un écho suffisant auprès de la communauté gaming, elle conservera toujours une chance de faire parler d'elle dans la presse people.