Mercredi, c'est le souvenir !

30 nov. 2016

Écrit par

Comme chaque mercredi, un membre de la rédaction vous propose de revenir sur un jeu, un événement, ou même un objet qui a marqué aussi bien son parcours de testeur pour Gamatomic que celui de joueur lambda. Bref, aujourd'hui, voici le souvenir...

Vous avez vu ? Il parait que No Man's Sky retrouve un peu d'attrait suite à une grosse mise à jour. Cette "Foundation Update" vous permet d'établir une base sur la planète de votre choix. Ok, après toutes ses promesses non tenues (rejetez donc un œil sur notre test), ce jeu d'exploration spatiale a beaucoup perdu de son aura. Du coup, moi, ça me rappelle un souvenir. Un vieux jeu de 1988 intitulé L'Arche du Captain Blood. Le principe était le même : explorer l'univers et rencontrer de drôles de créatures.



Je me souviens que le jeu tenait sur plusieurs disquettes, un format qui ne devrait pas trop vous parler si vous n'avez pas plus de 25 ans. J'y jouais sur l'ordinateur TO9+ de mon père dès qu'il était disponible, souvent en cachette car au détour d'une planète, on pouvait parfois tomber sur des Ondoyantes, des créatures de rêve entièrement nues qui ondulaient à l'écran en poussant des petits soupirs... Et même en 8-bit, je peux vous assurer que quand vous avez une dizaine d'années, ça fait son petit effet.





Mais bien entendu, ce jeu avait beaucoup plus à offrir ! Ce voyage sidéral était surtout l'occasion de rencontrer de nombreuses races, chacune utilisant une langue particulière. Grâce à des symboles, vous pouviez communiquer avec elle et obtenir de précieuses indications sur l'intrigue principale. Chaque échange était différent, entraînant des réactions très variées des extraterrestres (certaint étaient très susceptibles, et d'autres limite entreprenants !). C'est sûr que graphiquement, la comparaison avec No Man's Sky est, comment dire, inutile ? Mais malgré son emballage très agréable, le titre de Hello Games ne m'a pas transporté autant que les pixels de L'Arche du Captain Blood avaient pu le faire à l'époque. Comme quoi...