Adam’s Venture : Origins

27 avr. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Le bon vieux goût de l'Aventure

Adam Venture est un aventurier comme on n'en fait plus. Si elles ne répondent pas à tous les critères actuels du genre, ses aventures se révèlent pourtant bien plus présentables que certains titres AAA de commande. Adam’s Venture : Chronicles transpire ainsi le goût du bien léché, l'envie de partager une expérience intelligente dans le respect des vieux standards à l'origine du genre. Bien entendu, ses ambitions se heurtent à des moyens que l'on sent limités. Le résultat est pourtant convaincant, jamais frustrant, et séduira tous ceux qui apprécient l'aventure à l'ancienne.

Pour vous, l'aventure avec un grand A, c'est forcément une poitrine survitaminée ou un baroudeur badass obsédé par son ancêtre. En d'autres termes, vous ne jurez que par Lara ou Nathan. Eh bien, sachez qu'avec Adam’s Venture : Origins, il existe une autre voie. Et si elle n'est pas aussi hype que ses consœurs AAA, elle mérite tout de même de s'y aventurer.

L'histoire

Une nuit d'orage dans un manoir victorien. Une bibliothèque remplie de viels ouvrages. Un père probablement archéologue absorbé par ses recherches. Un fils impatient d'être envoyé sur le terrain. L'arrivée d'un nouvel assistant qui se révèle tout sauf coincé et binoclard puisqu'il s'agit d'une séduisante jeune femme... Les premières minutes d'Adam’s Venture : Chronicles ressemblent à s'y méprendre à un jeu des années 90, une époque où la scène d'ouverture n'était pas encore contrainte à "envoyer grave la sauce" pour capter l'attention volatile des joueurs. C'est donc petit à petit que cette aventure autour du monde vous dévoilera ses atouts, avec pour but ultime la découverte du jardin d'Éden et du fameux temple de Salomon.

Visuellement, ce jeu n'a pas à rougir

Le principe

S'il s'agissait de schématiser grossièrement, nous pourrions dire que Uncharted ce sont les muscles, que Tomb Raider ce sont les seins. Et que Adam's Venture, c'est la tête. En effet, même s'il utilise une progression vue à la troisième personne assez proche de celle de ses camarades, Adam’s Venture : Chronicles est d'abord un jeu d’énigmes. Chaque scène d'action est donc un prétexte pour vous conduire jusqu'à un nouveau puzzle à résoudre. Ce principe old school rappellera de bons souvenirs aux plus vieux d'entre vous. Si action il y a, ne vous attendez pas à de la grande cabriole, notre héros étant plutôt du style "balai dans le cul" question liberté de mouvement. Cela dit, voila qui ne l'empêchera pas d'utiliser un grappin pour se balancer au dessus d'une précipice, de conduire des wagonnets comme dans un Indiana Jones, ou bien encore de s'adonner aux joies de l'infiltration à la Metal Gear Solid première époque (OK, celle qui a servi de brouillon au premier épisode).

Le tout peut vous apparaître très basique comparé à la concurrence actuelle mais, comme souvent, tout est question de contexte. Le studio à l'origine d'Adam’s Venture : Chronicles est une petite équipe, et le générique de fin en est même étonnant de brièveté. À tel point qu'obtenir une qualité finale aussi intéressante avec si peu de mains est un véritable exploit. Bref, ce jeu est un peu comme un projet de fin d'étude, brillamment exécuté, rempli autant de bonnes intentions que d’approximations.

Ça ne vous rappelle rien ?

Pour qui ?

À cause de ses approximations justement, Adam’s Venture : Chronicles ne se destine pas vraiment aux excités du pad qui ne jurent que par l'action non-stop, le fighting fulgurant et jouissif largement utilisés dans les productions actuelles. Par contre, il saura séduire les joueurs habitués au rythme à l'ancienne, qui voudrait retrouver la charmante désuétude d'un Indiana Jones et la Machine Infernale par exemple.

Les énigmes feront appel à votre logique. Ou pas (ça n'est jamais très compliqué).

L'anecdote

Chronicles est en fait un reboot des premières aventures d'Adam Venture. L'accueil critique du premier volet - sorti en 2009 - n'a pas été tendre, ce qui n'a pourtant pas empêché la série d'être reconduite. Se bonifiant à chaque nouvel épisode, la licence se voit aujourd'hui plus que remastérisée pour les nouvelles consoles puisque le scénario a été remodelé et les intrigues réorganisées. Ainsi les trois aventures à l'origine indépendante se retrouvent ici agencées pour n'en faire qu'une. Sur un plan purement scénaristique, le résultat s'avère plutôt réussi.
Les Plus
  • L'amour du travail bien fait
  • Des énigmes intelligentes
  • Une saveur particulière pour les anciens
  • Des environnements plutôt présentables visuellement
  • Une vraie aventure sans gunfight ou violence artificielle
Les Moins
  • Un gameplay un peu trop raide
  • Une localisation complète aurait été bienvenue