This War Of Mine : The Little Ones

23 févr. 2016
Testé par sur
Disponible sur
2

La guerre côté Sims

Sorti de son contexte, This War Of Mine n'est ni plus ni moins qu'une version adulte et très déprimée des Sims. L'idée de base, vivre un conflit du côté des civils, est originale et intéressante. Mais elle laisse surtout la place à un jeu de gestion très pointilleux qui n'accepte aucune approximation. Au bout d'un certain temps, la répétition des actions à réaliser engendre forcément l'ennui. C'est dommage car la direction artistique est plutôt maîtrisée. Quant au thème, si peu répandu dans le jeu vidéo, il aurait mérité un traitement plus complexe. Cela dit, le gameplay très exigeant en terme de timing permet de ne pas trop s'en préoccuper, en tous cas pour ceux qui seront parvenus à ne pas décrocher.

Quand une équipe polonaise s'inspire du siège de Sarajevo pour développer un jeu de survie, cela donne This War of Mine. Un an après sa sortie PC, très bien accueillie, ce titre revient dans une version améliorée The Little Ones, également disponible sur consoles.

L'histoire

Dehors, c'est le chaos. À l'intérieur, tout reste à faire. Réfugié dans une habitation décrépie, un petit groupe doit tenter de survivre aux privations et agressions que le conflit extérieur les force à subir.

En s'inspirant du siège de Sarajevo, 11 bit studios prend un parti-pris assez peu usité dans le jeu vidéo. Si la guerre sert souvent de toile de fond à ce média, il s'agit surtout de suivre de courageux soldats sur le front, durant d'épiques affrontements. Côté civils, c'est le néant, l'expérience étant sûrement jugée moins excitante pour le joueur. C'est justement cet aspect occulté que This War Of Mine vous propose de découvrir.

La nuit est un vrai éloge du crafting.

Le principe

Sorti de son contexte, This War Of Mine n'est ni plus ni moins qu'une version adulte et très déprimée des Sims. Ok, le raccourci est facile mais jugez plutôt. Ici, vous devez gérer les besoins vitaux d'un groupe d'individus (manger et dormir) tout en les protégeant de l’extérieur. Pour se faire, il vous appartient d'aménager le refuge en fonction : literie, cuisinière, chaudière, filtres à eau, pièges à rat, plantations, pharmacie, ateliers, etc. Pour fabriquer ces joyeusetés de fortune, vous avez bien sûr besoin de matériaux et autres matières premières. Vous pouvez les récupérer de nuit, en allant fouiller les habitations, hangars, entrepôts, églises, écoles restés plus ou moins debout aux alentours. En résumé : la nuit vous faites vos courses, le jour vous jouez les bricoleurs.

Mais tout ça, c'est sans compter sur l'humeur de vos "sims". Ambiance mélancolique oblige, ils sont en effet beaucoup plus susceptibles que leurs cousins de chez Maxis. Le moindre courant d'air les enrhume, le saut d'un repas les agacent (encore plus que dans Koh-Lanta), une nuit sans sommeil les rend taciturnes, l'absence de livres, de cigarettes ou même de radio leur donne des idées noires, sans parler des éventuels mais néanmoins nombreux pillages de leurs réserves par des survivants voisins beaucoup moins portés sur la morale chrétienne.

Vous devez donc composer avec tout ça pour occuper vos journées et vos nuits de la manière la plus étudiée possible afin de garantir la survie à votre groupe. This War Of Mine est donc un vrai jeu de stratégie, presque au tour-par-tour, ou chaque action a une conséquence qui est difficilement rattrapable. D'où un besoin de bien calculer vos sorties, l'ordre de vos améliorations, leur nombre, etc.

Vous pouvez moduler l'expérience en choisissant votre groupe de départ et divers autres paramètres.

Pour qui ?

Si vous êtes plutôt du genre à aimer improviser, passez votre chemin. This War Of Mine demande une organisation millimétrée qui ne tolère quasiment pas les approximations. Même si le niveau de difficulté est modulable, réussir à faire survivre son groupe jusqu'à la fin du conflit est un vrai défi. Vous devez donc mettre en place une gestion impeccable que les joueurs les plus pointilleux sauront apprécier. Attention si vous êtes attiré par l'aspect "politique" du jeu, il se révèle beaucoup moins profond que prévu, laissant place à un gameplay répétitif et intransigeant qui devrait vite vous refroidir.

Les dialogues n'évitent pas les clichés digne d'une série trop vite écrite.

L'anecdote

À l'époque de sa sortie comme DLC pour le jeu original, The Little Ones a contribué à l'amélioration des conditions de vie de 350 enfants syriens réfugiés en matière d'enseignement (frais scolaires, formation d'enseignants, etc.), de soins médicaux ou psychologiques ou encore par la création d'espaces dédiés aux enfants. Comment ? Grâce au reversement de ses revenus à l'association War Child Charity.
Les Plus
  • Une idée de départ originale et intéressante
  • Une direction artistique sympathique
  • La bande son adéquate, mélancolique à souhait
Les Moins
  • Un aspect "politique" juste survolé
  • Une progression répétitive qui amène l'ennui
  • L'apport des enfants est assez limité
  • Des environnements qui se ressemblent assez vite
  • Les interactions/dialogues entre les survivants n'évitent pas les clichés