Rodea : The Sky Soldier

07 janv. 2016
Testé par sur
Disponible sur
2

Un jeu qui peine à décoller

Objectivement, il serait fou de considérer Rodea : The Sky Soldier comme un jeu réellement bon. Il fait plutôt penser à ces titres japonais plus qu'imparfaits mais qui sont faits avec amour. Bien que Rodea mette quelques sensations grisantes en avant, il pâtit d'une caméra catastrophique qui nuit beaucoup à l'expérience et au ressenti global. C'est d'autant plus dommage que le jeu rappelle de belles références et bénéficie d'un certain charme. Mention spéciale à la 3D relief sur la portable de Nintendo.

Rodea : The Sky Soldier a longtemps suscité l'intérêt pour deux raisons. Premièrement, sa gestation difficile puisque le jeu aurait dû voir le jour en 2011 sur Wii, avant de voir cette version se muter en jeu Wii U. Mais plus important, Rodea est dirigé par Yuji Naka, à qui l'on doit des jeux tels que Sonic ou NiGHTS. Rien que ça.

L'histoire

Rodea : The Sky Soldier oppose deux mondes, l'un au sol et l'autre mouvant dans les cieux. Tous les milles ans, ce dernier se fait attaquer par le continent, avide d'une énergie nécessaire à sa survie. Rodea est un robot ayant perdu la mémoire, mais qui s'était vu confier une mission par une princesse fatiguée de ces querelles.

Pas forcément très bien narrée, l'histoire bénéficie pourtant d'une localisation impeccable, avec la présence de dialogues japonais et de sous-titres français. Les doublages sont excellents et seuls les graphismes du jeu, très moyens, ternissent un peu l'ambiance et l'impression globale.

Notez qu'il est amusant de constater que Rodea : The Sky Soldier reprend l'une des thématiques de Gravity Rush (la perte de mémoire et de repères) ainsi qu'un gameplay qui s'en rapproche vaguement. La version Wii du jeu étant terminée depuis plusieurs années, ne voyons ici qu'un simple hasard, d'autant que les jeux possèdent un gameplay sensiblement différent (hélas).

L'histoire et le design sont sympathiques.

Le principe

Rodea : The Sky Soldier reprend le "style" Yuji Naka. Comprendre par là que le titre rappellera inévitablement des souvenirs aux personnes ayant joué aux productions du créateurs japonais. Elles y retrouveront son attachement à la vitesse et à la liberté, et pour cause : Rodea : The Sky Soldier se passe principalement dans les airs. Le personnage se propulse dans les cieux et vous choisissez alors la direction vers laquelle celui-ci se dirige. Comme dans Sonic, les bonus sont parfois répartis en "lignes" vous permettant d'accélérer la course du héros. Malheureusement, le jeu souffre d'une caméra particulièrement handicapante. De plus, l'agencement des niveaux ne favorise pas le dynamisme, vous obligeant à choisir entre vitesse et exploration. Il découle de cela un rythme assez étrange, dynamique en raison du gameplay mais haché à cause du temps perdu avec cette satanée caméra.

Pourtant, le jeu essaye tant bien que mal de pallier à ce problème, justement grâce à ses "lignes" ou éléments de gameplay automatisant un peu les déplacements. Quand une touche vous permet de monter dans les airs, une autre vous permet d'attaquer les ennemis et une troisième vous fait par exemple foncer dans la direction visée. En passant outre l'exploration, c'est-à-dire en se limitant aux objectifs principaux, le jeu est même plutôt grisant et rappelle (presque) Gravity Rush, en beaucoup moins précis bien sûr. Pour favoriser une progression chaotique du fait de soucis ici et là, les développeurs ont tout de même eu l'excellente idée d'intégrer un système d'améliorations : en dépensant des éléments récupérés dans les niveaux et sur les ennemis, vous pouvez améliorer le physique de Rodea (armure, force, vitesse) ainsi que ses armes. De quoi rendre l'aventure moins frustrante.

Les boss sont assez ardus à cause de la caméra.

Pour qui ?

Alors là, aucun doute, Rodea : The Sky Soldier se destine aux joueurs conciliants voire patients. Si vous achetez le jeu en vous contentant de faire le premier chapitre, l'expérience risque de vous rebuter au point de vous faire crier au scandale. Néanmoins, passés les premiers chapitres (et les deux premières heures de jeu), l'aventure se trouve être à la fois sympathique et relativement rafraîchissante.

Rodea ne peut rester qu'un certain laps de temps dans les airs.

L'anecdote

Rodea : The Sky Soldier se décline en trois versions. Les premiers exemplaires de la mouture Wii U contiennent également le jeu Wii, qui dispose d'un gameplay basé sur la wiimote. Hélas, nous n'avons pas pu tester la version en question. Cette mouture finalisée il y a plusieurs années peut néanmoins être intéressante vu qu'elle représente le jeu initial, et que le gameplay est peut-être plus approprié. À voir. En revanche, nous avons pu mettre nos mains sur le jeu 3DS. Celui-ci est très fidèle au jeu Wii U. Les niveaux et environnements sont en effet identiques, tout comme les bases de gameplay. Gros bémol cependant : l'impossibilité de diriger la caméra avec le C-stick de la New 3DS. Globalement, l'expérience reste donc identique même si la 3D relief est très réussie, en particulier pendant les scènes cinématiques.
Les Plus
  • Un certain charme
  • Des influences présentes mais jamais trop
  • La 3D relief sur Nintendo 3DS
  • Quelques bonnes sensations
  • Le système d'amélioration
  • Une certaine générosité
Les Moins
  • La caméra, un poison ludique qui abaisse la note à elle seule
  • C'est pas beau (plus encore pour de la Wii U)
  • Un gameplay peut-être un peu trop complexe
  • De prime abord rebutant