Tembo : The Badass Elephant

20 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur SEGA
  • Développeur Game Freak
  • Sortie initiale 21 juillet 2015
  • Genres Action, Plateformes

L'éléphant qui ne trompe pas

Tembo : The Badass Elephant est un bon jeu. Joli, il dispose avant tout d'un gameplay singulier. Tandis que de nombreux jeux de plateforme vous font contrôler des petites bêtes agiles, Tembo vous place dans la peau d'un éléphant à la fois lent, rapide et destructeur. Ici, il y a un vrai parti pris dans le fait d'essayer d'aller à contre-courant d'un genre à part entière. Pourtant, Tembo : The Badass Elephant reste un peu brut, comme en témoigne les morts parfois un peu bêtes ou les boss pas toujours très inspirés (en comparaison de l'ingéniosité de certains passages). De même, difficile de ne pas souligner le contenu un peu chiche, qui aurait par exemple mérité quelques bonus de choix, notamment au regard de la jolie direction artistique du titre. Pas de quoi crier au scandale pour autant, surtout que l'éléphant reste aussi bourru qu'attachant. Un peu comme le jeu.

Tembo : The Badass Elephant est né d'une collaboration plutôt inattendue entre SEGA et Game Freak. En effet, ce studio est avant tout connu pour son travail sur Pokémon, et il est pour le moins étonnant de voir un jeu de plateforme débouler sur les services de téléchargement.

Le background

Tembo : The Badass Elephant est avant tout un drôle de mélange d'influences. Évidemment, comme son nom l'indique, le jeu s'inspire en partie de Rambo. De loin, très loin car, pour faire simple, l'histoire se résume à un colonel qui appelle à l'aide Tembo, un éléphant guerrier qui délaisse sa région bucolique pour sauver une ville industrielle d'une horde de soldats. Même si le pitch est minimaliste, la direction artistique donne à Tembo : The Badass Elephant un certain cachet, avec des graphismes aussi fins que colorés. Bien que Tembo soit un balourd, les animations sont très convaincantes, et c'est un vrai plaisir d'alterner entre la lenteur du pachyderme et la vivacité de ses attaques.

Tembo charge, rebondit, envoie de l'eau, tacle, plane... Dumbo et Babar ne peuvent en dire autant.

Le principe

En effet, le jeu base son principe sur la vivacité des attaques de Tembo. Alors que l'éléphant marche ou saute très lentement, ses différentes attaques lui confèrent une rapidité qu'il est nécessaire d'exploiter. D'ailleurs, il est amusant de voir que Tembo : The Badass Elephant est édité par SEGA, tant celui-ci semble être une face B de Sonic. Quand le hérisson misait sur sa vitesse afin de compléter les niveaux rapidement, Tembo sauve des civils et fait minutieusement le ménage dans les rangs ennemis. De plus, certaines attaques ne sont pas sans rappeler Sonic, comme ce "dash" faisant rebondir le pachyderme en l'air ou sur les ennemis. De même, les bumpers présents dans le parc d'attraction rappellent la zone Casino Night du hérisson, en plus épurée bien sûr. On se mettrait presque à imaginer un cross-over entre les deux jeux.

Mais Tembo sait aussi utiliser sa trompe. Ainsi, il peut trouver de l'eau en passant devant des fontaines, puis utiliser le liquide pour anéantir certains ennemis ou éteindre des flammes bloquant sa progression. Dommage que la visée à l'aide du stick gauche - avec lequel vous déplacez déjà votre personnage - ne soit pas plus intuitive. De manière générale, le jeu reste très orienté plateforme, chaque saut devant souvent être millimétré pour bien progresser (heureusement, le gameplay reste précis et n'est jamais frustrant). De même, il vous faudra correctement lire le level design si vous désirez détruire l'intégralité des adversaires et sauver tous les civils de la petite vingtaine de stages disponibles. Il n'est pas rare, notamment, de ne pas pouvoir revenir en arrière alors que vous avez oublié de fouiller une zone. Vous êtes prévenu.

Il faut penser à anéantir les soldats une fois les véhicules détruits si vous cherchez le 100%.

Pour qui ?

Au début, Tembo : The Badass Elephant semble plutôt être destiné aux plus jeunes. Le jeu étant dépourvu de choix de difficulté, les premiers niveaux sont assez simples et pas extrêmement rythmés. Pourtant, les morts se font plus fréquentes par la suite, notamment si vous cherchez à atteindre le 100%. Disposant d'une barre de vie, le pachyderme laisse une certaine marge d'erreur sans jamais être trop conciliant avec vous. De ce fait, si les jeunes peuvent terminer certains mondes, les plus vieux devront inévitablement prendre la relève à certains moments (notamment contre certains sous-boss et boss, le dernier étant particulièrement difficile). D'ailleurs, ce sont eux qui seront vite obsédés par l'exploration des niveaux. À noter, pour les plus aguerris, qu'un système de classement en ligne est présent. Un bonus qui constitue d'ailleurs le seul pan annexe du titre. Dommage qu'il n'y ait pas quelques contenus à débloquer pour servir de carotte au joueur. Pourquoi pas des costumes ou une galerie, par exemple ?

Remplir un pot de cacahuète vous donne une vie supplémentaire.

L'anecdote

Justement, à force d'explorer les niveaux pour atteindre le 100%, il n'est pas rare de tomber KO bêtement. Ainsi, les chutes dans le vide ou le contact avec des lasers vous font perdre des vies rapidement. Autant vous prévenir : faites attention à votre compteur de vie, sans quoi vous pouvez vite vous retrouver dans l'obligation de recommencer le niveau. Tout cela parce que vous êtes tombé une ou deux fois de trop à tel ou tel endroit. Ce serait dommage, non ?
Les Plus
  • C'est mignon
  • Un jeu de plateforme qui, à sa manière, tente de sortir des carcans
  • De nombreuses mécaniques de jeu, qui au final donne un gameplay assez profond
  • Level design efficace
  • Pour les jeunes et moins jeunes
Les Moins
  • Les boss, décevants
  • Le système de visée avec la trompe, pas hyper pratique
  • Ça manque de contenu bonus
  • Le temps de chargement au lancement du jeu (près de deux minutes !)