Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Revolution

02 oct. 2014
Testé par sur
Disponible sur
3

Tout pour le multi

Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Revolution découle d'une démarche mercantile mais reste néanmoins un bon jeu. Se destinant aux fans de la série, ceux capables de passer des soirées entre potes à enchaîner des affrontements endiablés, le titre est un gloubi-boulga des épisodes précédents. Faisant l'impasse sur un scénario digne de ce nom, Ultimate Ninja Storm Revolution mise tout sur son gameplay et les modes de jeu qui l'accompagnent. Bien que le titre s'écarte de l'esprit du manga (on n'imagine mal Naruto devoir choisir entre des techniques secrètes à plusieurs et le mode éveil), il demeure ce qui se fait de mieux en matière d'expérience multijoueur dans l'univers du célèbres ninja.

Avec Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Revolution (rien que ça), Bandai Namco fournit aux ninjas en herbe leur dernière ration de Naruto sur "PS360". Mais derrière une démarche opportuniste se trouve un positionnement tout de même relativement intéressant.

L'histoire

Avant toute chose, il convient de parler du mode Histoire... ou plutôt de son absence. Si les meilleurs épisodes de la série reposaient en grande partie sur la retranscription du manga, Ultimate Ninja Storm Revolution fait l'impasse sur cet aspect. Un choix pourtant assez logique lorsqu'on analyse la situation : arrivant en fin de génération, ce volet est certainement le dernier à voir le jour sur PlayStation 3 et Xbox 360. Ainsi, l'idée est plutôt de proposer un épisode aux allures de Maxi Best-of plutôt que de livrer à la va-vite un très attendu épisode PS4.

De ce fait, le solo se limite au strict minimum : une sorte de bordel relativement poussif, dans lequel tous les personnages de la série se côtoient en vue d'une compétition mondiale. En ce sens, Ultimate Ninja Storm Revolution a une trame aussi peu palpitante que n'importe quel autre jeu de combat. Plutôt chiant, le mode inclut des quêtes annexes aussi passionnantes que celles des précédents volets (amener tel objet à machin, parler à Jean-Mouloud, etc.) mais est surtout l'occasion de débloquer la pléthore de protagonistes présente dans le titre. Et il s'agit ici de l'unique carotte digne d'intérêt, et qui n'est pas sans rappeler celle des anciens titres Dragon Ball.

Vous choisissez votre protagoniste parmi plus de 110 combattants.

Le multi

Tout l'intérêt de Ultimate Ninja Storm Revolution réside donc dans son mode multi. Déjà saluées par la communauté de Naruto, les bastons à plusieurs sont le moteur du jeu. Le souhait de CyberConnect2 semble évident : livrer l'expérience multijoueur ultime afin de faire de cet épisode le jeu de chevet pour chaque fan du manga. L'intention est compréhensible, et plutôt bien justifiée au regard des dizaines de personnages et décors présents, parfois issus du début du manga ou des précédents jeux.

Des contre-attaques ont également été intégrées, permettant ainsi de faire tituber l'adversaire.

Le principe

Côté gameplay, vous êtes en terrain connu. Le titre reprend la recette ayant fait le succès de la série, c'est-à-dire une grande simplicité couplée à une mise en scène spectaculaire. Tout s'effectue avec deux ou trois touches, mais les actions (lancers de shuriken, coups, techniques, permutations, etc.) sont assez nombreuses pour donner l'illusion d'une certaine diversité. Comme d'habitude - et bien que le titre ne rentre toujours pas dans la cour des jeux de combat techniques, Ultimate Ninja Storm Revolution reste un divertissement de premier choix. Il faut dire que l'aspect graphique, bien que stagnant depuis le deuxième volet, fait toujours office de référence.

Pour ce qui est de la nouveauté, deux points sont à aborder. Premièrement, la nécessité de choisir un style de combats avant les affrontements : Technique Secrète, Éveil ou Soutien-auto. Le premier permet d'effectuer des techniques secrètes assistées tandis que le second vous autorise à entrer en mode éveil dès le début de l'affrontement. Le dernier, pour sa part, reste assez anecdotique puisqu'il ne consiste qu'en un soutien automatique de l'ordinateur. Bien que le choix du style puisse paraître intéressant, il laisse tout de même assez dubitatif vis-à-vis du manga, puisque vous obligeant à choisir alors que Naruto - par exemple - n'aurait pas à le faire. A vrai dire, le sentiment est le même que lorsque vous vous retrouvez à jouer à un jeu Dragon Ball avec un personnage pour chaque transformation, là où vous auriez pu vous transformer en plein combat. Ludiquement et en matière de contenu, c'est sympa, mais niveau cohérence et immersion on repassera.

L'autre nouveauté réside dans la présence de combats à quatre. Principalement au centre du mode Tournois Mondial des Ninjas (le mode solo du titre), ces affrontements apportent un peu de nouveauté mais laissent perplexe. Tout d'abord, le fait de devoir récupérer des orbes lâchés par les adversaires nous fait nous interroger sur le principe même de ces joutes. Ensuite, le système de verrouillage des cibles est un peu calamiteux, pas aidé - il faut l'avouer - par les angles de caméra qui ont la bougeotte. Globalement, si l'ajout reste sympathique (en particulier lors des affrontements pas trop corsés), pas sûr qu'il fasse date dans l'histoire de la série.

Il est possible de personnaliser son combattant.

Pour qui ?

Plus qu'être voué à finir dans la ludothèque de n'importe quel fan de Naruto, Ultimate Ninja Storm Revolution se destine plus particulièrement aux adeptes du mode multijoueur de la série. A ce titre, ceux qui n'ont jamais joué à la licence et qui cherchent un bon jeu multi se situant dans l'univers de Naruto peuvent tenter leur chance. En revanche, si vous cherchez un titre fidèle au manga et émouvant, les précédents volets (basés sur un solo solide) feront votre bonheur.

La mise en scène des techniques secrètes est toujours au top.

L'anecdote

Masashi Kishimoto a participé au développement de Ultimate Ninja Storm Revolution. En plus de créer Mecha-Naruto (un personnage exclusif au jeu), il a retouché le design des membres de l'Akatsuki. En effet, si la trame initiale est minimaliste, le titre se concentre parfois sur l'histoire de l'organisation. D'ailleurs, près de 50 minutes d'animation ont été réalisées par le célèbre Studio Pierrot.
Les Plus
  • Un peu d'audace dans les nouveautés de gameplay
  • Une mise en scène toujours aussi spectaculaire
  • Un nombre de personnages incalculable
  • La partie sonore, comme d'hab'
Les Moins
  • Les combats à quatre restent brouillon
  • La technique stagne (il est temps de passer à la next-gen)
  • Le solo