Brothers : A Tale of Two Sons

12 août 2013
Testé par sur
Disponible sur
4

Un conte mélancolique et sans concessions

Sous ses faux airs de promenade de santé, Brothers cache en fait un conte mélancolique et un brin cruel qui ne vous laissera pas indifférent. L'interconnexion des deux héros est parfaitement tangible et votre progression dans les chapitres devient proportionnelle à votre attachement à eux. Appuyé par un gameplay très astucieux et des décors épiques, le jeu se dévore d'une traite, n'oubliant pas d'offrir régulièrement son lot de surprises. Bref, à télécharger les yeux fermés !

Précédé par des titres musclés et finalement sans grandes surprises, Brothers déboule tel un ovni dans le catalogue de Starbreeze. La créativité de Josef Fares, réalisateur suédois d'origine libanaise, y est pour beaucoup. En lui confiant le développement de Brothers, le studio nordique était sans doute loin d'espérer un résultat aussi séduisant.

L'histoire

Pour tenter de sauver leur père malade, deux fils partent à la recherche d'un arbre séculaire au sommet duquel ils espèrent trouver un remède capable de le guérir. Leur périple, semé d'embûches, sera prétexte à les faire grandir et agir en coopération, l'aîné des frères poussant le plus jeune à vaincre ses peurs tandis que ce-dernier usera de sa débrouillardise pour résoudre les énigmes qui ne manqueront pas de se présenter à eux.

Les deux frères ne s'éloignent jamais bien loin l'un de l'autre.

Le principe

Brothers base son gameplay sur la complémentarité. Les sticks de votre manette vous permettent ainsi de contrôler simultanément les deux frères, chacun disposant également d'une touche d'action. Si le résultat apparait déconcertant sur les premières minutes de jeu, notamment à cause d'une caméra avec laquelle il faut apprendre à composer, il se révèle vite très astucieux. L'aîné peut, par exemple, faire la courte échelle au cadet afin d'atteindre des corniches sinon inaccessibles. Mais il s'agit là de l'exemple le plus basique et vous aurez droit à des interactions plus originales. Les deux frères ne se séparent quasiment jamais - sauf cas exceptionnels - et progressent à l'unisson. Le fait d'avoir deux personnages à gérer simultanément donne au gameplay un relief très appréciable et permet des situations plus variées.

Ce voyage offre des rencontres souvent étonnantes.

Pour qui ?

Brothers s'adresse à ceux qui apprécient les jeux simples mais utilisant un gameplay astucieux, varié et qui réserve de jolies surprises au fil de l'aventure. Côté ambiance, les fans de Journey, voire du premier Fable, seront à la fête. D'un certain point de vue, avec sa faune étonnante, Brothers rappelle également l'univers de L'Amerzone cher à Benoit Sokal. Enfin, si vous avez peur d'avoir affaire à un titre trop familial et enfantin, rassurez-vous : Brothers vous réserve quelques torrents de sang ainsi que des rebondissements sans concessions. Mais rien qui ne l'empêche véritablement d'être mis devant tous les yeux malgré une classification PEGI 16+ un peu exagérée.

Les environnements sont variés et pas toujours hospitaliers.

L'anecdote

En parallèle à la quête principale, Starbreeze a intégré au jeu une multitude d'interactions ou d'activités, notamment avec les PNJs. Chaque frère réagira d'ailleurs différemment. Vous pouvez par exemple jouer au basket au détour d'un village, caresser des moutons ou bien encore salir des lapins... Notez que ces interactions font souvent office de succès, alors n'hésitez pas à fouiller les décors pour tous les déverrouiller.
Les Plus
  • La complémentarité des deux frères
  • La qualité des graphismes
  • Le gameplay astucieux
  • La musique et l'ambiance celte proche de l'onirique
  • Les rencontres improbables
  • La poésie générale
Les Moins
  • Un conte finalement assez classique
  • Les personnages parlent en onomatopées