The Last of Us

24 juin 2013
Testé par sur
Disponible sur
4

La poésie s'invite chez Nathan Drake

Précédé par des échos dithyrambiques, The Last of Us avait le profil parfait du blockbuster à abattre. Et pourtant, malgré des premières heures maladroites et un gameplay souvent trop systématique, le charme opère. Le dernier-né de Naughty Dog se révèle ainsi plus astucieux qu'un simple réhabillage à la sauce survival de la série Uncharted. Joel n'est pas un surhomme, Ellie ne deviendra pas non plus une ado invincible. La subtilité de leur relation, la poésie et la mélancolie qui se dégagent de leur périple rend même l'expérience assez unique. A tel point qu'une suite - envisagée - ne ferait probablement que diluer le charme d'origine.

Quand la talentueuse équipe de Naughty Dog planche enfin sur autre chose qu'un nouvel épisode de la série Uncharted, tous les yeux se braquent logiquement sur elle. Avec The Last of Us, le studio auréolé joue gros et ça tombe bien puisqu'il en a les moyens. Si ce nouvel air n'est pas toujours très frais, l'expérience en vaut la chandelle.

L'histoire

Une vingtaine d'années après l'apparition d'un virus mutagène, la civilisation part en vrille. Joel, proche de la cinquantaine, se voit forcé de gérer une ado du nom d'Ellie, probable sauveuse de l'humanité, au cours d'un périple plutôt bien ficelé mais pas que. Après un pré-générique flash-back très réussi, l'histoire s'enlise un peu pour vous permettre d'assimiler les quelques subtilités du gameplay. Deux ou trois heures plus tard (sic !), l'aventure prend une autre dimension. Elle vous balance astucieusement entre poésie et mélancolie, prenant des faux airs de The Walking Dead, The Road ou bien encore I Am Legend (le livre de Richard Matheson, pas le film hollywoodien sans saveurs). L'intérêt de l'intrigue tient avant tout à la relation entre Ellie et Joel, dont les échanges verbaux mais aussi les silences sont d'une subtilité étonnante pour ce genre de production.

La concentration vous permet de répérer les ennemis en étant à couvert

Le principe

Les habitués d'Uncharted ne seront pas dépaysés. The Last of Us se présente donc comme un TPS (Third Person Shooter) avec de l'action, de l'aventure, de l'exploration et de la gestion d'inventaire tout ce qu'il y a de plus évident à l'heure actuelle. Le gameplay est intuitif, souple mais aussi terriblement systématique. Un level design caractéristique des productions Naughty Dog émousse souvent la surprise des gunfights. Ainsi, l'exploration d'un niveau où les éléments du décor permettent des mises à couvert régulières sera obligatoirement suivie, au retour, par une séquence d'action dans ces mêmes lieux. Tant pis pour le suspense. Cela dit, la variété des environnements s’élargit dès que vous aurez quitté la ville de départ proposant même parfois des séquences de gameplay rafraichissantes à défauts d'être inédites, voire inattendues. Mais ne gâchons pas la surprise...

Le personnage qui prend soin de l'autre n'est pas toujours celui que l'on croit

Pour qui ?

The Last of Us s'adresse d'abord aux fans de la série Uncharted, tant les similitudes apparaissent évidentes, aussi bien dans le gameplay qu'au niveau de la progression. Les adaptes du dernier Tomb Raider peuvent également largement y trouver leur compte. Si vous êtes friands de zombies et autres mutants, sachez qu'il ne s'agit pas des ennemis principaux que vous aurez à affronter. Logique car en période d'apocalypse, l'homme se révèle un adversaire bien plus vicieux et redoutable.

L'anecdote

Difficile d'extraire un passage du jeu sans vous gâcher la surprise mais tant pis. Vers les 3/4 de l'aventure, Ellie et Joel se retrouvent face à un troupeau de... girafes. Grâce à une action sur un rebord de toit, vous pouvez caler la caméra sur ce spectacle étonnant - surtout en pleine ville - et admirer le déplacement nonchalant de ces majestueux mammifères jusqu'à ce qu'ils disparaissent à l'horizon. Ce passage contemplatif illustre parfaitement la poésie - mais aussi la mélancolie - que Naughty Dog a souhaité insuffler à The Last of Us.
Les Plus
  • La magnifique bande-son signée Gustavo Santaolalla
  • La relation Ellie / Joel
  • La poésie inattendue de certaines séquences
  • Une progression terriblement efficace
  • L'aspect survie particulièrement travaillé
  • Le choix entre l'infiltration ou le "je fonce dans le tas"
  • Le cri des claqueurs...
Les Moins
  • Des premières heures poussives et sans surprises
  • Un gameplay très systématique
  • Quand même un paquet de survivants humains !