Assassin's Creed III assassine t-il la Wii U ?

11 déc. 2012
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Ubisoft
  • Développeur Ubisoft
  • Sortie initiale 30 novembre 2012
  • Genre Action

Assassin's Creed III montre tout le paradoxe de la Wii U. D'un côté, vous avez affaire à un jeu moins fringant que sur les consoles rivales ; mais d'un autre point de vue, le titre reste sympathique pour quiconque souhaite découvrir la série. Ainsi, si vous faites partie de ces acheteurs étant passés de la Wii à la Wii U, ce jeu peut largement faire l'affaire... A condition d'avoir conscience que celui-ci ne prend aucunement en compte le GamePad.

Au rythme d'un épisode par an, Assassin's Creed est probablement la licence la plus juteuse d'Ubisoft depuis ces cinq dernières années. Pourtant, derrière son concept alléchant mêlant fiction, faits historiques et assassinats, le jeu a toujours été surestimé. Un petit mois après sa sortie sur Xbox 360 et PlayStation 3 (lire le test), Assassin's Creed III arrive sur Wii U. Mais que vaut cette version ?

Les batailles navales sont biens fichues et proposent un gameplay assez fouillé.

Quand on s'attaque à l'histoire

Comme ses prédécesseurs, Assassin's Creed III jouit d'un scénario ambitieux mais pour le moins fumeux. C'est finalement toujours le même problème : en ayant placé la série entre passé et présent, les développeurs se sont encombrés de passages indigestes et ridicules. Néanmoins, l'ambiance reste au rendez-vous, cet épisode se démarquant de ses aînés en plaçant son action à l'aube de la naissance des États-Unis. De ce point de vue, le jeu est même savoureux et reprend judicieusement certains personnages ou faits historiques (la Boston Tea Party, les "sons of liberty", etc.) pour les intégrer à l'histoire. Souvent adulée pour le sentiment de liberté qu'elle procure, la licence a toujours pâtit de mécaniques de jeu particulièrement convenues. Bien qu'Assassin's Creed III sorte des carcans de la série, notamment grâce à la chasse, à des batailles navales et à une meilleure intégration des affrontements, il demeure relativement agaçant. Le jeu n'est pas désagréable à parcourir, non, il donne simplement l'impression d'avoir manqué de finition. C'est finalement l'un des gros soucis de la série : qu'il s'agisse du scénario (bonjour la relation père/fils) ou du game design, le jeu est parfois bourré d'invraisemblance. Voyez, par exemple, cette introduction vous faisant monter le balcon d'un opéra à la vue de tout le monde avant de commettre un assassinat, ou ces gardes bedonnant vous poursuivant sur les toits de la ville tels des ninjas. Encore une fois, cela ne nuit pas à la sensation de liberté procurée par le titre mais plutôt à l'immersion générale. Reste une aventure relativement plaisante à parcourir et quand même mieux fichue que celle des précédents volets.

Le GamePad sert surtout à avoir une carte légèrement plus large. Mouais.

Une version déjà désuète ?

Contrairement à ce que certains prétendent, Assassin's Creed n'a jamais brillé par sa technique. Si en 2007 l'animation d'Altaïr impressionnait, l'impression d'assister à des sempiternels changements de "skins" (Ezio Auditore et maintenant John Connor) agace un peu, tout comme le fait que les gardes paraissent aussi à l'aise que vous lors des poursuites. Encore une fois, la critique s'adresse plus à l'intention fainéante qu'au résultat à proprement parlé. Car finalement, la série avance dans le bon sens... mais en rampant. Il reste quelques relents de paresse, comme cette mission ne faisant avertir des habitants véritablement tous identiques ou cette gestion des collisions toujours aussi catastrophique (la remarque vaut surtout pour les passages à cheval). Graphiquement, le jeu fournit un résultat en dent-de-scie, avec un clipping très prononcé et des bugs plutôt nombreux. Ainsi, la version Wii U semble faire office de vilain petit canard en comparaison de ses consœurs. Pourtant, il reste évident que ceux ne disposant que de la console de Nintendo devraient y trouver leur compte, faute de mieux. Ce qui est dommage, c'est que le jeu ne prend presque pas en compte le GamePad, ce dernier ne permettant que de regarder une carte (certes plus grande) et d'appeler son cheval. Chose assez incompréhensible : contrairement à d'autres jeux Wii U, le basculement de l'écran du téléviseur sur la manette passe uniquement par les options et non par l'écran tactile. C'est d'autant plus regrettable que la résolution du GamePad, plus faible que celle du téléviseur, rend les textures moins agressives à l'œil.
Les Plus
  • Toujours mieux que les précédents
  • Quelques passages franchement réussis
  • Le côté historique assez bien intégré
  • Une durée de vie énorme
Les Moins
  • Le GamePad inutile
  • Techniquement très loin d'être parfait
  • Quelques passages ridicules