WRC 3 navigue habilement entre arcade et simulation

05 nov. 2012
Testé par sur
Disponible sur
4

Malgré ses défauts WRC 3 est un très bon jeu de conduite. Les sensations qu'il procure sont excellentes, que vous soyez du côté "Arcade" ou "simulation". Le nombre de voitures disponibles, leurs évolutions et les classes différentes étoffent le titre à merveille. Non, tout ceci n'est pas à remettre en cause, ni le mode "Hot Seat", maintes fois éprouvé, qui vous permet de jouer à plusieurs à tour de rôle. Alors que penser ? Est-ce la simulation de rallye, ou le jeu de course arcade à posséder ? Effectivement, que vous cherchiez l'un ou l'autre style WRC 3 se révèle intéressant. Parfois ses tracés vous barbent mais vous prenez plaisir à remporter d'autres spéciales pour gagner des évolutions et revenez finir celles que vous aviez abandonné. Donc, même si la concurrence est absente de la scène et qu'il est imparfait, WRC 3 en donne pour votre argent, et c'est bien là l'essentiel.

Bien qu'ayant réalisé de nombreuses simulations de moto (la série des SBK), Milestone revit maintenant une histoire d'amour avec le rallye. En effet, en 1995, leur premier jeu, Screamer, nous passionnait déjà par son apprentissage aisé mais aussi par sa difficulté. Reprise en 2010, la série WRC propose une conduite arcade mêlée à un soupçon bien dosé de simulation. Elle a su ainsi plaire et se faire adopter par bon nombre de joueurs. WRC 3 reste dans cette lignée, mais cette fois avec une réalisation digne de sa licence et dans lequel vous incarnez les pilotes du WRC et conduisez leurs voitures.

Vous disposez de "rewinds" pour effacer vos grosses erreurs.

De solides acquis

C'est donc au travers de 13 rallyes différents et au volant des voitures de type WRC, Super 2000, Group N et de série que vous affrontez les neiges de Suède, glissez sur les parcours de terre du Portugal ou virez à sec sur le goudron Français. D'ailleurs, chacun de ces types de circuits implique une conduite différente, certes comme dans beaucoup de jeux de ce genre, mais WRC 3 en fait clairement son point fort. Les sensations sont très fidèlement reproduites et la réactivité des voitures est immédiate. Du moins cela dépend beaucoup de votre capacité à ne pas trop l'abîmer car lorsque votre véhicule est encore en état tout répond immédiatement : accélérations, freinages, comportement dans les virages se font dans des conditions optimales. Les pannes, très localisées, agissent de façon représentative sur la manière dont il vous faut conduire, pour votre plus grand plaisir : avouez-le, vous aimez composer avec des amortisseurs fatigués ou un parallélisme faussé. Premier faux pas de Milestone : la vue extérieure gâche le plaisir de conduire, vous donnant une savonnette molle à diriger. A contrario, la vue intérieure est littéralement bluffante et se délecte un volant entre les mains. La vue "capot", très immersive, est elle aussi entièrement jouable car toutes les aides d'écran sont configurables à souhait. Le studio évite donc le premier fossé.

Les réglages disponibles séduiront les passionnés.

Reproduction fidèle, manque juste les circuits

Les paysages sont détaillés, les voitures nettes et elles sont très fidèles aux vraies. De plus, votre nom orne la vitre arrière. En vue intérieure, appréciez les détails du tableau de bord ou la main du pilote qui agrippe le frein à main hydraulique. L'énoncé du parcours par le copilote est claire, les sensations de vitesse et l'ambiance sonore ne sont pas en reste. Voici donc tout ce que l'on peut demander à un jeu sous licence officielle. Par contre, le titre ne reprend pas les tracés officiels, pourquoi ? Chaque pays dans lequel vous courez est représenté par un tracé global que vous parcourez une première fois en classe 2. Ensuite, vous le recoupez dans un sens puis en l'autre au fur et à mesure des épreuves. De plus, les créateurs ont abusé des épingles et virages en cascade, ce qui fait que vous ne poussez pas les bolides à fond : c'en est parfois frustrant.

Battez les champions locaux pour vous faire un nom.

Plan de carrière

Quant aux modes de jeu, WRC 3 propose le mode carrière "Road to Glory" qui consiste à traverser sept zones et d'y battre chacun de leurs champions. Le tout en faisant évoluer des voitures 2WD Rookie, 2WD pro, des années 70, 80 (avec les 205T16 et le GT Turb'),90, 2000 avant d'attaquer les classes 3, 2 et WRC. Hélas, la difficulté n'est pas réellement linéaire, les points d'expérience et vos bonnes places qui permettent d'améliorer vos voitures tombent parfois comme sortis d'un jeu de hasard. Il est également possible en dehors de votre carrière de courir une course avec la voiture de votre choix ou encore une spéciale. C'est fort appréciable de pouvoir courir en Alsace en DS3 avec vous-voyez-qui sans avoir à exécuter des dizaines d'heures de jeu auparavant.
Les Plus
  • D'excellentes sensations de conduite
  • Des bruitages, co-pilote y compris, immersifs
  • Beaucoup de terrains de jeu de divers types
  • Les dégâts impactent beaucoup votre voiture
  • Les anciennes voitures sont disponibles !
  • De jolis paysages
Les Moins
  • Le mode "carrière" est confus
  • Trop de chargements, trop longs
  • Les tracés ne sont pas les officiels