Marie-Antoinette - Les Disciples de Loki : qu'on lui coupe la tête !

08 févr. 2012
Testé par sur
Disponible sur
1
  • Éditeur Némopolis
  • Sortie initiale 5 février 2012
  • Genre Aventure

Vous l'aurez compris : il est difficile - pour ne pas dire impossible - de conseiller Marie-Antoinette et Les Disciples de Loki. Si l'univers peut attirer les adeptes du jeu d'aventure, l'interface ainsi que quelques idées particulièrement malvenues (système de recherche, trajets en carrosse, etc.) rendent très vite l'expérience plus chaotique qu'autre chose. Ajoutons le manque de lisibilité de certains puzzles et vous conviendrez que cela fait beaucoup trop de défauts pour un simple point'n click. A éviter, tout simplement.

Le jeu d'aventure façon point'n click est devenu une mine d'or pour quiconque désir sortir un jeu bon marché. Principalement constitués de phases de recherche au sein de plans fixes, ces titres ne demandent pas des moyens faramineux et les éditeurs peuvent donc espérer un retour sur investissement assez rapide. Dès lors, il convient pour le joueur de trouver les petites pépites dans ce volume de sorties tout de même conséquent, mais coupons court au mystère : Marie-Antoinette et Les Disciples de Loki n'en fait pas partie.

Dites bonjour à Mozart.

Refaire le passé avec des "si"

Marie-Antoinette et Les Disciples de Loki nous narre une histoire assez abracadabrantesque. Traitant d'un complot visant la Reine de France et intégrant à cette trame des personnages de son époque (Wolfgang Amadeus Mozart, etc.), le titre pâtit surtout d'une narration aussi molle qu'inintéressante. Ainsi, cette dernière se résume souvent à quelques phrases lorsque vous touchez l'un des rares protagonistes avec votre stylet, ou à des monologues de personnages peu charismatiques afin de vous donner des "indices" pour progresser dans l'aventure. Des indices bien maigres compte tenu du manque de didactique du jeu, les objectifs et autres aides étant plus que vagues. Comptant six chapitres pour seulement quelques heures de jeu, Marie-Antoinette et Les Disciples de Loki n'a pas le temps de voir son histoire décoller, ce qui donne l'impression que le background historique n'est qu'effleuré et non exploité à sa juste valeur. Tout un tas de facteurs handicapants mais pas forcément préjudiciables, surtout en comparaison de la technique et de l'interface quelques peu chaotiques du titre...

Le jeu dispose aussi de phases en carrosses injouables. Quelle idée de n'utiliser que les gâchettes !

Un gameplay sans queue ni... tête !

Car il serait facile de dire qu'un point'n click sur DS ne nécessite pas des graphismes de toute beauté, mais ce serait oublier les impératifs en terme d'interface. De ce fait, bien que Marie-Antoinette et Les Disciples de Loki ne soit pas spécialement beau, nous aurions pu nous accommoder de ce triste constat si cela n'influait pas sur le gameplay à proprement parler. Hélas, pas mal d'énigmes pâtissent d'un manque de lisibilité assez agaçant. C'est le cas par exemple pour ces puzzles à reconstituer à l'aide d'un modèle, celui-ci étant souvent confus en raison de la petite taille de l'écran. C'est d'autant plus embêtant que celles-ci constituent une grande part des énigmes rencontrées. Plus énervant encore : l'interface et les phases de recherche. Même en cherchant bien, difficile de comprendre ce qui s'est passé dans la tête des développeurs lorsqu'ils ont créé l'inventaire. Il est en effet aussi mal expliqué que peu pratique. Pour ce qui est du côté exploration, il s'agit sans doute du point le plus sombre du jeu. Les recherches sont ainsi pour le moins simplistes. Elles consistent principalement à parcourir bêtement l'écran avec le stylet afin que l'indicateur indique un objet à examiner... C'est en tous cas ce que l'on croit à première vue, le jeu ne permettant en général d'explorer que les objets nécessaires à votre progression.
Les Plus
  • L'univers qui aurait pu être sympathique
Les Moins
  • Une interface et un manque de didactique agaçants
  • Des énigmes qui manquent cruellement de lisibilité
  • Des phases dont on se serait bien passé (trajets, etc.)
  • Les musiques redondantes
  • Un système de sauvegarde automatique trop contraignant pour un jeu Nintendo DS
  • Ce n'est quand même pas joli, joli tout ça