Supremacy MMA : beaucoup de tracas, zéros blabla

01 nov. 2011
Testé par sur
Disponible sur
1

Difficile de trouver quelque chose à sauver dans ce Supremacy MMA. Pas spécialement beau, le jeu pâtit surtout d'un gameplay aussi rigide que mal fichu. Certes, quelques modes de jeu sont au rendez-vous mais le nombre de combattants reste trop restreint pour faire véritablement l'éloge du contenu. On a beau chercher, on voit mal comment conseiller Supremacy MMA lorsque l'on sait qu'un nouveau volet de UFC est en préparation et que les jeux estampillés WWE règnent toujours en matière de contenu.

Depuis UFC 2009 Undisputed, les jeu de sports de combat violent ont le vent en poupe. En attendant le troisième volet de la franchise de THQ, 505 Games sort Supremacy MMA, un titre qui a bien du mal à soutenir la comparaison.

Malgré l'apparente violence, le jeu reste terriblement mou.

Retour dans le passé

A l'image d'autres jeux de combat, Supremacy MMA multiplie les disciplines : kick-boxing, karaté, muaithaï, lutte, etc. Premier gros souci : le nombre de combattants, ces derniers étant limités à douze et généralement fictifs. Soulignons quand même la présence de l'increvable Jérôme Le Banner, notre champion français. Ni éclatante ni complètement repoussante, la réalisation peine pour sa part à rattraper un gameplay définitivement daté. Car Supremacy MMA pêche avant tout par son fond et une rigidité peu commune sur les supports actuels. Principalement basé sur des contres et des soumissions, le système de jeu manque de dynamisme et de diversité, au point d'avoir l'impression de faire tout le temps la même chose. A vrai dire, le titre de 505 Games a tout des mauvais titres des "années PlayStation", cette période faste lors de laquelle des jeux de bastons immenses côtoyaient d'autres titres pour le moins honteux. Principal représentant de cet aspect : le système de déplacement imposant de maintenir une touche pour parcourir le ring dans sa profondeur. Original... et illogique ! Et ce n'est pas le système de contres hautement perfectible qui changera quelque chose au résultat final : le jeu demeure tout bonnement un calvaire. C'est d'autant plus dommage que les scénarios impliquant les personnages, très courts, restent convenables. Comme la durée de vie d'ailleurs.
Les Plus
  • Ce n'est pas ultra moche
  • Quelques modes sympathiques
Les Moins
  • Un gameplay ultra rigide
  • Le côté aléatoire des combats
  • Ce n'est pas très beau
  • Peu de combattants