The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS fait perdurer la légende

30 juin 2011
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 17 juin 2011
  • Genres Action, Aventure, Rôle

La refonte tout de même nécessaire d'un jeu mythique, voilà ce qu'est The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS. Si cette mise à niveau est surtout d'ordre esthétique, saluons aussi les différents ajustement de gameplay, principalement en ce qui concerne la gestion de l'interface via l'écran tactile. Bien que les vieux de la vieille, ceux qui ont découvert Ocarina of Time à l'époque et qui l'ont retourner dans tous les sens, ne verront en cette mouture qu'une occasion de plus de se refaire ce chef d’œuvre, d'autres pourront enfin apprécier cette merveille vidéoludique à sa juste valeur. Bénéficiant de la Master Quest et profitant d'un gameplay relativement intemporel, The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS viendra trôner fièrement dans votre ludothèque 3DS au côté d'autres indispensables tels que Dead or Alive : Dimensions.

On connaît tous le refrain : The Legend of Zelda : Ocarina of Time, l'un des meilleurs jeux de tous les temps, l'épisode le plus culte de la série, blablabla... Pourtant, dans un coin reclus, derrière son PC, un jeune rédacteur n'a pas eu le plaisir de goûter à ce prétendu joyau lors de sa sortie, en 1998 sur Nintendo 64. Ainsi, bien qu'il se soit essayé au jeu N64 puis à sa version Master Quest accompagnant The Legend of Zelda : The Wind Waker sur Gamecube, votre serviteur n'a jamais pu apprécier cet épisode à sa juste valeur. Dès lors, l'arrivée d'un remake sur Nintendo 3DS a des allures de dernière chance, celle qui devait permettre à notre jeune testeur de trouver un plaisir que certains ont connu il y a maintenant une petite quinzaine d'années.

Malgré les apparences, l'aventure de Link ne sera pas de tout repos.

Le héros, la belle et le méchant

Un royaume d'Hyrule qui court un grave danger, une princesse en détresse et un héros aussi muet que Bernardo : pas de doute, nous sommes bien dans The Legend of Zelda. Après de longues années d'attentes, le jeune Link se voit enfin attribuer une fée par l'arbre Mojo, gardien de son village de Kokiri. Un choix qui n'est pas anodin puisque notre végétal sait qu'un destin hors du commun attend notre héros vêtu de vert. Ainsi, c'est avant de mourir d'un maléfice lancé par le terrible Ganondorf que le vieil arbre ordonne à Link de partir pour le château d'Hyrule afin de rencontrer la princesse Zelda. Là-bas, la jeune fille somme le garçon de sauver le royaume d'Hyrule d'une bien triste prophétie, basée sur un pouvoir légendaire scellé que Ganondorf chercherait à obtenir. Bien sûr, The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS reprend toute la mythologie Zelda développée au fil des années. Pourtant, il faut avouer que l'aventure reste pour le moins exemplaire en terme de progression, de dynamisme et d'incorporation d'éléments récurrents de la série (personnages, peuples, artefacts, etc.). De même, le cycle jour/nuit ainsi que la gestion du temps via l'ocarina offert en début d'aventure offre au titre une ambiance atypique. Car si la mythologie Zelda est logiquement présente, l'exploitation des thèmes bordés demeure propre à cet épisode.

L'esthétisme du jeu a été bonifié.

Une légende remise aux goûts du jour

Si cette mouture 3DS était tant attendue, c'était surtout pour son aspect technique censé renouveler l'expérience de jeu et faire vendre des consoles par trouzaines. Bien qu'il soit trop tôt pour affirmer que ce dernier objectif soit rempli, on peut néanmoins dire que l'expérience de jeu se retrouve quelque peu bouleversée par la refonte graphique. Vous souvenez-vous de la version Master Quest d'Ocarina of Time ? Vous savez, celle qui accompagnait The Wind Waker et qui était en réalité une version ajustée du jeu sorti en 1998. Eh bien, il faut dire ce qui est : sorti en 2003 et basée sur la rom 64, celle-ci faisait tout de même peine à voir sur le plan technique, ce qui obligeait les joueurs à remettre le jeu dans son contexte pour espérer l'apprécier. C'est d'ailleurs cette nécessité qui, à l'époque, m'a fait arrêter l'aventure. Quoi de plus triste que de ne pouvoir apprécier un jeu à sa juste valeur ? L'éternelle débat du rétrogaming en somme. Tout cela pour dire que The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS replace le jeu dans notre époque avec brio. Fort d'une refonte graphique et esthétique (certains décors ont été revus), le jeu impressionne à plusieurs égards. Tout d'abord, quel plaisir de trouver une version portable d'un épisode de salon, qui se voit même être dépourvue de son brouillard d'antan et qui fait figure de mouture de référence. Par ailleurs, la 3D est tout a fait sympathique puisque sans être réellement utile, elle est peu agressive et fait office de plus appréciable. Du tout bon donc, pour un jeu qui avait besoin d'une petite cure de jouvence sur le plan technique.

On peut scruter les environs ou viser avec le gyroscope de la console.

Des ajustements sympathiques pour un gameplay presque intemporel

Pour ce qui est du gameplay, il est de bon ton de rappeler que c'est de cet épisode que sont nés les jeux Zelda en 3D que nous connaissons aujourd'hui. De ce fait, vous retrouvez le système de combat caractéristiques de ces épisodes. Estoques, coups horizontaux, esquives, bonds vers l'opposant... autant de mouvement connus de tous et désormais synonymes de marque de fabrique, tout comme le système de lock. Diablement bien adaptée à la console, la jouabilité profite également de certaines fonctionnalités propre au support. Ainsi, la gestion de l'inventaire est particulièrement intuitive : tout se gère via l'écran tactile et en quelques touches. Plus surprenant, le gyroscope de la console peut être utilisé pour scruter les environs lorsque vous passez en vue subjective, ou pour viser des ennemis lorsque vous utilisez des armes de jet adéquates (lance-pierre, arc, boomrang, etc.). Si les angles de caméras restent parfois capricieux, à l'instar du système de lock lui aussi perfectible, les mécaniques de jeu n'ont finalement pas subi le poids des années. Pire : même en 2011, on se rend compte que ce jeu était véritablement en avance sur son temps. La marque des plus grands diront certains. Et ils auront probablement raison.

Comme toujours dans la série, les différentes énigmes sont particulièrement agréables à résoudre.

Un équilibre et une progression encore aujourd'hui exemplaires

Si le gameplay n'a que très peu vieilli, il en va de même pour la progression et la difficulté, qui restent des modèles du genre. Jamais linéaire, le jeu profite d'un level design et d'un game design exemplaires, en témoigne les énigmes toutes plus ingénieuses les unes que les autres, ainsi qu'un souci du détail hors du commun. En fait, il se dégage de tout cela une sensation de liberté et de dépaysement devenue trop rare de nos jours. Le seul petit couac concerne éventuellement la gestion des sauvegardes. Une fois notre partie sauvegardée, le jeu vous ramène généralement au début du donjon. On aurait aimé, par exemple, avoir des checkpoints plus fréquents, notamment pour ce qui est des extérieurs et des villages. L'unique solution est de laisser la console en veille lors des parties. C'est toujours ça de pris, mais quand on connaît l'autonomie de la portable de Nintendo, on aurait apprécié que le système de sauvegarde soit mieux adapté au support. Quoiqu'il en soit, ce n'est pas moins d'une cinquantaine d'heures de jeu qui vous seront nécessaires pour finir l'aventure. The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3DS est donc un jeu qui se savoure sur la longueur. Tant mieux, surtout compte tenu de la qualité relative des titres actuellement disponibles sur ce support. A noter que le jeu contient également la version Master Quest et qu'un mode permettant d'affronter les boss est présent. Autant dire qu'il y a de quoi patienter d'ici les prochaines grosses sorties de la console.
Les Plus
  • Une refonte graphique qui donne un vrai coup de jeune
  • Une ergonomie au poil
  • Un gameplay qui n'a pas pris une ride
  • L'intelligence du level design et du game design
  • Probablement l'opus le plus symbolique de la nana
  • La 3D franchement sympathique
  • Zelda en 3D et dans la poche
  • Des musiques mortelles
  • Logiquement la meilleure version du jeu à ce jour
Les Moins
  • Quelques ajouts supplémentaires auraient été les bienvenus
  • Un système de lock et des caméras un peux capricieux
  • La gestion des sauvegardes, pas forcément adaptée au support
  • Honnêtement, même les allergiques auront du mal à lui résister, donc on ne voit pas