Mario vs Donkey Kong : Grosse Pagaille à Mini-Land

18 févr. 2011
Testé par sur
3
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 4 février 2011
  • Genres Action, Plateformes

La cérémonie d'ouverture du nouveau parc d'attraction de Mario se fait en grandes pompes et tout le gratin des personnages de Nintendo y est présent. Seulement, à la vue de la belle princesse Pauline, Donkey ne se tient plus : la prenant par dessus son épaule, il l'enlève ! Ça en devient une habitude pour elle. Armé de ses minis, Mario se lance à sa poursuite. Savait-il avant d'entreprendre cette aventure qu'elle serait longue et intéressante ? Lui, peut être pas, mais vous, oui.

N'oubliez pas les bonus, ils sont essentiels, bien qu'ils compliquent votre parcours.

Les marionnettes ne sont pas bonnes pour les nerfs

Nulle question de repompe d'un ancien jeu de plate-forme voire pire, d'un titre tiré d'une borne d'arcade ou encore d'une Game&Watch : Mario vs Donkey Kong : Pagaille à Mini-Land offre quelque chose de nouveau, sans être novateur. En effet, comme dans Mario vs Donkey Kong 2, vous devez guider vos minis à travers huit mondes de neuf tableaux, dont la difficulté pour un adulte se fait sentir à partir du cinquième. Il faut compter aussi avec le connu mode "construction" où vous pouvez exprimer votre créativité. Il y a également des niveaux "experts", ainsi que des tableaux cachés qui exploitent merveilleusement ce gameplay connu, voire tiré des fabuleux Lemmings. Alors, en quoi peut il être novateur ? Simplement dans sa façon de jouer, au stylet bien sûr, mais aussi dans la conception de ses niveaux. Après avoir pris le temps d'examiner votre parcours, vous mettez en marche les minis. Ces minis-Mario mécaniques ne s'arrêtent plus d'avancer lorsque vous en touchez un (une pause est néanmoins disponible mais elle ne vous sauvera pas). Alors, dans le stress le plus total, vous placez sous leurs pieds des poutrelles et trampolines pour les guider vers la sortie. Attention : une fois le premier passé les suivants doivent sortir dans un très court laps de temps. La pression, omniprésente, monte crescendo.

Une fois votre parcours en tête, lancez-vous et n'oubliez rien car tout s'enchaîne rapidement.

Hâtez vous avec lenteur ...

Chaque monde met l'accent sur un outil en particulier. Une fois passée l'épreuve des poutrelles, bien sûr présentes en nombre limité, qu'il faut dessiner au stylet, vous devez jongler avec les tuyaux, les trampolines, les tapis roulants et, bien sûr, les bonus à attraper de manière synchronisée. Une erreur et c'est l'échec assuré ! Bien que les premiers niveaux fassent office de tutoriel vous avez à disposition un challenge à la hauteur de vos espoirs. Le contenu, riche, vous confronte progressivement à sa difficulté : c'est un point très important car vu le dernier monde, il aurait été dommage de devoir passer un niveau de cet acabit plus tôt dans l'aventure. D'autre part, les plus petits (7ans et +) trouvent les bons enchaînements à force de répétitions et, finalement, traversent les niveaux. Pour finir, le combat final avec Donkey, qui se déroule sur plusieurs tableaux, est un monument à lui tout seul d'où vous revenez avec un souvenir de réflexion approfondie... et épuisé ! C'est un signe qui ne trompe pas.
Les Plus
  • Contenu riche
  • Progression en douceur
  • L'univers de Mario se prête, au final, très bien à l'exercice
Les Moins
  • Graphismes rappelant trop l'épisode précédent
  • Durée de vie moyenne
Résultat

Mario vs Donkey Kong 2 vous en donne pour votre argent, et c'est bien là l'essentiel. Attendez-vous à des graphismes colorés, une bande son agréable et un contenu riche et intéressant en l'achetant. Bien entendu, ce jeu ne s'adresse qu'à des joueurs aimant se triturer les neurones, ceux-là sont servis ! Il est toutefois à regretter que l'écran du haut ne servent pas énormément. Il remplit tout de même sa fonction première en vous permettant de visualiser la carte du niveau. Les environnements rappellent trop l'épisode précédent, certes, mais la série prend une orientation "réflexion pure", il y a donc fort à parier que vous ne les remarquerez pas, ou peu. Au final d'une suite, nous trouvons un volet intéressant, ne calquant pas trop son aîné mais qui en tire les bonnes ficelles et les améliorent. La note maximale n'est pas atteinte à cause d'une durée de vie pouvant se réduire à quelques jours pour un joueur acharné.