Blokus, l'adaptation sympathique

28 janv. 2011
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Gameloft
  • Développeur Gameloft
  • Sortie initiale Décembre 2010
  • Genre Inclassable

Que dire si ce n'est que Blokus semble remplir son contrat. Pour moins de cinq euros, cette mouture vidéoludique se révèle être une bonne adaptation du jeu de société éponyme. Ainsi, ce jeu au principe accrocheur bénéficie de tous les avantages inhérents à ce type de portages : simplicité, interface lisible, mode en ligne, etc. Dommage que le système de personnalisation soit si limité et que les musiques soient si redondantes. Un jeu familiale sympathique.

Avant d'être un jeu vidéo, Blokus est un jeu de société dont la première édition est sortie en 2000. L'idée d'adapter un tel concept n'est pas anodine étant donné que Blokus a reçu de nombreuses récompenses au fil des années. Mais les gars de Gameloft ont t-ils fait un bon coup en adaptant cette licence comme ils l'avaient fait autrefois avec UNO ? Réponse.

Derrière son côté austère, Blokus est un jeu plutôt accrocheur.

Un concept qui a fait ses preuves

Comme tout bon jeu de société, Blokus part d'un concept assez simple : chaque joueur doit écouler le maximum de pièces dont il dispose. Pour se faire, ils doivent les placer sur un plateau en joignant ces morceaux de briques (rappelant ceux de Tetris) uniquement par les coins. La difficulté vient du fait qu'un unique plateau est disponible pour tous les participants, nous obligeant à tout faire pour bloquer la progression adverse (d'où le titre du jeu). Derrière son côté chiant, Blokus se trouve être un jeu de stratégie assez basique mais tout à fait intéressant et on ne tarde d'ailleurs pas à remarquer que le succès du jeu de société est totalement justifié. Dès le début de la partie, vous vous rendez compte que des stratégies logiques favoriseront plus ou moins votre victoire. Ainsi, pas la peine de jouer la gagne sans essayer d'atteindre le centre du plateau en premier. Passée cette étape, vous pouvez considérer que la guerre est déclarée et que le reste dépendra de votre "talent". Cette guerre débute logiquement lorsque vous décidez de changer de direction et empiétez obligatoirement sur un territoire adverse, du moins si vous jouez à quatre. Les blocs (tours lors desquels vous bloquez les pièces adverses et donc leur progression) se succèdent alors rapidement jusqu'à la fin de la partie, lorsque tous les joueurs se retrouvent bloqués. Les points sont évidemment comptabilisés en fonction des briques disposées sur le plateau. A notez que finir par le carré unique accorde un bonus conséquent. Logique lorsque l'on sait que celui-ci peut être salvateur en permettant de libérer de l'espace dans les lignes ennemies. Comptez une dizaine de minutes pour terminer une partie une fois le concept du jeu assimilé. Un chiffre tout de même à relativiser en fonction du nombre de joueur (allant de 2 à 4). Enfin, pour en finir avec le principe du jeu, il est également possible de jouer en équipe.

Sans être exécrable, la maniabilité au PlayStation Move n'a que peu d'intérêt.

Sans surprise mais efficace

Pour ce qui est du gameplay, Blokus n'invente rien. Ainsi, vous déplaçez et tournez les pièces en toute simplicité à l'aide de la croix directionnelle et des gâchettes. Une option PlayStation Move est également disponible mais complètement anecdotique tant la navigation à la manette s'avère plus simple. Bien sûr, cette mouture vidéoludique apporte ce qu'on est en droit d'attendre en terme d'accessibilité et d'options. Le titre de Gameloft vous permet par exemple de mettre un chrono de vingt à trente secondes servant à définir le temps d'un tour ou de griser les pièces impossible à placer. Un mode daltonien intégrant des symboles est même présent. Des options pouvant paraître anodines mais qui permettent de régler le challenge à votre convenance et surtout d'échapper à l'ennui. En sus de cela, on retrouve logiquement du multijoueur, aussi bien en local qu'en ligne. Pas de surprise, mais un mode qui vous tiendra toujours plus en haleine que le mode Tournoi synonyme de solo et qui se révèle forcément sans grand intérêt et ennuyeux compte tenu du principe même du titre. Finalement, nos principaux regrets vont surtout vers l'emballage assez austère. Les musiques, par exemple, sont dignes des mauvaises productions SEGA (c'est dire). Idem pour la personnalisation plus que limitée de votre avatar, à tel point que certaines personnes ne pourront pas se représenter convenablement dans le jeu. Pour le coup, on déplore quand même que le jeu ne soit pas sorti sur le XLA.
Les Plus
  • Le concept
  • Le prix
  • La simplicité
  • L'aspect convivial
Les Moins
  • Les musiques
  • La personnalisation limitée