Blur : la nouvelle oasis des jeux automobiles ?

13 juil. 2010
Testé par sur
Disponible sur
3

Le mélange des genres et le plagiat mariokartesque avait de quoi laisser dubitatif, surtout qu'un certain PGR 5 aurait dû voir le jour. Mais heureusement, le résultat final est de bonne facture. Facile à prendre en mains, doté d'un mode un joueur costaud et d'un challenge multi-joueurs gigantesque, Blur a de quoi séduire plus d'un amateur de jeux-vidéo de course arcade. Un moteur graphique retravaillé et la présence d'une météo pourraient enrichir une formule certes peu originale mais grandement efficace.

Blur est le nouveau bébé de Bizarre Creations, un studio avant tout réputé pour l'excellence de sa saga Project Gotham Racing (PGR). Après le grandiose Project Gotham Racing 4 sortit en 2007, les fans étaient en droit d'attendre un cinquième épisode améliorant une recette déjà extrêmement riche. C'était sans compter sur le rachat du studio par le géant Activision. Sachant qu'avec les sorties de Split/Second Velocity et ModNation Racers les jeux de courses se sont succédés ces dernières semaines, Blur peut-il tout de même trouver son public ?

Trois éclairs bleus ont été lancés ; ils s'adressent au chauffeur en tête de course.

'Mario Car'

Pas besoin de chercher midi à quatorze heures, Blur s'impose purement et simplement comme un Mario Kart à l'habillage moins enfantin. La publicité visible sur le site officiel va d'ailleurs dans ce sens. Exit Toad et sa bande, les courses arc en ciel... Bienvenue dans l'enfer du bitume que vous allez devoir domptez à bord de Nissan, Audi, Ford et autres BMW. Pour cela, rien ne vaut de bonnes armes. Finir en tête sera d'ailleurs bien difficile si vous utilisez mal les divers objets à votre disposition. Nitro (champignon), surcharge, éclair (carapace bleue), impact, mine (carapace verte), orbe, bouclier (invincibilité) et réparation : tels seront vos armes pour mener à bien vos escapades citadines. Empruntant à Mario Kart et WipEout sur le plan de l'armement, le soft de Bizarre Creations joue donc la carte de l'efficacité à défaut de faire dans l'original. Un détail change néanmoins la donne : la possibilité de stocker jusqu'à trois bonus simultanément et de jongler avec celui le plus adéquat à la situation donnée. Ainsi, les courses demeurent plus tactiques qu'il n'y paraît. Savoir garder le bon item pour la bonne occasion peut vite faire toute la différence. Ajoutez à cela que la plupart des armes peuvent être lancées vers l'avant, l'arrière ou bien laissées sur place, et vous obtenez un nombre honorable de possibilités offensives. L'aspect tactique des courses dépend aussi du fait que vous connaissez à l'avance l'arme que vous allez prendre contrairement au titre phare de Nintendo. Ainsi, vous privilégiez l'objet qui correspond le mieux au déroulement de la course.

Vous venez de réussir une série de portails, de quoi remplir le quota de fans à coup sûr.

Des sensations pures

Blur n'est pas sans rappeler Pure au niveau de l'organisation du mode Carrière. Bien pensé, ce dernier est le cœur du mode solo. A travers neuf championnats, vous devez réaliser des épreuves diverses : finir premier en Course, anéantir le plus de véhicules possibles en Élimination, allez le plus vite possible en Checkpoint... Autant d'évènements qui vous permettent de remplir le quota de fans demandé à chaque fois. Cet équivalent des points Kudos de PGR est la condition nécessaire pour débloquer de nouvelles voitures ; sachant qu'il y en a 55 en tout. Le mode un joueur s'avère prenant grâce aux défis demandés lors de chaque championnat. Pour chacun d'entre eux, vous devez réaliser plusieurs objectifs avant d'avoir la chance d'affronter le Boss du lieu en question grosso modo. Les objectifs en question sont d'ailleurs plus durs à atteindre que la victoire face au Boss en question. Quoi qu'il en soit, après avoir humilié ce dernier sur plusieurs kilomètres d'asphalte, vous récupérez sa capacité spéciale. Tel Megaman, votre nouveau pouvoir (avoir un Boost supplémentaire tous les 500 fans, tirer quatre décharges au lieu de trois...) peut être employé à bon escient face au caïd de la voiture vous attendant dans l'évènement suivant.

Le multi à 4 en local est plaisant, mais rien ne vaut celui en ligne à 10 environ.

Un certain flou artistique ?

Visuellement parlant, les développeurs de Liverpool ont plutôt fait du bon boulot. La modélisation des véhicules demeure réussie. Les effets lumineux, somptueux, donnent un petit cachet futuriste vraiment agréable. Dommage cependant que les textures et la représentation des décors soient clairement en dessous de ceux d'un Project Gotham Racing 4 pour ne citer que lui. Les menus, en revanche, sont chouettes à regarder et agréables à parcourir. Une annonce façon série télé (Previously on Blur) permet même de faire le point sur votre progression à chaque fois que vous lancez une partie. Classe. La marge de progression est d'ailleurs pour le moins conséquente, tout comme la durée de vie. Si le mode solo se boucle en une bonne quinzaine d'heures, le mode multi promet lui au moins le triple si vous souhaitez vraiment tout débloquer. Le local n'a pas été oublié et la guerre en écran spitté jusqu'à quatre est possible. L'aspect communautaire est quant à lui bien mis en avant. Jusqu'à vingt joueurs peuvent batailler en ligne, l'idéal étant autour d'une dizaine de participants ; au-delà les courses sont moins intéressantes qu'anarchiques. Le titre jouit même de fonctionnalités twitter et facebook afin de tenir au courant vos amis de votre progression dans le jeu. Un gadget sympathique qui permet de lancer des défis à vos proches et de partager vos photos prises en conduisant. Par ailleurs, on notera la présence de la gestion des dégâts sur les bolides. Même si ceux-ci sont un peu sommaires, ils rajoutent un certain réalisme à l'ensemble. Il ne manque plus qu'une météo évolutive pour pimenter la conduite et varier encore davantage l'expérience de jeu. Enfin, la bande son est loin d'être exceptionnelle mais heureusement la musique de votre disque dur est lisible pendant vos parties ; ce qui n'est pas encore le cas de tous les jeux sur PS3.
Les Plus
  • l'efficacité du gameplay
  • le mode solo prenant
  • l'énorme mode multi-joueurs
  • la fluidité et le dynamisme de l'ensemble
  • la lisibilité des menus
  • les fonctionnalités communautaires
Les Moins
  • les musiques passe-partout
  • l'absence de météo
  • les textures, perfectibles