King's Bounty: Armoured Princess comme nouvelle référence au service addictologie

17 mai 2010
Testé par sur
Disponible sur
3

Le scénario de King's Bounty : Armored Princess est obsolète, et n'apporte pas grand chose. C'est le seul reproche majeur à faire à ce titre. Bon jeu de stratégie en tour par tour, aux mécaniques solides et très prenantes, l'univers coloré, la musique envoûtante (malgré une peu de répétitivité parfois dans les thèmes) contribuent à faire de ce jeu une expérience très agréable. Parfois l'aspect répétitif peut s'avérer rebutant, mais King's Bounty : Armored Princess fait partie de ces jeux qui vous démangent juste après l'avoir laissé. De plus, le jeu combine à la fois une simplicité d'accès et richesse stratégique, par une mécanique bien pensée et reposant sur peu d'éléments dans son système de base, mais qui ouvre la porte a de nombreuses approches et possibilités tactiques en combinant les possibilités de chaque types de troupes. Ces dernières sont nombreuses, variées, tout comme les items, compétences, objets, et quêtes à résoudre. Vous pouvez y jouer immodérément!

King's Bounty : Armored Princess fait écho à son prédécesseur King's Bounty : The Legend auquel l'histoire est censée s'ajouter. Vu comme un add-on par certain, King's Bounty : Armored Princess est pourtant un titre à part entière dans la catégorie des jeux de stratégie au tour par tour. Pour y croire, attendez de voir sa réalisation "aux petits oignons" et surtout son gameplay plus qu'addictif.

Amélie devra bien choisir son familier dargon car tous ont des compétences de départ différentes

A la recherche de Bill Gilbert

La princesse Amélie est bien embêtée. Son royaume est menacé par un puissant démon qui va tout casser, et ses compatriotes sont trop faibles pour y faire face. Heureusement, un sorcier a utilisé un sablier magique qui bloque l'attaque des démons et stoppant le temps, il lui ouvre une brèche dimensionnelle. Son objectif ? pénétrer dans un monde nouveau et inconnu à la recherche de renforts et de Bill Gilbert : le héros légendaire qui terrassa le démon autrefois. Une fois arrivé dans l'autre monde, Amélie est accueillie comme une envoyée divine, voire un ange, et reçoit du roi local un précieux présent : un familier dragon tout mignon et essentiel pour vos combats à venir. A l'aide de son nouveau compagnon, la princesse devra explorer ce nouveau monde fait essentiellement de petites îles, à la sauce pirate des caraïbes. Bon autant le dire, le scénario n'est qu'un prétexte pour le jeu qui suit car l'histoire passe très vite au plan secondaire. Et ce même si retrouver un cowboy texan à Stetson et lunettes noires en train de chanter "On va s'aimer" augurait du meilleur (J'imaginais Bill Gilbert comme ça, désolé). Non, le jeu mise plus sur ses mécaniques addictives que sur sa trame pour vous scotcher devant l'écran. Vous ne jouez la princesse Amélie que comme un personnage sur une carte. En réalité, ce sont ses hommes que vous jouez, car la princesse, dans son périple, va pouvoir recruter tout et n'importe qui pour explorer les îles et vaincre les monstres et psychopathes qui les habitent. Entre les phases d'exploration pures et les quêtes données par les habitants des villages et châteaux locaux, King's Bounty : Armored Princess vous propose des dizaines d'heures de jeu.

Un monde scandinave enneigé... Les ambiance sont très différentes d'une île à l'autre!

Héroes of Mighty armoured Princess

Le point fort du titre réside surtout dans sa mécanique de jeu. Votre princesse devra choisir entre trois classes principales: guerrière, mage ou paladin. La guerrière augmente la force d'Amélie (ce qui en réalité augmente la force de ses troupes), mais aussi sa capacité de recrutement et de rage. J'explique : lors d'une bataille, chaque coup donné ou reçu augmente un barre de rage qui vous permet de faire attaquer votre familier dragon avec ses différentes capacités (pondre un œuf contenant un animal qui vous aide, construire un mur, envoyer un arc de foudre). Ces capacités deviennent vite capitales pour les victoires de la princesse et la jauge baisse quand vous explorez la carte, mais lentement. Enchainer les combats vous permet donc de disposer de votre familier plus rapidement. Par contre la princesse peut aussi jeter des sorts (sa seule intervention en bataille) qui coûte de la mana, qui au contraire, se recharge lorsqu'elle ne se bat pas. Donc suivant votre classe, a vous de voir si vous enchainez les combats, ou au contraire, faite des pauses. le Paladin offre une classe entre les deux. Dans chaque ville, Amélie peut recruter des types de troupes très variées pour se battre pour elle, allant de l'ours ou du serpent ou chevalier noir au zombie, chacun ayant des capacités différentes. Cela encourage à essayer tout type de troupe, pour voir ce que chacun apporte, et les possibilités sont très vaste! La capacité d'armée d'Amélie dépend de sa valeur de Commandement, la caractéristique la plus importante, qui augmente avec son niveau, et en ramassant des objets sur les cartes et dans les donjons. De plus, la princesse elle-même peut être équipée (ainsi que des adjuvants glanés au cours de quêtes), augmentant la force de son armée, elle peut agrandir son grimoire magique, ou encore dépenser des points dans un arbre de talents lui permettant d'acquérir des compétences spéciales dans une branche concernée (arme - magie - esprit). Tout ceci concours à donner beaucoup de possibilité tactique dans l'évolution de la princesse et de son armée. (c'est sans compter sur le familier dragon qui lui aussi monte en niveau et acquiert de nouvelles compétences que vous devrez choisir). Très complet et complexe, le jeu n'est pas sans rappeler par bien des aspects Heroes of Might & Magic, à une différence majeure prêt: il n'y a pas de gestion de production des troupes, et par extension, les troupes recrutables sont limitées. Si une ville possède 50 barbares, une fois qu'ils seront morts, ils seront morts. Cette évolution en monde fini change pas mal la donne, et surtout les stratégies, car il s'agira la plupart du temps de vaincre l'adversaire en sauvegardant vos troupes au maximum. Pas de techniques "je rentre dans le lard et je réfléchis après", car ce sera vite la pagaille pour trouver qui que ce soit pour remplir votre armée. Ceci donne du piquant à toutes les batailles, même les plus petites.
 

Comme une coupure sur la lèvre

Dans l'ensemble,King's Bounty : Armored Princess peut rapidement devenir répétitif. Les combat s'enchaînent, toujours des petites îles à explorer, de nouvelles troupes à recruter. Après 2 ou 3 combats, on laisse le jeu de coté, mais quelque chose de vicieux arrive alors. Au bout de quelques minutes ou quelques heures, une envie irrépressible de continuer l'aventure frappe. Et c'est reparti pour 2-3 batailles, et ainsi de suite jusqu'à ce que mort s'ensuive. Ce jeu peut réveiller chez les amateurs de stratégie une espèce d'addiction, un petit gout de "reviens-y", qui une fois dans la bouche a du mal à partir. C'est toute la force du jeu. Ces mécanismes stratégiques, à la fois simple dans l'utilisation et les règles de bases, complexes grâce à toutes les troupes, magies et compétences disponibles, rendent les combats toujours intéressants. Et c'est finalement là tout le but du jeu : donner envie de livrer des combats stratégiques qui offrent toujours de petites variations au gré des troupes utilisées et des ennemis affrontés. Ajoutez à cela une réalisation réussie, et vous un avez un très bon jeu dans les mains. Les graphismes sont travaillés, même si parfois la modélisation n'est pas des plus fines, le style graphique 'cartoonesque' est parfaitement adapté, et le design compense largement. Vous notez d'ailleurs une touche 'mimi-gnone' qui laisse penser que le jeu cherche à ouvrir un plus large public que les habituels fan de tour par tour. Un coté 'kawaï' qui plaira a votre copine qui trippera juste a regarder les animations, variées et réussies, de votre familier dragon, qui fait des bêtises pendant le combat: il dort, se sert d'un escargot comme oreiller ou chasse une libellule. Des détails me direz-vous, mais c'est au petits détails que se voit l'attention portée à un jeu, et King's Bounty : Armored Princess à visiblement été bien travaillé.
Les Plus
  • Une ambiance graphique mignonne et bien finie
  • Une mécanique de jeu bien rodée en univers fini
  • le familier dragon!
  • Les thèmes musicaux réussis ...
Les Moins
  • ... malgré le fait qu'ils tournent un peu en boucle
  • Un scénario sans importance