Opoona, un ranger au grand cœur

15 nov. 2008
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Koei
  • Développeur ArtePiazza
  • Sortie initiale 2 octobre 2008
  • Genre Rôle

Prolongeant intelligemment le travail commencé avec Innocent Life, Opoona est un jeu courageux, abordant des thèmes génériques au jeu de rôle japonais comme l’entraide, les déesses élémentaires à sauver et, finalement, le parcours initiatique d’un héros en devenir. L’originalité vient de sa capacité à aborder des thèmes encore inédits dans le jeu vidéo et jusque-là réservés à la littérature : un monde futuriste où la bureaucratie est omniprésente. Pourtant, pas de jugement moral ici. Si la nature est une conquête pour l’humain, pour peu qu’il veuille gravir les grades, il se fera une place importante dans la société. Le jeu reste pourtant difficile à conseiller : si les graphismes et la maniabilité le destine à un public jeune, le fond et les nombreuses tâches à accomplir demandent une certaine maturité pour être admises. Comme de nombreuses productions japonaises, Opoona se joue peut-être en compagnie de son papa ou de sa maman, loin de nos habitudes occidentales.

Opoona se présente comme une bouffée d’air frais. D’abord pour vous, puisque voici enfin le premier vrai jeu de rôle pour la console de Nintendo. Ensuite pour l’éditeur ArtePiazza, qui s’accorde une escapade bien méritée, après le reconditionnement à plein temps de la saga Dragon Quest sur DS. Deuxième expérience après le fabuleux Innocent Life chez Marvelous, Opoona continue le travail chez Koei. Obsession pour l’écologie, pour les univers futuristes et une manière de repenser les mécaniques d’un genre.

Malgré le nombre d'ennemis les combats ne durent jamais plus d'une minute.

L’insouciance n’a qu’un temps

Issu de la planète Tizia, le jeune Opoona part pour des vacances de rêve avec sa famille. Durant le voyage, le vaisseau familial fait état d’un problème grave, jusqu’à ce qu’il s’écrase sur la très administrative planète Landroll. Sur celle-ci, Opoona est pris en charge et il n’a d’autre alternative que de devenir un citoyen. Gravir les échelons sociaux est la condition première pour accéder à la vérité sur son accident. Issu d’un peuple réputé pour leurs fabuleux talents au combat, Opoona le Tizien devient un Ranger de Landroll. Les Rangers sont la plus vieille autorité administrative, chargée d’exterminer les fripouilles et de protéger la population.

La tendresse d'un univers bucolique.

Un futur aux valeurs d’occupations

Landroll est gouverné par les Sages. Société de caste où chaque habitant tient une place désignée par un grade, important puisqu’il détermine votre capacité à accéder à l’intégralité des pièces d’un drôme et de pouvoir vous déplacer entre ces derniers. Dans Opoona, le voyage a une valeur formatrice. Chaque drôme est l’occasion de nouveaux apprentissages : politiques, artistiques et sociaux. Les grades se gagnent par l’accomplissement réussi d'une mission ou de tâches d’entraide. Ces tâches (majordome, fermier, chasseurs de belettes entre autres...) ne sont pas seulement de purs passe-temps que vous auvez à loisir d’effectuer entre deux missions mais elles se présentent aussi comme des incontournables, inscrites dans la progression du scénario. Ces tâches s’inscrivent dans une tradition japonaise du jeu vidéo, celle qui puise ses origines dans la famille et les valeurs qui lui appartiennent : l'entraide, le dialogue, la sécurité. Animal Crossing en est son plus beau représentant. Une communauté qu’il vous faut satisfaire en leur rendant des services, passant d’abord par de longues phases de dialogues. Vous devez dialoguer avec tous les PNJ, vous défaire de vos mauvaises habitudes en réalisant que de répondre "non" à un dialogue ne conduit pas toujours à une fin de conversation mais même vers d’autres rencontres. Ces missions se révèlent fastidieuses, longues et pas véritablement intéressantes à réaliser, imposant un rythme de jeu par étapes qui peut vous être frustrant et décourageant. L’autre versant du jeu est votre place de Ranger pour obtenir les brevets.

Rassurez-vous : le jeu est bien en français.

Ranger de Landroll, une tâche à mi-temps

A l’extérieur des drômes, voici la belle et majestueuse nature. Trop dangereuse pour les citoyens, accessible aux seuls Rangers qui partent en missions. Des œuvres d’art et des abris d’artistes en piteux état s’y trouvent comme dans Innocent Life. Imaginez alors une nature par le passé habitée par l’Homme et aujourd’hui désertée. Chaque drôme possède son propre milieu naturel, pris d’assaut par les fripouilles attirées par les forces obscures et emprisonnant les éléments qu’il vous devez libérer. Les fripouilles sont des créatures maléfiques qui cherchent à dominer l'univers. Opoona se bat avec sa "boule d’énergie" qu’il lance sur les ennemis. La maniabilité simplifiée au maximum vous demande simplement d’incliner le stick du Nunchuk dans la direction voulue, cela a une influence sur l’effet donné à la boule répondant aux points faibles des ennemis. Par contre, chose curieuse, la défense n’existe pas dans le jeu, vous pouvez évidemment lancer la boule u moment opportun pour contre-attaquer, mais faute de vraie défense, vous tempêtez contre des ennemis qui vous attaqueront au même temps sans que vous ne puissiez faire quoi que ce soit. Opoona possède des coups spéciaux efficaces et une grande quantité d’objets qui ne servent à rien puisque les combats sont d’une très grande facilité. Ce système de jeu est réservé à un public novice, qu’une jouabilité trop complexe n’embarrassera pas.
Les Plus
  • Un univers riche et profond
  • Une bonne durée de vie
  • La jouabilité très intéressante
  • Beaucoup d'endroits qui se découvrent selon votre grade
Les Moins
  • Des graphismes très moyens
  • Les jobs longs et fastidieux
  • L'impossibilité ridicule de se défendre