Sherlock contre Lupin malin

04 janv. 2008
Testé par sur
Disponible sur
2

Voici un bon jeu d’aventure qui malgré sa difficulté n’est pas réservé à un public élitiste. Fort de contraste (beaucoup de lieux vides, des personnages qui n’ont rien à dire) ses défauts en rebuteront plus d’un qui ne cherchent pas à se faire chauffer la matière grise. Car dans ce domaine, il y a de quoi faire. Il est toutefois regrettable de se voir – souvent – bloqué car vous n’avez pas examiné totalement un indice. En effet, Sherlock a quelques fois du mal à saisir où vous voulez en venir et c'est bien dommage. Au final, Sherlock Holmes contre Arsène Lupin est un jeu d’aventure qui ne peut que combler les amateurs d’enquêtes retorses. Certes, la liste des défauts ou des améliorations souhaitables est longue mais la qualité intrinsèque des énigmes suffit à en faire un bon jeu. Reste ce problème d’atmosphère qui n’arrive pas à emporter le joueur. Il en rebutera bon nombre qui risquent alors de passer à côté d’énigmes de qualité.

Dernier volet des aventures de Sherlock Holmes au pays du jeu vidéo, Sherlock Holmes contre Arsène Lupin vous permet de vivre le match au sommet opposant le plus élémentaire des détectives au plus audacieux des voleurs. Pugnacité et force de déduction vous sont nécessaires pour mener à bien cette aventure digne des meilleurs romans policiers. Un conseil : ouvrez grand l’œil et ne négligez aucun détail.

Un jeu qui annonce la couleur

Défié sur ses terres

L’histoire commence au domicile même de Sherlock Holmes, à Baker Street. Vous incarnez pour le moment ce cher Docteur Watson. Votre estimé Sherlock devient fou de rage à la suite de la lecture d’une lettre. En effet, parmi la correspondance habituelle se trouve celle d’un admirateur qui sort de l'ordinaire. Celle-ci, au ton arrogant, contient un message de défi de la part d’un français de grande renommée : Arsène Lupin. Le maître des voleurs s’adresse ainsi au roi des détectives, lui déclarant une guerre sans pitié sur sa terre natale. Il annonce pouvoir voler cinq cibles de choix chères aux anglais en cinq jours seulement. Vous voila aussitôt parti, cherchant des indications sur les indices laissés dans la missive. Lupin est joueur, très joueur. Ce sont ses subtiles indications qui vous donnent le fil conducteur de l’aventure. A vous de savoir les déchiffrer correctement. Pour ce faire, toute votre attention est sollicitée : anagrammes, messages cachés dans des poèmes et autres casse-têtes sont de la partie mais pire encore.

Ces personnages non-joueurs ne servent à rien.

Comme une absence...

Agréable surprise que voila dans un jeu d’aventure : l’aire de jeu est riche et comporte des extérieurs. Ainsi, dans les tous premiers instants de jeu vous traversez le quartier à la recherche de documents. Les personnages que vous rencontrez n’ont pas de dialogue ou d’importance. Gardez néanmoins à l’esprit que par la suite ils en auront. Il est à déplorer que l’atmosphère ne prenne pas : il y règne une forte inactivité. Une impression de vide s’en dégage. Autre défaut notable : les actions et dialogues se débloquent au fur et à mesure de vos recherches. Cela donne une véritable consistance au scénario mais vous perd également car il est impossible de connaitre à l’avance l’ordre des actions à effectuer. Vous devez visiter et revisiter des lieux tels que la National Gallery, la Tour de Londres, Buckingham Palace ou encore le British Museum. Notez au passage qu’il est possible de vous rendre directement à un endroit déjà visité en cliquant sur l’impressionnante carte. Certaines actions sur le décor vous semblent évidentes mais comme vous devez auparavant étudier tel ou tel indice, vous ne pouvez y accéder. Bien souvent, vous sauriez quoi faire si le jeu vous en donnait l’occasion. Alors vous êtes comme freiné, obligé de coller à l'histoire imaginée par les développeurs. Voila maintenant que toute sensation de liberté disparait.

Décidemment, Arsène Lupin est bien farceur.

De la difficulté vient le plaisir

L’enquête vous emmène aux quatre coins de Londres, et uniquement Londres. En effet, vous ne voyez pas le Paris de cette époque, ce qui aurait donner un peu de consistance à l'ambiance du titre. Vous devez pour avancer examiner les pièces du sol au plafond. Traces de pas ou indices laissés par votre ennemi juré s’y trouvent. Fort heureusement, les graphismes sont soignés : aucun détail ne peut vous échapper pour peu que vous cherchiez bien. Une mention spéciale est à réserver aux créateurs des scènes de crime qui fourmillent de détails. Par contre un aliasing malheureux gâche un peu le paysage qui bien souvent est vide. La raideur des personnages empêche de plus de rentrer dans le jeu. Les bruitages réalistes et la qualité des doublages contrebalancent cet état de fait pour donner au final un titre d’un niveau technique tout à fait honorable pour la petite configuration demandée. Au dessus de tout la qualité des énigmes est au rendez-vous. Ces dernières, sans être réservées à l’élite, sont de bonne facture. Parfois, vous devez taper vous-même la réponse à une question pour avancer. Le système est assez bien fait car instinctivement vous trouvez la bonne formulation de la réponse. Cela ajoute une touche de réalisme dans cette enquête haut de gamme.
Les Plus
  • Des énigmes de haute volée
  • Des doublages et bruitages réalistes
  • Une bonne longévité
  • Une configuration nécessaire minimaliste
Les Moins
  • L'ambiance qui ne prend pas
  • Des actions qui se débloquent dans un ordre trop contraignant
  • Un moteur qui date un peu