Picross DS : point par point

12 juin 2007
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Jupiter
  • Sortie initiale 11 mai 2007
  • Genre Réflexion

Cette cartouche maléfique recèle bien des secrets. Une option propose un picross quotidien, histoire d'entretenir votre forme. Vous pouvez aussi créer vos propres niveaux et les échanger par la suite avec la communauté. Vous affrontez 4 amis dans des épreuves de rapidité, toujours avec cette même cartouche. A ce stade, votre santé mentale doit être proche du zéro absolue, un liquide devrait même s'écouler de vos oreilles. Hélas, comme beaucoup de jeux de cet acabit, votre cervelle reprend sa forme solide passés les premiers émois. En effet, après quelques longues journées passées à s'acharner sur lPicross DS, sans pour autant vous lasser, vous délaissez un peu le principe. Et c'est peut être encore là une force de cette cartouche qui peut être comparée aux poupées des films d'horreur. Vous pensez qu'elle vous laisse tranquille mais elle réapparaît sans cesse : à côté de vos clés, dans votre sac, dans une poche arrière ou encore vous la trouvez carrément installée dans la console... Terrifiant ! Alors, vous y jouez un peu tous les jours, car le concept est formidablement accrocheur, et c'est déjà en soi un pari de gagné pour Picross DS : avoir sa place dans votre ludothèque.

Il peut être amusant d'imaginer le commercial de Jupiter cherchant un éditeur pour Picross DS. Comment expliquer qu'on cherche à commercialiser un jeu qui consiste à dessiner des têtes de chiens et des fleurs en grisant des cases ? La meilleur technique est certainement, dans ce cas précis, d'envoyer une version du jeu sans en dire plus. Mais ne vous formalisez pas si votre contact ne rappelle pas. Normal, il ne décolle plus de sa DS ! Vous allez comprendre pourquoi.

Bien que le principe soit simplissime, tout est très didactique.

Point croisé

Certes, prétendre que Picross DS n'est qu'un simulateur de grille de loto est réducteur. Si vous deviez le situer, il faudrait le placer dans un jeu d'une logique semblable à celle du Sudoku. Mais la part de ludisme apportée par la DS lui apporte un lot de fun. De ce fait, la comparaison se situe plutôt au niveau d'un bon puzzle-game. Pour ternir les bonnes cases à l'aide du stylet, des numéros sont présents en haut et à gauche de la grille. Si vous voyez un "3" suivi d'un "2" cela signifie que trois cases sont à griser puis deux autres qui sont au moins séparées d'un bloc des premières. Alors, muni de votre esprit logique, vous commencez par remplir le plus grand nombre de blocs dont vous êtes sûr, les suivants coulent de source. Vous vous surprenez même à trouver ce jeu "facile". Bien voyons !

Les niveaux de difficultés abordent des thèmes différents : animaux, nature, etc.

Avancer sans but

Seulement voila, les grilles s'élargissent toujours et encore. Le zoom devient vite indispensable. Heureusement, votre avancée s'affiche sur l'écran du haut, ce qui vous permet de vous situer dans l'espace de la grille. Au fait, mais tout ça pour quoi ? Tenez vous bien : juste pour obtenir une petite animation en couleur de votre picross. Mais votre picross est bien souvent une pomme, une poignée de porte, un radiateur à ailettes et bien d'autres objets incongrus. La véritable magie qui s'opère lorsque vous lancez le jeu vient du dépassement de vous-même. Vous enchainez alors les dessins, pénalisé de quelques minutes à chaque erreur, vous ne voyez pas l'animation promise si vous dépassez une heure de pénalités. A contrario, le mode libre permet de ne pas être tenu par cette contrainte, mais vos erreurs peuvent simplement vous empêcher de finir votre picross. 300 dessins sont à compléter, cela représente une durée de vie tout simplement énorme.
Les Plus
  • Une nterface claire et efficace
  • Un concept prenant
  • La durée de vie gigantesque
Les Moins
  • Un problème de décalage du stylet sur les DS classiques
  • Peu de musiques
  • Le manque de récompenses