Viewtiful Joe fait son caprice de star

07 août 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Clover Studio
  • Sortie initiale 16 juin 2006
  • Genre Action

Intéressant au premier abord, Red Hot Rumble se révèle bâclé. L'aspect graphique sympathique du titre de Clover cache l'absence d'humour de la version française. Les bonnes idées de gameplay comme les pouvoirs VFX sont gâchées par une prise en main brouillonne. Red Hot Rumble est un peu le navet que tout grand acteur souhaiterait effacer de sa filmographique. C'est le jeu alimentaire par excellence ; celui qui sert à payer les factures d'une star déchue. Après avoir étonné avec les premiers Viewtiful Joe mais aussi avec Okami et le prochain God Hand, Clover fait cette fois, une erreur de casting qu'il va falloir très vite oublier.

Après nous avoir fait découvrir ses héros favoris sur GameCube, PS2 et DS, Joe décide cette fois de tenter l'aventure de la série Z dans Red Hot Rumble sur PSP. Cet épisode annonce un gameplay axé baston dans un univers inspiré des comics book et des films de super-héros. Pourtant, si la jouabilité old school mais innovante des premiers volets avait su plaire, Red Hot Rumble ne fait vraiment pas dans la finesse. Le jeu qui parodiait avec justesse et humour les navets se serait-il à son tour, transformer en série Z du jeu vidéo ?

Quelle classe, ce Dante !

Réalisateur cherche jeunes talents

La série des Viewtiful Joe reprend là où elle s'était terminée. Joe a rencontré Captain Blue, son idole et a même lutté à ses côtés contre les Forces du Mal. Mais comme tout acteur des années 70, Captain Blue a grossi et ne rentre plus dans son costume. Il est temps pour ce vieux monsieur de prendre sa retraite. L'ancien super-héros a décidé de devenir réalisateur des remakes de ses anciens succès. Pour reprendre son rôle, les différents personnages vont se battre en duel. Les habitués retrouveront donc les protagonistes des anciens volets : Joe, Sylvia, Alastor et même Dante de Devil May Cry en string. L'univers du titre est toujours très proche des nanars direct-to-video des années 80. Chaque remake est l'occasion de découvrir les (rares) décors inédits et plus ou moins réussis. Beaucoup d'environnements ont donc déjà été aperçus dans les précédents volets. Les décors manquent toutefois d'interactivité. D'un point de vue technique, Clover a conservé le cel-shading coloré des premiers épisodes même si les textures manquent de finesse. Cependant, en dépit d'un visuel soigné et inspiré, Red Hot Rumble manque clairement d'humour. Si le côté parodique est toujours présent, la farce atteint ses limites dans des dialogues lourds et mal traduits.

Le "Zoom" agrandit votre héros.

Casting gagnant ?

Dans Red Hot Rumble, le gameplay reprend plus ou moins intelligemment les mécanismes des premiers volets. Chaque scène du film est divisée en missions où il faudra par exemple, ramasser des diamants, casser un type d'objet, ou garder un drapeau. Le jeu ne propose donc pas que des combats même si la finalité est toujours de battre son adversaire. L'action de cette version de poche se déroule uniquement dans des arènes réduites. Le plan 2D a été conservé et rappelle les Smash Bros. Vous avez à votre disposition deux boutons d'attaque à combiner avec la croix directionnelle. Des pouvoirs VFX, calqués sur les précédents volets, sont utilisables. Comme son nom l'indique, le pouvoir "ralenti" permet de ralentir l'action et d'en profiter pour sortir d'une mauvaise passe. Avec le "Machspeed", votre personnage devient invincible et plus rapide. Le pouvoir "Zoom" agrandit votre héros et le pouvoir "Sound Effect" permet de lancer des bruitages mortelles pour vos adversaires. Ces bonus sont à récolter au fil des combats. Enfin, des mini-jeux bonus à la Wario Ware apparaissent parfois dans les niveaux. Si vous les réussissez, c'est le jackpot assuré. Sinon, gare à la chute !

Difficile de s'y retrouver dans le feu de l'action.

Action, moteur, ça tourne

Malheureusement, les bonnes idées du gameplay sont ruinées par une maniabilité indigne de la série. A l'écran, l'action devient vite désordonnée lorsque quatre personnages combattent dans un espace réduit. Red Hot Rumble est tombé dans le piège habituel des Smash Bros-like à savoir la confusion. Il arrive de perdre une partie sur un coup de poker totalement inattendu et involontaire notamment à cause d'une utilisation des pouvoirs hasardeuse. Des marqueurs de couleur sur les personnages auraient permis une meilleure lecture des combats. Il manque également à Red Hot Rumble une dose de variété qui aurait pu faire la différence. Les objectifs sont identiques de niveau en niveau. Peu d'idées nouvelles émergent sur le long terme. Le seul point positif reste la multitude de combattants disponibles. Les combos sont différents selon les personnages : Dante peut utiliser ses guns, Blue possède des chopes, Joe saute plus haut que les autres... Toutefois, la palette des coups de chacun des personnages reste limité. Les deux boutons d'attaque ne permettent pas de varier les coups et surtout les combats souffrent de graves problèmes de précision, dûs à la croix directionnelle inadaptée et du stick glissant de la PSP. Les fans de la série seront irrités par la confusion de l'ensemble. Nous sommes bien loin de la prise en main des Viewtiful Joe originaux.

Le premier boss du mode "Histoire".

On l'a refait !

Les modes de Red Hot Rumble déçoivent également sur le long terme. Le mode "Histoire" pêche par son manque de consistance. Le scénario n'est pas assez solide, même si la série n'a jamais été connue pour son intrigue. L'écran d'avant-mission présente les différents objectifs. Le Captain Blue vous donne des instructions façon Super Nes avec une boîte de dialogue et des répliques moisies. Durant les missions, plusieurs objectifs s'enchaînent ; votre but est de finir devant votre rival pour espérer décrocher le rôle. Les scènes se suivent et se ressemblent. Le rythme des missions est soutenu mais le tout s'essouffle, faute de surprise et d'innovation. Comptez moins de 5 heures pour boucler l'histoire. Le mode "Épreuves" est intéressant puisqu'il propose des séquences courtes (moins de deux minutes) idéales pour les joueurs pressés. Toutefois, la plupart de ces épreuves sont très faciles et offrent un challenge abordable. A plusieurs, le jeu aurait pu être sympathique si la confusion ne régnait pas sur l'écran. Un mode "Partage" est disponible et permet de profiter du jeu avec un seul UMD. Quelques bonus permettent de prolonger le plaisir de jeu comme les "Puzzle-V". Avec ces derniers, il est possible de débloquer des versions alternatives des films du Captain Blue. Mais là encore, la maniabilité pénible du titre ne motive pas à recommencer l'aventure.
Les Plus
  • L'ambiance ciné
  • Quelques bonnes idées
  • Le mode Épreuves
  • Dante en string
Les Moins
  • La confusion des combats
  • Un gameplay répétitif
  • Le manque d'humour
  • Trop court