Pro Evolution Soccer 2019

24 sept. 2018
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Konami
  • Développeur Konami
  • Sortie initiale 30 août 2018
  • Genre Sport

La Révolution foot !

Pro Evolution Soccer 2019 est le jeu de foot que l'on attendait, celui capable d'ouvrir une brèche dans un genre tournant en rond depuis trop longtemps. Il est le premier à se concentrer sur le terrain et à donner une idée de ce que pourrait donner les expériences à venir : collectif au cœur du jeu, coopération, gestion crédible de la fatigue rendant les remplacements obligatoires. Il reste certes un peu de boulot pour rendre tout cela encore plus criant. On pourrait par exemple imaginer une fatigue toujours plus prononcée impliquant d'avoir des effectifs plus fournis, etc. Mais c'est bel et bien la première fois, depuis longtemps, que nous avons l'impression que quelque chose se joue devant nos yeux. Un jeu vivement conseillé (de préférence sur console).

Coupons court à tout suspense : Pro Evolution Soccer 2019 est une petite révolution dans le monde des jeux de foot. Voilà une affirmation qui intrigue, surtout lorsqu'il s'agit d'un secteur qui tourne en rond depuis une dizaine d'années. Explications.

Le principe

Si Pro Evolution Soccer 2019 est un jeu de foot important, c'est parce qu'il est probablement le premier titre à donner une idée concrète de ce que pourrait donner le genre prochainement. La série de Konami fait sa mue depuis quelques années (disons 2014/2015), et à force d'appuyer sur certains aspects, l'expérience ouvre des voies longtemps inexplorées dans les jeux de foot.

C'est le cas lorsque l'on regarde la gestion de la fatigue des joueurs, plus marquée que jamais. Une observation qui vaut pour les matchs mais aussi pour les compétitions. En fin de match, les passes se font moins précises et les trajectoires lasers d'il y a encore quelques années semblent appartenir au passé. De même, au fil des ans, la série japonaise semble avoir pris le dessus sur ce qui relève de la récupération entre les matchs et de la gestion du collectif. Alors certes, tout cela mériterait d'être encore plus marqué, mais le constat reste assez évident pour être souligné vis-à-vis de la concurrence.

Pas besoin de VAR dans les jeux vidéo !

Pour qui ?

Le jeu a en plus la bonne idée de conserver le système de progression d'antan, notamment à travers son mode MyClub et un recrutement toujours basé sur une loterie. Le côté sérieux sur le terrain, le côté fun en dehors. Avec cette formule, Konami s'assure de plaire aux néophytes comme aux joueurs confirmés. Nous apprécions même le petit ajout de mise en scène : en lieu et place d'une réelle loterie, le titre nous montre d'abord le championnat du joueur recruté, puis son statut (Noir, Or, Argent, Bronze) pour enfin s'arrêter sur son visage. De quoi faire monter la tension.

L'équilibre entre défense et attaque fait plaisir, et l'épuisement des joueurs y contribue.

Le multi

L'autre gros travail de ce volet réside dans le multijoueur, avec une prédominance nette de la coopération, désormais présente dans de nombreux modes de jeu. Faire du football un jeu vidéo avant tout collectif, l'idée est logique mais ambitieuse quand on sait à quel point le culte de la compétition solo régit ce secteur.

Soulignons tout de même un énorme couac concernant la version PC testée ici : les serveurs sont la plupart du temps inaccessibles, au point que les notes sur Steam en prennent un sacré coup. Précisons que ce test ne tient pas compte de ce problème puisque nous espérons que celui-ci sera réglé à l'avenir. Toutefois, qu'il est maladroit, pour une firme se concentrant désormais sur quelques rares licences, de se tirer une telle balle dans le pied au moment où sa série prend véritablement le dessus sur la concurrence en matière de jouabilité. Comme quoi le foot vidéoludique est aussi plein de rebondissements.

La modélisation de certains joueurs est exemplaire.

L'anecdote

Une pensée pour ce joueur qui, lorsqu'il perd un match, laisse la manette sur le côté et va sûrement prendre un café tellement il est blasé. Ainsi, je suis obligé d'attendre que le coup d'envoi s'effectue automatiquement et ainsi de suite. Mais c'est mal me connaître : le dernier qui a fait ça s'est pris 15-0 avant de finalement revenir et quitter la partie sur abandon. Les matchs peuvent sembler très très longs quand un joueur marque toutes les deux minutes... y compris pour celui qui est mauvais joueur.
Les Plus
  • La gestion de la fatigue, assez prononcée pour être citée
  • Un collectif plus important
  • Un moteur physique particulièrement crédible
  • Toujours beau
  • Le côté festif du mode MyClub
  • Le côté sérieux du gameplay
Les Moins
  • Des soucis de connexion inacceptable sur PC
  • Il faudrait vraiment donner un coup de neuf aux ambiances (stades, sons, etc.)